Timgad (Batna)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Timgad (ville))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Daïra de Timgad, Barrage de Timgad et Timgad.
image illustrant une [[commune <adjF>]] image illustrant algérien
Cet article est une ébauche concernant une commune algérienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Timgad
La place de Timgad
La place de Timgad
Noms
Nom arabe تيمڨاد
Nom berbère ⵜⴰⵎⵓⴳⴰⴷⵉ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Aurès
Wilaya Batna
Daïra Timgad
Code postal 05130
Code ONS 0550
Démographie
Population 11 828 hab. (2008[1])
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 29′ 45″ nord, 6° 28′ 02″ est
Superficie 224 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Batna.
Localisation de la commune dans la wilaya de Batna.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Timgad

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Timgad

La ville moderne de Timgad est une commune de la wilaya de Batna en Algérie, située à la périphérie de la ville antique de Timgad, à 35 km à l'est de Batna et à 68 km à l'ouest de Khenchela.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Timgad est situé à l'est de la wilaya de Batna.

Communes limitrophes de Timgad
El Madher Chemora Ouled Fadel
Ouyoun El Assafir Timgad Ouled Fadel
Oued Taga Oued Taga, Foum Toub  ? (wilaya de Khenchela)

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

La commune de Timgad est composée de 12 localités[2] :

  • Aïn Abderrahmane
  • Ain Tarfa
  • Bir Zaatout
  • Draa El Bez
  • El Ma El Morre
  • Ouled Abdelkaoui
  • R'Baa
  • Taraket
  • Theniet El Khorchef
  • Tidjedal
  • Timgad centre
  • Tissaki

Histoire[modifier | modifier le code]

À partir de 1948, la nécessité de protéger le site archéologique de Timgad et de loger aux mieux les habitants conduisit au projet de la construction d’une ville nouvelle de Timgad, conçue selon les normes de l’architecture contemporaine. Après l’échec d’un premier projet, la conception et la construction de la nouvelle cité furent confiées à Roland Simounet en 1957, la ville nouvelle devant être construite à 1000 m au nord des ruines de la ville romaine. Simounet proposa une ville aux rues étroites occupant une superficie de 6 ha, utilisant une architecture aux formes simples adaptées à l’environnement local et aux conceptions qu’il se faisait du bien être des habitants. La construction fut menée à bien malgré la guerre d’Algérie et ses restrictions grâce à l’usage de techniques et de matériaux locaux[3].

Vie quotidienne[modifier | modifier le code]

Festival[modifier | modifier le code]

Le nouveau théâtre de plein air s'apprête à accueillir pour la première fois le trente-deuxième festival international de la musique de Timgad du 8 au 17 juillet 2010 antérieurement organisé au théâtre antique[4].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine archéologique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : la cité antique de Timgad.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Population de la commune de Timgad de 1966 à 2008[5].
1966 1977 1984 1998 2008
9 351 9 781 12 000 10 937 11 828

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wilaya de Batna : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret n° 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriales des communes. Wilaya de Batna, p. 1479.
  3. Kumido Soda, « La réalisation de la nouvelle agglomération de Timgad pendant la guerre d’Algérie : Roland Simounet et sa « mission impossible » », Livraisons d’histoire de l’architecture, 2005, 9, p. 149-159 lire en ligne
  4. Le festival de Timgad revient, le Quotidien d'Oran, Samedi 3 juillet 2010
  5. Philippe Thiriez, en flanant dans les Aures, chap. 3 (« Batna »), p. 47

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]