Tomoyuki Yamashita

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tomoyuki Yamashita
YamashitaTomoyukiOsaka.jpg
Fonction
Gouverneur général des Philippines
-
-
Biographie
Naissance
Décès
(à 60 ans)
ManilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
山下奉文Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Japonais
Formation
Activité
Militaire
Autres informations
Religion
Arme
Grade militaire
Conflit
Seconde Guerre Mondiale
Distinctions
Liste détaillée

Le général Tomoyuki Yamashita (山下 奉文 Yamashita Tomoyuki) (né le , exécuté le par pendaison) était un général de l'Armée impériale japonaise durant la Seconde Guerre mondiale.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il est considéré comme l'équivalent de Rommel dans l'Allemagne nazie, célèbre pour avoir conquis avec ses chars et 30 000 hommes les colonies britanniques de Malaisie et de Singapour, défendues par 120 000 soldats britanniques, indiens et australiens, ce qui lui a valu le surnom de « Tigre de Malaisie ».

En 1945, il assuma également la défense des Philippines lors de la reconquête alliée.

Le général Yamashita est exécuté par pendaison à Los Baños aux Philippines le 23 février 1946, après un procès extrêmement controversé devant un tribunal militaire américain. La principale accusation se rapportait à des crimes de guerre commis aux Philippines (Massacre de Manille) par les troupes placées sous son commandement, qu’il n’avait pourtant pas ordonnés[1] (il avait d'ailleurs donné des ordres qui, s'ils avaient été suivis, auraient pu empêcher ces atrocités).

Postérité[modifier | modifier le code]

La décision en 1946 de la Cour suprême américaine a établi un précédent, dénommé responsabilité du commandement ou norme Yamashita, selon laquelle un commandant peut être tenu responsable devant la loi pour les crimes de guerre commis par ses troupes, même s'il ne les a pas commandés ou permis, alors qu'il avait les moyens de les connaître et donc potentiellement de les arrêter. Cette doctrine de la responsabilité du commandement a été ajoutée aux Conventions de Genève et a été appliquée à des dizaines de procès devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie. Il a également été adopté par la Cour pénale internationale établie en 2002[2].

Voir également[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. France2.fr, biographie de Tomoyuki Yamashita
  2. Allan A. Ryan, Allan Yamashita's Ghost- War Crimes, MacArthur’s Justice, and Command Accountability, University Press of Kansas, 2012

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Boutillier du Retail, Recueil. Dossiers biographiques Boutillier du Retail. Documentation sur Tomoyuki Yamashita, Paris, AFIP, (notice BnF no FRBNF43897376)
  • Arthur Swinson (trad. lieutenant-colonel Maurice Parlongue, préf. Basil Henry Liddell Hart), Singapour: Foudroyante victoire japonaise, Verviers, Paris, Gérard et Cie, l'Inter, coll. « Histoire illustrée de la Seconde Guerre mondiale » (no GM 16), , 186 p. (notice BnF no FRBNF35167764).

Liens externes[modifier | modifier le code]