USS Houston (CL-81)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir USS Houston.

USS Houston
Image illustrative de l’article USS Houston (CL-81)
L'USS Houston au large de Norfolk le .
Type Croiseur léger
Classe Cleveland
Histoire
A servi dans Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Commanditaire Drapeau des États-Unis États-Unis
Constructeur Newport News Shipbuilding
Chantier naval Newport News, Virginie
Commandé
Quille posée
Lancement
Commission
Statut Retiré du service le
Équipage
Commandant William Wohlsen Behrens (20/12/1943 - 30/07/1945)
Howard Emery Orem (30/07/1945 - 21/06/1946)
Équipage 992 à 1 285 marins[1]
Caractéristiques techniques
Longueur 185,95 m
Maître-bau 20,22 m
Tirant d'eau 7,6 m
Déplacement 11 932 t
À pleine charge 14 358 t
Propulsion 4 turbines General Electric
4 chaudières Babcock & Wilcox
4 hélices
Puissance 100 000 ch
Vitesse 32,5 nœuds (60 km/h)
Caractéristiques militaires
Blindage Ceinture blindée = 89 à 127 mm
Pont = 51 mm
Cloisons = 38 à 76 mm
Château = 57 à 127 mm
Barbettes = 150 mm
Tourelles = 38 à 152 mm
Armement 4 × 3 canons de 6 pouces
6 × 2 canons de 5 pouces
4 × 4 canons de 40 mm
6 × 2 canons de 40 mm
21 × 1 canons de 20 mm
Rayon d'action 11 000 milles marins (20 400 km) à 15 nœuds (28 km/h)
Aéronefs 4 hydravions : SOC, puis OS2U
2 catapultes
Carrière
Indicatif CL-81

L'USS Houston (CL-81) est un croiseur léger de classe Cleveland entré en service dans l'United States Navy durant la Seconde Guerre mondiale.

Commandé sous le nom d'USS Vicksburg (CL-81) le [2], sa quille est posé le au chantier naval de la Newport News Shipbuilding de la ville du même nom, en Virginie. Il est renommé USS Houston en octobre 1942 en l'honneur de l'ancien navire du même nom coulé lors de la bataille du détroit de la Sonde en mars 1942. Il est lancé le et mis en service le sous le commandement du captain William Wohlsen Behrens[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Le Houston débute ses entraînements en mer des Caraïbes le . À la mi-avril, il est prêt pour partir rejoindre le Pacifique[3]. Il rejoint la Task Force 38 le , juste à temps pour prendre part à l'invasion des îles Mariannes. Il fait partie de l'écran des porte-avions lors des raids menés avant l'invasion sur les Mariannes les 12 et 13 juin et les Bonin les 15 et 16 juin[3].

Il prend part à la bataille de la mer des Philippines, déclenchée par la réaction japonaise à l'invasion de Saipan (15 juin)[4]. Le Houston appuie le feu antiaérien contre la puissance aérienne et navale japonaise. Après la bataille, la flotte est restée au large des îles Mariannes jusqu'à la mi-août, contribuant à l'invasion. Au cours de cette période, le Houston détruisit une station radar, un aérodrome et dix avions lors des bombardements de Guam et de Rota le 26 juin[3].

Participant à l'invasion des Palaos, le Houston fait partie du Task Group 38.2 et fin août, rejoint l'escorte des portes-avions attaquant les Palaos le 6 septembre[4]. Le Houston bombarde ensuite le littoral de Peleliu et des îles voisines, escorte des portes-avions lors de leurs raids aux Philippines, puis retourne à Peleliu pour soutenir les troupes terrestres[3].

De retour à Ulithi le , le Houston et son groupe opérationnel appareillent cinq jours plus tard pour une importante opération dans le Pacifique occidental, notamment en effectuant des frappes aériennes préliminaires contre Okinawa le 10 octobre. Ils lancent ensuite le 12 octobre trois jours d’attaques féroces contre Formosa[3]. Le 13 octobre, le croiseur lourd Canberra est endommagé et le lendemain, ce fut le tour de l'Houston. Il fut touché par une torpille aérienne qui heurta la coque au milieu du navire. Lors de son remorquage par le Boston le 16 octobre, il est de nouveau touché par une torpille et échappe de peu au naufrage[3]. Le croiseur rejoint tant bien que mal la base de la flotte américaine à Ulithi le [4].

Le Houston est torpillé une nouvelle fois le .

Après des réparations temporaires à Ulithi, il rejoint Manus le 20 décembre, où il est préparé pour le voyage du retour au chantier naval de New York, qu'il atteint le [4].

Les réparations s'achèvent après la capitulation du Japon. Le Houston appareille de New York le et est basé sur la côte est des États-Unis. Entre le 16 avril et le , il participe à une tournée amicale dans les ports d’Europe et d’Afrique du Nord, qui l’emmène en Scandinavie, au Portugal, en Italie et en Égypte. Il fait partie de la 12e division de croiseurs en Méditerranée de mai à août 1947. Le croiseur est désarmé le , placé en réserve et radié des listes de la marine le [5]. Il est démoli l'année suivante.

Décorations[modifier | modifier le code]

Le Houston a reçu trois Battle stars pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • John Grider Miller, The Battle to save the Houston, October 1944 to March 1945. (Annapolis: Naval Institute Press, 1985; 2000).

Liens externes[modifier | modifier le code]