Elmo Zumwalt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’US Navy
Cet article est une ébauche concernant l’US Navy.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zumwalt.
Elmo Russell Zumwalt, Jr.
Portrait de l'amiral Zumwalt en 1970.
Portrait de l'amiral Zumwalt en 1970.

Surnom Bud
Naissance
San Francisco, Californie (États-Unis)
Décès (à 79 ans)
Durahm, Caroline du Nord (États-Unis)
Origine Américaine
Allégeance Drapeau des États-Unis États-Unis
Arme Flag of the United States Navy (official specifications).svg United States Navy
Grade US-O10 insignia.svg Admiral
Années de service 19421974
Conflits Seconde Guerre mondiale
Guerre de Corée
Guerre du Vietnam
Commandement Chief of Naval Operations
Distinctions Navy Distinguished Service Medal
Legion of Merit
Bronze Star
Commendation Medal
Hommages Classe Zumwalt
Famille Mouza Coutelais-du-Roche (épouse)
4 enfants

Elmo Russell « Bud » Zumwalt, Jr., né le à San Francisco et mort le à Durham, est un amiral de la marine des États-Unis. Il a été le chef des opérations navales entre 1970 et 1974.

Zumwalt a joué un rôle majeur dans l'histoire militaire américaine, en particulier pendant la guerre du Viêt Nam. Ancien combattant décoré, Zumwalt a réformé la politique du personnel de la marine américaine dans un effort pour améliorer la vie des marins et pour apaiser les tensions raciales.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il entre à l'Académie navale d'Annapolis en 1939. Diplômé en 1942, il participe à la campagne du Pacifique d'abord sur un destroyer de la classe Porter[1], puis en 1943 est détaché pour instruction au commandement d'entraînement opérationnel du Pacifique à San-Francisco. En 1944, à bord d'un destroyer de la classe Fletcher[2], il participe à la bataille du golfe de Leyte où il obtient une Bronze Star en tant qu'évaluateur au Combat Information Center (CIC).

Il participe à la guerre de Corée à bord du cuirassé USS Wisconsin (BB-64) entre 1951 et 1952.

Au début des années 1960, il est repéré par Paul Nitze, alors secrétaire adjoint à la Défense pour les affaires de sécurité internationale, qui en fait son conseiller, y compris durant la crise de Cuba, puis son bras droit lorsqu'il est nommé secrétaire à la Marine des États-Unis le 29 novembre 1963. C'est sur sa recommandation qu'il est nommé contre-amiral en 1965 à l'age record de 44 ans, puis vice-amiral en 1968 et commandant les forces navales américaines au Vietnam dans un conflit qu'il a par ailleurs désapprouvé dès son début.

Responsable en particulier de la marine fluviale, il ordonne l'aspersion des berges des rivières avec l’agent Orange afin d'éviter l'action des tireurs embusqués. Les fabricants de ce produit lui avaient personnellement assuré qu'il n'y avait pas de risques pour la santé. Son fils qui était marin fut exposé à l'agent Orange et mourra d'un cancer en 1988.

Il devient, en avril 1970, le plus jeune chef des opérations navales. À ce poste jusqu'en 1974, il secoue le conservatisme de l'US Navy en matière d'intégration raciale et lutte contre les discriminations envers les minorités. Le premier amiral afro-américain est nommé sous son commandement et le nombre de femmes embarquées s’accroît. Les protestations sont vives contre sa politique "libérale" et cela aboutit à une campagne de dénigrement qui l’accuse d'avoir présidé à un relâchement de la discipline (il autorise les moustaches et les barbes chez les marins). Il tient bon et on assiste à une forte augmentation du nombre d'engagements dans la marine qui était très bas à son arrivée.

Au niveau opérationnel, il s’inquiète du développement de la marine soviétique et du rapport de forces entre les super-grands alors que l'on assiste à cette période à une baisse relative de la puissance américaine. Il tente d'obtenir des crédits du Congrès américain pour moderniser la flotte alors que celle-ci subit de fortes coupes dans son ordre de bataille.

Il restera connu comme un défenseur des droits civiques, un anticommuniste promouvant une puissance militaire forte et un défenseur d’Israël qu'il voit comme un porte-avions américain.

Après avoir pris sa retraite de la marine, il s'est porté candidat démocrate en 1976 au Sénat des États-Unis pour la Virginie, sans toutefois remporter l'élection face à Harry F. Byrd, Jr..

Elmo Zumwalt passera une grande part de son temps dans les années 1980 et 1990 à lutter en faveur des vétérans touchés par des maladies en temps de guerre. Lui-même est mort en 2000 à la suite de son exposition à l'amiante à bord des navires[3].

Le destroyer de l'US Navy, l'USS Zumwalt (DDG-1000), tête de série de la classe éponyme, est nommé ainsi en sa mémoire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'USS Phelps (DD-360)
  2. L'USS Robinson (DD-562)
  3. Justin Vaïsse, Histoire du néoconservatisme aux États-Unis : Le triomphe de l'idéologie, Editions Odile Jacob, , 337 p. (ISBN 978-2738121486), p. 121-122

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :