Alexandre François

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alexandre François
Defaut 2.svg
Informations générales
Naissance
Nationalité
Activité
linguisteVoir et modifier les données sur Wikidata

Alexandre François, né le à Levallois-Perret, est un linguiste français spécialisé dans la description des langues océaniennes du Vanuatu et des îles Salomon. Directeur de recherche au CNRS, il dirige le laboratoire Langues et civilisations à tradition orale (LACITO)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études en classes préparatoires littéraires au Lycée Louis-le-Grand, Alexandre François entre à l’École normale supérieure en 1992, avant d’obtenir l’agrégation de grammaire en 1995. Spécialisé par la suite en linguistique théorique et descriptive, il obtient le doctorat de linguistique de l'Université Paris Sorbonne-Paris IV en 2001; il entre au CNRS en 2002.

François est directeur de recherche au LACITO, un centre de recherche qui se consacre à la linguistique et à l’anthropologie sur les langues peu connues. Depuis 2015, il est le directeur de ce laboratoire.

De 2009 à 2012, il a été Visiting Fellow à l’Université nationale australienne (ANU) de Canberra.

Recherche[modifier | modifier le code]

François concentre son travail de recherche dans les îles du nord du Vanuatu. Après avoir publié plus particulièrement sur le mwotlap (2003), la langue la plus parlée dans cette région, il mène des recherches comparatives sur les dix-sept langues parlées dans les îles Torres et Banks. Ses travaux de linguistique historique remettent en cause la pertinence du modèle arborescent en phylogénétique des langues.

En 2002, il publie une monographie sur l’araki, une langue menacée, parlée dans un îlot au sud d’Espiritu Santo.

En 2005, François participe à une expédition scientifique à Vanikoro (îles Salomon), pour mieux interpréter le naufrage de Jean-François de Galaup, comte de La Pérouse en 1788. Il y explore également les trois langues parlées dans l’île: le teanu, le lovono, et le tanema.

En 2013, il publie, en collaboration avec l’ethnomusicologue Monika Stern, le disque Musiques du Vanuatu : Fêtes et Mystères, sur les traditions musicales et poétiques au nord du Vanuatu.

L'année 2015 a vu la publication de l’Atlas linguistique de la Polynésie française, ouvrage de référence qu'il a coécrit avec Jean-Michel Charpentier.

Publications (sélection)[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Organigramme du LACITO-CNRS.

Liens[modifier | modifier le code]