Vickers Vildebeest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vickers Vildebeest
{{#if:
Vue de l'avion.
Vue de l'avion.

Constructeur Drapeau : Royaume-Uni Vickers
Rôle Bombardier-torpilleur
Statut retiré du service
Premier vol 1926
Mise en service 1933
Date de retrait 1942
Équipage
2 personnes
Motorisation
Moteur Bristol Perseus VIII
Nombre 1
Type 9 cylindres en étoile refroidi par air
Puissance unitaire 825 ch
Dimensions
Envergure 14 93 m
Longueur 11 48 m
Hauteur 4 47 m
Masses
Maximale 3 855 kg
Performances
Vitesse maximale 251 km/h
Plafond 5 180 m
Rayon d'action 1 015 km
Rapport poids/puissance 5 67 kg/ch
Armement
Interne 2 mitrailleuses de 7,7 mm
Externe 1 torpille de 457 mm ou 450 kg de bombes

Le Vickers Vildebeest est un avion militaire de l'entre-deux-guerres. Bombardier torpilleur biplan, il a servi dans la Royal Air Force de 1932 à 1942.

Conception[modifier | modifier le code]

Le projet du Vickers Vildebeest remontait à 1926. Il devait remplacer l'avion torpilleur Hawker Horsley[1]. Il effectua son vol initial en avril 1928 avec un moteur en étoile Jupiter[2].

Engagements[modifier | modifier le code]

Le Vildebeest rejoignit les escadrilles de la Royal Air Force en 1932 seulement, mais sa carrière opérationnelle fut remarquablement longue et intensive[1]. Une centaine de Videbeest étaient encore en service dans des escadrilles de défense côtière du Coastal Command, en Grande-Bretagne et outre-mer (en Extrême-Orient), lorsque la Seconde Guerre mondiale éclata en 1939[2].

Variantes[modifier | modifier le code]

  • Mark I, propulsé par un moteur en étoile Pegasus dépourvu de capot entraînant une hélice bipale en bois. Il fut pris en compte en 1933 par le Squadron 100[2].
  • Mark II avec un moteur Pegasus IIM3 de 660 ch[2].
  • Mark III triplace avec un poste de pilotage arrière modifié[2]. Ce fut la version la plus prolifique, avec 111 exemplaires construits[3].
  • Mark IV, avec un moteur en étoile Perseus entraînant une hélice tripale métallique. Trois Squadrons basés en Grande-Bretagne furent dotés de ce type d'appareil[2].

Au total 194 Vildebeest furent construits. Toutes ses variantes pouvaient être munies d'un train d'atterrissage normal ou de flotteurs interchangeables[3].

Autres caractéristiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Enzo Angelucci et Paolo Matricardi, Multiguide aviation – Les avions 2/ Les avions de l’entre-deux-guerres, Elsevier Sequoia,‎ , 319 p., page 113.
  2. a, b, c, d, e et f Le grand atlas de l'aviation, Atlas,‎ , 431 p. (ISBN 2-7312-1468-6), page 7.
  3. a et b « Nouvelle arme navale: appareils de chasse 1918-1939 », Connaissance de l'histoire mensuel éditions Hachette, no 24,‎ , p. 42.

Voir aussi[modifier | modifier le code]