Îles Torrès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le Vanuatu image illustrant le monde insulaire
Cet article est une ébauche concernant le Vanuatu et le monde insulaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

 Ne pas confondre avec les îles du Détroit de Torrès en Australie.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Torres.
îles Torrès
Torres Islands (en)
Carte des îles Torres.
Carte des îles Torres.
Géographie
Pays Drapeau du Vanuatu Vanuatu
Archipel Vanuatu
Localisation Mer de Corail et océan Pacifique
Coordonnées 13° 15′ S 166° 36′ E / -13.25, 166.6
Superficie 117,7 km2
Nombre d'îles 7
Île(s) principale(s) Hiw, Tegua
Point culminant Mont Wonvara (366 m sur Hiw)
Géologie Îles volcaniques
Administration
Province Torba
Démographie
Population 826 hab. (2009)
Densité 7,02 hab./km2
Autres informations
Fuseau horaire UTC+11

Géolocalisation sur la carte : Vanuatu

(Voir situation sur carte : Vanuatu)
îles Torrès
îles Torrès
Archipels du Vanuatu

Les îles Torres ou Torrès[1] sont un archipel du Vanuatu situé au nord-ouest des îles Banks avec lesquelles elles forment la province administrative de Torba. C’est l’archipel le plus septentrional du pays, proche de la frontière maritime avec les îles Salomon. Elles sont peuplées par 826 habitants[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

L’archipel est composé de sept îles, du nord au sud :

Histoire[modifier | modifier le code]

Elles sont nommées d'après Luis Váez de Torrès, un navigateur espagnol qui les a découvertes lors de l'expédition de Queirós en 1606. Il a ensuite reconnu le détroit de Torrès qui porte également son nom.

Elles auraient compté près de 4 000 habitants vers 1800, et auraient connu leur pic inférieur (489) en 1989.

Culture[modifier | modifier le code]

Deux langues sont parlées dans l’archipel : le hiw, parlé sur l’île du même nom, et le lo-toga, parlé sur les autres îles [3].

La conversion par la mission anglicane a fabriqué une homogénéité religieuse, sans éliminer les traditions, dont celles des sociétés secrètes, les temēt.

L'économie repose sur les cultures vivrières itinérantes, les cocoteraies (et le coprah), les crabes de cocotiers, et depuis peu le kava.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Certaines cartes françaises des Nouvelles-Hébrides adoptent une orthographe francisée « Torrès », comme le détroit de Torrès. On trouve à peu près aussi souvent « Torres » que « Torrès » dans les publications françaises répertoriées par Google Livres.
  2. (en) « 2009 National Census of Population and Housing: Summary Release », Vanuatu National Statistics Office,‎ (consulté le 11 novembre 2010), p. 10
  3. (en) Alexandre François, « The dynamics of linguistic diversity : Egalitarian multilingualism and power imbalance among northern Vanuatu languages », International Journal of the Sociology of Language, vol. 214,‎ , p. 85–110 (ISSN 0165-2516 et 1613-3668, DOI 10.1515/ijsl-2012-0022, résumé, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patricia Siméoni, Atlas du Vanouatou (Vanuatu), Port-Vila, Éditions Géo-consulte, , 1e éd., 392 p. (ISBN 2953336206)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]