Vanua Lava

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vanua Lava
Carte de Vanua Lava datant de 1943
Carte de Vanua Lava datant de 1943
Géographie
Pays Drapeau du Vanuatu Vanuatu
Archipel Îles Banks
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 13° 48′ S, 167° 28′ E
Superficie 334,3 km2
Point culminant Seretimiat (921 m)
Géologie
Géologie Île volcanique
Type Volcan gris
Activité Actif
Dernière éruption 9 août 1965 à 1966
Code GVP 257010
Observatoire Aucun
Administration
Province Torba
Démographie
Population 2 597 hab. (2009)
Densité 7,77 hab./km2
Plus grande ville Sola
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+11

Géolocalisation sur la carte : Vanuatu

(Voir situation sur carte : Vanuatu)
Vanua Lava
Vanua Lava
Îles au Vanuatu

Vanua Lava ou Vanualava est une île de l’archipel des îles Banks, dans le nord du Vanuatu. Avec une superficie de 334,3 km2, c’est l’une des plus grandes îles de l’archipel (avec Gaua). En 2009, elle avait une population de 2 597 habitants[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

L'île se compose de deux ensembles volcaniques éruptifs, récents ou non, avec de nombreux cônes.

Le point culminant, le Seretimiat (921 mètres d'altitude), est un volcan en activité dont la dernière éruption remonte à 1966.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de la Seconde Guerre mondiale, l'aviso Chevreuil des Forces navales françaises libres, est envoyé aux Nouvelles-Hébrides et aux Îles Banks, par le commandant de la Marine dans le Pacifique, le capitaine de frégate Cabanier, pour des missions de visite et de maintien de l'ordre. Commandé par l'enseigne de vaisseau Fourlinnie, il fait un passage à Vanua Lava entre le 10 et le [2].

Culture et langues[modifier | modifier le code]

Vanua Lava compte quatre langues vernaculaires[3]: le vurës, le vera’a, le mwesen et le lemerig, ces deux dernières étant menacées. L'île comptait autrefois d'autres langues, aujourd'hui disparues[4].

À ces quatre langues endémiques de l'île, s'ajoute le mwotlap, parlé sur la côte est par de petites communautés originaires de l'île voisine de Motalava[5]. Enfin, le bislama est la langue dominante dans la bourgade de Sola, capitale administrative de la province.

Climat[modifier | modifier le code]

Climat à Sola entre 1971 et 2008
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 23,4 23,5 23,5 23,6 23,6 23,2 22,9 22,7 22,8 23,1 23,4 23,4 23,3
Température maximale moyenne (°C) 30,4 30,5 30,4 30 29,1 28,5 27,9 27,7 27,9 28,5 29,2 30 29,2
Précipitations (mm) 395,8 329,7 403,9 458,6 376,1 333,6 255,9 236 246,4 314 387 371,4 4 108,4
Nombre de jours avec précipitations 21 20 24 23 20 19 17 16 17 17 18 19 231
Source : Organisation météorologique mondiale[6]


Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) « 2009 National Population and Housing Census » [archive du ], Vanuatu National Statistics Office, (consulté le 12 septembre 2011), p. 12
  2. Ignatieff 2009, p. 97.
  3. (fr) Alexandre François, « Carte des dix-sept langues du Nord Vanuatu » (consulté le 13 juillet 2013)
  4. François (2012: 89-90)
  5. François (2012: 97)
  6. (en) « Weather Information for Sola », Organisation météorologique mondiale (consulté le 12 septembre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Alexandre François, « The dynamics of linguistic diversity : Egalitarian multilingualism and power imbalance among northern Vanuatu languages », International Journal of the Sociology of Language, vol. 214,‎ , p. 85–110 (ISSN 0165-2516 et 1613-3668, DOI 10.1515/ijsl-2012-0022, résumé, lire en ligne)
  • Dimitri Ignatieff, « Présence dans le Pacifique des navires de la France Libre : Le Chevreuil », Revue Maritime, no 484,‎ , p. 96-99 (lire en ligne).