Tong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Thongue, Slash et Tong (organisation).
Exemples de tongs.

La tong, tongo ou nu-pied, aussi appelée gougoune au Québec[1] ou simplement sandale, slache en Belgique francophone mais plus particulièrement à Bruxelles, ou encore savate (savates deux doigts) ou claquette dans la France d'outre-mer, est une chaussure formée d’une semelle sur laquelle sont fixées deux brides en Y dont la lanière verticale (le « bâton » sur lequel repose le Y), fixée sur la semelle, sépare le gros orteil du reste des orteils du pied. Cette caractéristique distingue les tongs de ce qui en France métropolitaine et autres régions francophones est appelé des « claquettes », le mot utilisé dans certaines îles ou archipels francophones, comme la Nouvelle-Calédonie, pour désigner les tongs.

La tong est une chaussure estivale et ludique dans les contrées occidentales ; elle est portée de façon quotidienne par les deux sexes sous les tropiques.

Le mot « tong » vient de l'anglais « thong » (« lanière »)[2].

Origines[modifier | modifier le code]

Sandale des dynasties hérakléopolitaines égyptiennes.
Port de tongs en été.

On retrouve des preuves de l'existence de sandales à lanière centrale sur les bas-reliefs égyptiens dès la première dynastie du premier pharaon Narmer vers 3 200 ans av. J.-C.[3] au départ constituées d’une simple semelle rigide en papyrus tressé et dotée de lanières de cuir.

On voit apparaître dans d'autres civilisations cette forme de chaussant : Romains, Perses, Indiens, Japonais. Ces derniers les nomment « zōri » puis « geta » au XXe siècle.

C'est la zōri japonaise qui a inspiré la société brésilienne São Paulo Alpargatas lorsqu'elle a créé la tong brésilienne, la Havaianas.

Son usage s’est ensuite largement diffusé à l’ensemble de la planète, et notamment aux zones tropicales, où il peut être quotidien. C’est le cas au Brésil, où l’on trouve le premier producteur mondial, la société Alpargatas qui, en 2012, a vendu plus de quatre milliards de paires d’Havaianas dans le monde[4]. C’est aussi le cas dans les régions françaises d’outre-mer, où la tong, appelée « samara », « savate », « savate deux doigts » ou « claquette ». On l'utilise aussi, même très souvent sur le bord de la plage.

La tong présente l'avantage d’être peu coûteuse, rapide à chausser et adaptée à la plage, laissant le pied nu à l'air libre. Elle est devenue une mode en été.

On porte généralement la tong pied nu, la bride entravant le port de vêtements dessous, à moins de porter des chaussettes à orteils.

Fabrication et commercialisation[modifier | modifier le code]

La tong est aujourd’hui un accessoire de mode dont les modèles les plus chers peuvent atteindre plus de 15 000 euros (ornés d'or et de diamants)[5]. Elle est aujourd’hui déclinée dans toutes les formes, de la tong publicitaire à la tong à talons.

Elle est le plus souvent fabriquée en caoutchouc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gougoune - Dictionnaire québécois
  2. Le Nouveau Petit Robert, Dictionnaires Le Robert, 2007
  3. « Palette du roi Narmer », sur http://www.shenoc.com, (consulté le 6 septembre 2017).
  4. Les produits branchés de l'été : Les tongs brésiliennes Havaianas - Le Journal du Net (non daté).
  5. Havaianas, l'entreprise qui a vendu 2,6 milliards de tongs - Annie Gasnier, L'Expansion, 1er juillet 2004

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]