Trousseau de mariage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trousseau (homonymie).
Trousseau de mariage
Aussteuerschrank fcm.jpg
Armoire de mariée en Allemagne, contenant le trousseau de mariage.
Type
Caractéristiques
Composé de
Conception
Date
XIVe siècleVoir et modifier les données sur Wikidata
Fabrication
Fabricant
Utilisation
Usage

Le trousseau de mariage, est, depuis le XIVe siècle, le linge personnel et de maison qu’une jeune fille devait posséder en vue de son mariage.

Historique[modifier | modifier le code]

Dès qu’une fille naissait dans un foyer, les femmes de sa famille, puis la jeune fille elle-même, commençaient à assembler son trousseau de mariage en réalisant et confectionnant un certain nombre de pièces tissées nécessitant filature, couture et broderie. Une fois le trousseau achevé, le voisinage était convié à venir l'admirer[1].

Le trousseau se compose de linge de corps (culottes, bonnets, bas…), de literie (draps, taies d’oreiller, housses…) et de linge de table (nappes et serviettes…) brodées aux initiales de la mariée. Aux XVIIIe et XIXe siècles, les jeunes filles issues de famille bourgeoise exposaient leur riche trousseau au cours des noces[2].

En Alsace, à la naissance d'une fille, on réservait un champ de lin qui devait fournir la matière à filer puis à tisser pour faire son trousseau[3]. Dans un acte notarié alsacien datant de 1788, on relève cet inventaire : six jupes en toile, quatre jupes en bombasin[4], deux jupes en demi-lin avec corsages en calamande de différentes couleurs[5], une dizaine de devantiers (= plastrons) de différentes couleurs, assortis aux corsages, quatre corsages en soie de différente qualité, deux jupons, l'un en flanelle double, l'autre en laine doublée de flanelle, six casaquins (deux en maroquin, deux en coton, deux en toile grossière) garnis de taffetas, douze tabliers noirs (quatre en coton, quatre en demi-coton, quatre en lin), une douzaine de tabliers blancs mi-chanvre, mi-lin, un châle de quatre aunes et demie, deux douzaines de chemises en chanvre et deux douzaines en lin avec manches de chanvre, douze bonnets (quatre en laine, quatre en gros de Tours, quatre en soie), quatre douzaines de mantelettes avec dentelles, une douzaine de paires de bas (six en laine, six en coton), deux paires de chaussures et deux paires de pantoufles, une douzaine et demie de draps, autant de nappes et d’essuie-mains, le tout en mi-chanvre et demi-lin, ainsi qu’une balle de chanvre de 25 livres, une balle de lin de 20 livres[6].

Sur le territoire de la Confédération suisse, sont réputés faire partie du trousseau de mariage les objets de ménage, les objets personnels, les moyens de transport, les cadeaux de mariage, les animaux et les réserves de mariage apportés par l’épouse[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Article Trousseau », CNRTL, consulté le 5 mai 2015.
  2. « Les symboles du mariage », Femme actuelle, 25 juillet 2005, consulté le 5 mai 2015.
  3. Christianne Burckel, Les étoffes en Alsace : Le Kelsch, Pontarlier, Éditions du Belvédère, , 208 p. (ISBN 978-2884-19348-1), p. 139.
  4. Tissu de différentes natures, en particulier de soie, ou de fil et de coton.
  5. Étoffe en laine lustrée à l’endroit, très en vogue au XVIIIe siècle.
  6. Jean-Michel Boehler : La paysannerie de la plaine d'Alsace (1648-1789), Presses Universitaires de Strasbourg, 1994, T. III, annexe 50 p. 2337 : La dot, reflet de la fortune paysanne ? L'exemple de la famille Weinling à Truchtersheim (Bas-Rhin), 1788. (source : BR 6 E 36/206, Not. Saverne II, 29 février 1788, traduction)
  7. « Traitement douanier des trousseaux de mariage »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Khadidja Benachenhou, Le trousseau de la jeune mariée à Tlemcen ou L'âme d'une société, École des hautes études en sciences sociales, Paris, 1983, 133 p. (mémoire de sociologie musulmane)
  • Brigitte Franche, Marquoirs & trousseaux en Bourgogne, ou De l'éducation des filles, Éd. de l'Armançon, Précy-sous-Thil, 2002, 120 p. (ISBN 2-84479-043-7)
  • Patrick Prado et Anne Tricaud, Passeurs de linge : trousseaux et familles, Éd. de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1999, 79 p. (ISBN 2-7118-3894-3) (catalogue de l'exposition Musée national des arts et traditions populaires, 29 septembre 1999-17 janvier 2000)
  • Le trousseau de la Reine de Mai, Marie-José de Savoie, Mona Bismarck Foundation, Paris, 2009, 143 p. (ISBN 978-2-913206-05-2) (exposition, Paris, Mona Bismarck Foundation, 7 octobre-12 décembre 2009)
  • Olga Verschoor, Les trousseaux du temps jadis, Paris, Hatier, 1999, 174 p. (ISBN 978-2743800406)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]