Thomas Regnaudin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Thomas Regnaudin
Gorgoneion Regnaudin Amelot de Bisseuil.jpg
Méduse, décors d'un panneau du portail de l'Hôtel Amelot de Bisseuil, Paris
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Œuvres principales

Thomas Regnaudin, (Moulins, 1622 - Paris, ), est un sculpteur du baroque français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un maître tailleur de pierre de Moulins, il vient à Paris pour poursuivre des études artistiques. Il est l'élève de François Anguier.

Le , il est reçu à l'Académie Royale avec un bas-relief ovale en marbre représentant Saint-Jean-Baptiste, le , il est élu professeur[1], adjoint à recteur le .

En 1687, il obtient un troisième prix de Rome en sculpture. Il travaille au Louvre, aux Tuileries, au Château de Fontainebleau et au Château de Versailles où il travaille sur plusieurs décors de fontaines. Dans le Bosquet des Bains, pour le groupe Apollon servi par les nymphes exécuté sous la direction de François Girardon d'après un dessin de Charles Le Brun, il a réalisé trois des nymphes.

Il reste un sculpteur de second ordre et ne jouit pas d'une grande notoriété, ayant souvent travaillé sous la direction de sculpteurs plus connus.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Le Loiret, margelle orientale du Bassin du Midi du Parterre d'Eau, Versailles. Photo d'Eugène Atget (1902)

Conférences à l'Académie royale de peinture et de sculpture[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Comte de Caylus, « Michel Anguier et Thomas Regnaudin par le comte de Caylus. Vies de Michel Anguier, recteur de l'Académie, et de Thomas Regnaudin, adjoint à recteur, sculpteurs. Lues à l'Académie le 3 mai 1749 », Mémoire inédits sur la vie et les ouvrages des membres de l'Académie royale de peinture et de sculpture publiés d'après les manuscrits conservés à l'École impériale des beaux-arts, Paris, J.-B. Dumoulin, t. 1,‎ , p. 475-478 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]