Valerius Cordus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Valerius Cordus
Image dans Infobox.
Valerius Cordus
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Cassel ou Erfurt ou Simtshausen (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 29 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Abréviation en botanique
V.CordusVoir et modifier les données sur Wikidata
Domicile
Formation
Activités
Père
Autres informations
A travaillé pour
Religion

Valerius Cordus, né le à Erfurt et mort le à Rome, est un médecin, chimiste et botaniste allemand. Avec Hieronymus Bock dit Tragus, Otto Brunfels et Leonhart Fuchs, il est considéré comme l’un des pères allemands de la botanique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, Euricius Cordus, médecin et botaniste également, lui enseigne la botanique qu’il a appris des botanistes italiens. Cordus obtient son baccalauréat à l’université de Marbourg en 1531. En 1540, il devient la première personne, du moins en Europe, à synthétiser l’éther, un liquide volatil appelé l’huile douce de vitriol, par l’ajout d’acide sulfurique à de l’alcool. Paracelse est quelquefois cité à sa place dans cette découverte. Il semble que Cordus ait appris cette technique de voyageurs portugais revenus d’une des premières expéditions au Moyen-Orient.

En 1543, il entreprend un voyage en Italie mais il contracte la malaria et meurt. Le tracé de son itinéraire lui fit successivement visiter Venise, Padoue, Pise, Lucques, Livourne, Sienne. À Venise, il étudia l'ichthyologie de la mer Adriatique, et décrivit, d'une manière exacte, soixante-six espèces de poissons ; le manuscrit de ces descriptions tomba, plus de vingt ans après la mort de l'auteur, entre les mains de Conrad Gessner[1].

Aucune œuvre ne paraît de son vivant. En 1548, paraît Pharmacorum conficiendorum ratio, publié par le gouvernement de Nuremberg[2]. En 1561, paraît son recueil Annotationes in Pedacii Dioscoridis de Materia medica libros V où il décrit 500 plantes environ. Il ne se contente pas de reproduire les textes anciens mais tente un véritable travail de clarification taxinomique. Ces descriptions, très précises et minutieuses, sont très novatrices pour son temps. C’est Conrad Gessner qui fait paraître son Historia Stirpium et Sylva constitué d’un commentaire de Cordus sur Dioscoride et de notes prises durant ses cours par ses étudiants.

Le genre végétal Cordia de la famille des Boraginacées lui a été dédié.

Œuvres (liste partielle)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ferdinand Hoefer, Histoire de la botanique, de la minéralogie et de la géologie : depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Hachette, Paris, 1872, p. 128.
  2. Élie Bzoura, « Évolution de la formation des apothicaires et des pharmaciens à travers la Salle des Actes de la Faculté de pharmacie de Paris », Revue d'histoire de la pharmacie, vol. 347,‎ , p. 385-402 (DOI 10.3406/pharm.2005.5851, lire en ligne, consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

V.Cordus est l’abréviation botanique standard de Valerius Cordus.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI