USS Zumwalt (DDG-1000)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

USS Zumwalt
Image illustrative de l’article USS Zumwalt (DDG-1000)
L'USS Zumwalt, lors de ses essais en mer, le 7 décembre 2015.
Autres noms (DDG-1000)
Type Destroyer
Histoire
A servi dans Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Commanditaire Sénat des États-Unis
Constructeur Chantier naval Bath Iron Works
Chantier naval Chantier naval Bath Iron Works
Chantier naval Ingalls de Pascagoula
Commandé [1]
Quille posée [1]
Lancement [1]
Acquisition [1],[2]
Commission [1]
Statut En service depuis le [1],[3]
Équipage
Équipage 34 officiers et 152 marins[1]
Caractéristiques techniques
Longueur 610 pieds (185,9 m)[1]
Maître-bau 81 pieds (24,7 m)
Tirant d'eau 28 pieds (8,5 m)
Déplacement 13 539 t[1]
À pleine charge 15 761 t[1]
Propulsion 2 turbines à gaz Rolls-Royce MT30 (en) de 48 960 ch (36 Mw), 2 turbines à gaz de 4,5 Mw et 2 moteurs à induction, 2 hélices
Puissance 78 Mégawatts
Vitesse 30,3 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage Structure en matériau composite
Armement 2 canons de 155 mm Advanced Gun System (en) (1 056 obus)
80 cellules pour missiles Tomahawk
Sea Sparrow
2 canons de calibre 30 mm Mk 46 antimissiles
Électronique AN/SPY-3 Multi-Function Radar (MFR) (X-band, scanned array) Volume Search Radar (VSR) (S-band, scanned array)
Aéronefs 2 hélicoptères SH-60 LAMPS ou un hélicoptère et trois drones MQ-8 Fire Scout
Carrière
Port d'attache Base navale de San Diego
Indicatif DDG-1000

L'USS Zumwalt (DDG-1000) est un destroyer lance-missiles de la marine des États-Unis. Il est le premier navire de la classe Zumwalt et le premier navire à prendre le nom de l'amiral Elmo Zumwalt[4] (1920-2000). Entré en flotte le [5],[6], il est mis en service le mais une loi adoptée par le Congrès a peu de temps après interdit à la Marine d'accepter la livraison d'un navire qui n'était pas entièrement équipé de sa capacité de combat, cela a repoussé son acceptation officielle au [7].

Son coût unitaire de 7,5 milliards de dollars (pour une série de trois navires) en fait le second navire le plus cher de l'US Navy après le porte-avions USS Gerald R. Ford[8].

Conception et construction[modifier | modifier le code]

L'USS Zumwalt en cours de construction au chantier naval Bath Iron Works en décembre 2012.

Plusieurs des caractéristiques du navire ont été initialement développées dans le cadre du programme SC-21 (Destroyer 21e siècle) au milieu des années 1990. En 2001, le Congrès effectue des coupes dans le programme SC-21. Le programme rebaptisé DD(X) est fortement retravaillé. Le financement initial pour le DDG-1000 est inclus dans le National Defense Authorization Act de 2007[9]. Un contrat de 1,4 milliard de dollars est attribué à General Dynamics, le 14 février 2008 pour la construction de l'USS Zumwalt au Chantier naval Bath Iron Works dans le Maine[10]. En dehors du coût d'un porte-avion nucléaire ou d'un sous-marin nucléaire, l'USS Zumwalt est le bâtiment le plus cher jamais construit par la Marine américaine[11].

En , le calendrier de construction de General Dynamics prévoyait de livrer le navire en , avec comme cible pour une mise en capacité opérationnelle par l'US Navy[12]. Cependant, en 2012, la livraison du navire est retardée à l'exercice 2014[13]. La première section du navire est posée sur la cale de halage à Bath Iron Works, le [13]. La cérémonie de baptême était prévue pour le , mais elle a été annulée en raison de l'arrêt des activités gouvernementales fédérales de 2013 aux États-Unis[14]. Le navire est lancé du chantier naval de Bath le 28 octobre 2013[15],[16],[17].

Le premier essai en mer a eu lieu le sous le commandement du capitaine James Kirk (homonyme du célèbre capitaine Kirk de la série Star Trek)[18],[19]. Il est officiellement livré à la marine des États-Unis le [2] et admis au service actif le [3].

Opérations[modifier | modifier le code]

Le , alors qu'il traversait le Canal de Panama pour gagner son port d'attache de San Diego, une avarie de propulsion l'oblige à se faire remorquer[20],[21]. Il arrive dans la base navale de San Diego le et rejoint la flotte du Pacifique des États-Unis[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i et j (en) « USS Zumwalt (DDG 1000) », sur Naval Vessel Register, Naval Sea Systems Command, (consulté le 20 décembre 2016).
  2. a et b (en) Kelsey D. Atherton, « Zumwalt Destroyer Delivered To The Navy », sur PopSci, (consulté le 15 octobre 2016).
  3. a et b Nathalie Guibert, « Avec le « Zumwalt », les Etats-Unis rejouent « Star Trek » en mer », sur lemonde.fr, (consulté le 15 octobre 2016).
  4. (en) « Navy Designates Next-Generation Zumwalt Destroyer », sur navy.mil, (consulté le 8 décembre 2015).
  5. « USS Zumwalt : Le super-destroyer furtif entre en flotte », sur meretmarine.com, (consulté le 15 octobre 2016).
  6. (en) Christopher P. Cavas, « US Navy Takes Ownership of Stealth Destroyer Zumwal », sur defensenews.com, (consulté le 21 mai 2016).
  7. Vincent Groizeleau, « L'US Navy prend enfin livraison du Zumwalt », Mer et Marine, 29 avril 2020.
  8. Julien Toureille, « L'US Navy est-elle toujours le maitre des océans ? », Diplomatie, no 33,‎ , p. 66.
  9. (en) Comité des forces armées du Sénat des États-Unis, National Defense Authorization Act fort Fiscal Year 2007 : Report of the comittee on armed services House of Representatives on H.R. 5122 together with Additional and dissenting views [Including cost estimate of the Congressional Budget Office], Washington, US Government Printing Office, , 712 p. (lire en ligne [PDF]), p. 69-70.
  10. « Navy Awards Contracts for Zumwalt Class Destroyers », Navy News Service, .
  11. « Zumwalt : la fiction devient réalité », sur mer et Marine, (consulté le 8 décembre 2015).
  12. (en) Comité des forces armées du Sénat des États-Unis, Report to the Subcommittee on Seapower, Committee on Armed Services, U.S. Senate, Washington, US Government Printing Office, (lire en ligne).
  13. a et b (en) « Flash Traffic : Keel Laid for 1st DDG-1000 Destroyer », The Navy, vol. 74, no 1,‎ , p. 15 (ISSN 1322-6231, lire en ligne, consulté le 8 décembre 2015).
  14. « L'US Navy contrainte d'annuler le baptême du Zumwalt », sur mer et Marine, (consulté le 8 décembre 2015).
  15. (en) « First Zumwalt Class Destroyer Launched », navy.mil,‎ (lire en ligne, consulté le 8 décembre 2015).
  16. (en) Geoffrey Ingersoll, « The US Navy's Most Intimidating Creation Yet Just Hit The Water », Business Insider,‎ (lire en ligne, consulté le 8 décembre 2015).
  17. (en) Kevin Miller, « Maine christening of USS Zumwalt a milestone for Navy, BIW », Portland Press Herald,‎ (lire en ligne, consulté le 8 décembre 2015).
  18. « Un contre-torpilleur futuriste mis à l'eau », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 8 décembre 2015).
  19. (en) Miller Kevin, « Sleek, futuristic warship built at BIW is cheered as it heads to sea », Portland Press Herald,‎ (lire en ligne, consulté le 8 décembre 2015).
  20. « Etats-Unis : panne d'un navire de guerre à 4 milliards de dollars », sur Euronews.com, (consulté le 23 novembre 2016).
  21. (en) « Updated: USS Zumwalt Sidelined in Panama Following New Engineering Casualty », sur news.usni.org (en), (consulté le 23 novembre 2016).
  22. (en) « USS Zumwalt (DDG 1000) Arrives in San Diego », sur navy.mil, (consulté le 10 décembre 2016).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]