Utilisateur:Ji-Elle/Brouillon en cours

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Asen, XIXe siècle[1].

Un asen (ou aseñ, asën, asé, asẽ, assen, assim, assin) est un objet rituel vodoun en métal utilisé parmi les populations de l'aire linguistique gbe en Afrique de l'Ouest (au sud du Ghana, du Togo, du Bénin, du Nigeria). C'est une sorte d'autel portatif que l'on fiche dans le sol et qui a pour fonction principale de relier le monde des vivants à celui des défunts ou des dieux.
Constitué d'une longue tige prolongée par un cône renversé, lui-même surmonté d'un plateau à offrandes, orné ou non de scènes figuratives et de pendentifs, l'asen a connu son apogée au XIXe siècle dans l'ancien royaume de Dahomey, notamment à Abomey et Ouidah. À ce titre, il est souvent considéré comme emblématique de l'art fon.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Selon le père Roberto Pazzi, missionnaire au Togo[2], les premières occurences du mot dateraient des XVIIe et XVIIIe siècles sous les termes assim ou assimah. Dans une lettre du négociant Arthur Wendover datée de 1682, assim désigne « une canne sur laquelle est superposée une pièce de fer et qui est utilisée lors de rituels pour symboliser la sacralité[3] ».

Aire de diffusion[modifier | modifier le code]

Les asen a été observés au sein des aires culturelles de langues gbe, c'est-à-dire de part et d'autre du fleuve Volta à l'est du Ghana jusqu'à l'actuel État d'Ogun à l'ouest du Nigeria, sur une largeur d'environ 300 km du sud au nord[4]. Ils sont fabriqués et utilisés principalement parmi les Ashanti du Ghana, les Adja et Ewe du Togo, les Fon, les Hueda et les Ayizo de la République du Bénin, les royaumes yoruba et edo du Nigeria[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Auguste Le Hérissé reproduit plusieurs types d'asën dans L'ancien royaume du Dahomey, mœurs, religion, histoire, p. 364

Structure 
Matériau 

Typologie[modifier | modifier le code]

Artistes[modifier | modifier le code]

  • Les asen royaux :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Metropolitan Museum of Art
  2. Introduction à l'histoire de l'aire culturelle ajatado (peuples ewe, aja, xwla, ayizo, gen, sahwe, xweda, fon, gun), Lomé, Université du Bénin, 1979
  3. Suzanne Blier, p. 21
  4. « Les Assen », texte de Joseph Adandé, Historical Museum of Abomey
  5. Suzanne Preston Blier (en), Asen : mémoires de fer forgé : art vodun du Danhomè dans les collections du Musée Barbier-Mueller, Éditions Ides et Calendes, Lausanne, 2018, p. 11 (ISBN 978-2-8258-0289-2)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Joseph C. E. Adandé, « Asen and Methodology in Art History », African Arts, 40/3, Autumn 2007, p. 7, [lire en ligne]
  • (en) Edna G. Bay, Asen: Iron Altars of the Fon People of Benin, Emory University Museum of Art and Archaeology, Atlanta, 1985, 48 p. (catalogue d'exposition)
  • (en) Edna G. Bay, « On Ouidah Asen », African Arts, 40/1, Spring 2007, p. 6-8, [lire en ligne]
  • (en) Edna G. Bay, Asen, Ancestors, and Vodun: Tracing Change in African Art, University of Illinois Press, 2008, 186 p. (ISBN 9780252032554)
  • (en) Edna G. Bay, « The kings of Dahomey and the invention of ancestral asen », in Toyin Fayola, Changing worlds of Atlantic Africa: essays in honor of Robin Law, Durham, NC: Carolina Academic Press, 2009, p. 307-322 (ISBN 978-1594605949)
  • Gaëlle Beaujean-Baltzer, L'art de cour d’Abomey. Le sens des objets, Les Presses du Réel, 2019, 496 p. (ISBN 9782840663782)
  • Coll., Frapper le fer. L'art des forgerons africains, Actes Sud, 2019, 240 p. (ISBN 978-2-330-12624-7)
  • (en) Bryna Freyer, Asen : Iron Altars from Ouidah, Republic of Benin, Washington, D.C., National Museum of African Art, 1993, 20 p. (catalogue d'exposition)
  • (en) Chaya M. Krimmer, Adaptability of the Fon: Ancestral Asen, 28 p. [lire en ligne]
  • Auguste Le Hérissé, L'ancien royaume du Dahomey, mœurs, religion, histoire, Paris, Émile Larose, 1911, 384 p. disponible sur Gallica, [lire en ligne]
  • Bernard Maupoil, La Géomancie à l'ancienne Côte des Esclaves, Institut d'ethnologie, Paris, 1981 (fac simile de l'éd. de 1943), XXVII-690 p. + pl.
  • Paul Mercier, Les Asẽ du Musée d'Abomey, IFAN, Dakar, 1952, 98 p.
  • Clark Poling, « Asen: Iron Altars of the Fon People of Benin », in African Arts 19/2 (Feb. 1986), p. 83.
  • Suzanne Preston Blier (en), Asen : mémoires de fer forgé : art vodun du Danhomè dans les collections du Musée Barbier-Mueller [exposition au Musée Barbier-Mueller, Genève, du 21 novembre 2018 au 26 mai 2019], Éditions Ides et Calendes, Lausanne, 2018, 127 p. (ISBN 978-2-8258-0289-2) (avec une nouvelle de Florent Couao-Zotti) (catalogue d'exposition) ; voir extraits en anglais : « Forging Memory in Iron. Asen Arts of Dahomey », Art on View, 2018, p. 106-113 [lire en ligne]
  • Suzanne Preston Blier, Asen: Dahomey History and Forged Memories of Iron. Barbier-Mueller Exhibition Preview: Part I, December 10, 2018 [3]
  • Suzanne Preston Blier, Asen: Identifying Form, Style, and Artists. Barbier-Mueller Exhibition Preview: Part II, December 10, 2018 [4]
  • Maximilien Quenum, Au Pays du Fons : Us et Coutumes de Dahomey, Paris, Larose, 1936, (réédité en 1983 et 1999), 195 p., [lire en ligne].
  • Claude Savary, La pensée symbolique des Fõ du Dahomey : tableau de la société et étude de la littérature orale d'expression sacrée dans l'ancien royaume du Dahomey, Faculté des Lettres de l'Université de Neuchâtel, 1976, 400 p., [lire en ligne] (thèse)
  • Abdou Serpos Tidjani, « Notes sur le mariage au Dahomey », in Études dahoméennes, 1951, no 6, p. 27-107, réédité aux Éditions Nouvelles du Sud, Ivry-sur-Seine, 1998, 163 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]