Tyson Foods

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tyson Foods
logo de Tyson Foods

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs John W. Tyson (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société par actionsVoir et modifier les données sur Wikidata
Action New York Stock Exchange (TSN)Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social 2200 W. Don Tyson Parkway
SpringdaleVoir et modifier les données sur Wikidata
Drapeau des États-Unis États-Unis
Filiales Hillshire Brands
Site web www.tyson.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Tyson Foods NYSE : TSN est une société agro-alimentaire américaine dont le siège social se trouve à Springdale, Arkansas. Tyson Foods est le premier exportateur de bœuf américain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 29 mai 2014, Tyson annonce sa volonté d'acquérir Hillshire Brands pour 6,13 milliards de dollars, alors que Hillshire Brands souhaite acquérir Pinnacle Foods pour 4,3 milliards de dollars et que Pilgrim's Pride souhaite acquérir Hillshire Brands pour 6,4 milliards de dollars[1].

En juillet 2014, Tyson annonce la vente de ses activités de volailles au Mexique et au Brésil à Pilgrim's Pride pour 575 millions de dollars[2].

L'entreprise est critiquée par l'ONG britannique Oxfam pour les conditions de travail qu'elle impose à ses ouvriers. Afin de gagner en productivité, beaucoup sont privés du droit d'aller aux toilettes. En conséquence, certains sont contraints de porter des couches-culottes pour travailler dans leurs entreprises et « réduisent leurs prises de liquides et fluides à des niveaux dangereux ». Pour l'ONG, il s'agit d'une dégradation de la condition humaine pour des salariés qui déjà « gagnent de faibles salaires et souffrent de taux élevés de blessures et maladies »[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tyson offers to buy Hillshire for $6.13 billion, Reuters, 29 mai 2014
  2. Tyson to sell Mexico, Brazil poultry businesses to JBS, Lisa Baertlein et Shailaja Sharma, Reuters, 28 juillet 2014
  3. « Des ouvriers privés de pause pipi réduits à travailler… en couche-culotte », Marianne,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]