The Jesus and Mary Chain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Jesus and Mary Chain
Description de cette image, également commentée ci-après
The Jesus and Mary Chain en concert au Wiltern à Los Angeles, en Californie, le .
Informations générales
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Rock alternatif, shoegazing, noise pop, post-punk, rock indépendant
Années actives 19831999, depuis 2007
Labels Creation, Blanco y Negro, Sub Pop, Def American, Reprise Records, Warner Music
Site officiel thejesusandmarychain.uk.com
Composition du groupe
Membres Jim Reid
William Reid
Scott Von Ryper
Brian Young
Mark Crozer
Anciens membres Douglas Hart
Murray Dalglish
Bobby Gillespie
Loz Colbert
Martin Hewes
James Pinker
Dave Evans
Richard Thomas
Ben Lurie
Matthew Parkin
Barry Blackler
Steve Monti
Nick Sanderson
Lincoln Fong
Duncan Cameron
John Moore
Phil King
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo de The Jesus and Mary Chain.

The Jesus and Mary Chain est un groupe de rock britannique, originaire de East Kilbride, en Écosse. Formé en 1984 les membres principaux sont les frères auteurs-compositeurs Jim et William Reid. Le groupe marque un temps d'arrêt en 1999, avant de revenir en 2007.

Le groupe compte au total sept albums studio dont Psychocandy (1985), Darklands (1987), Automatic (1989), Honey's Dead (1992), Stoned and Dethroned (1994), Munki (1998), et Damage and Joy (2017),

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts (1983–1984)[modifier | modifier le code]

Les frères Reid, William (né en 1958) et Jim (né en 1961) grandissent à East Killbride, une ville nouvelle située dans la banlieue de Glasgow. Issus d'une famille ouvrière, ils pointent tous les deux au chômage pendant plusieurs années en ce début des années 1980, marquées par la crise économique qui sévit alors en Grande-Bretagne. Ils trouvent donc dans le rock'n roll l'unique moyen de s'en sortir dans une région en plein déclin industriel. Les deux frères tombent d'accord sur leur projet commun : « Écrire des chansons des Shangri-Las avec le son de Einstürzende Neubauten »[1]. Pour constituer leur groupe, les frères Reid ont recruté deux gars de leur quartier, le bassiste Douglas Hart et le batteur Murray Galglish. Leur cassette de démos arrive finalement entre les mains d'Alan McGee qui gère un tout petit label nommé Creation et qui décide de programmer le groupe dans une petite salle londonienne. Impressionné par ce qu'il entend McGee signe le groupe dès la fin de la balance, avant même le début du concert[2].

Le batteur Murray Galglish est rapidement remplacé par Bobby Gillespie (futur chanteur de Primal Scream). Le groupe a enregistré son premier single, Upside Down, sorti en novembre 1984, pour le label Creation Records. Malgré un accueil élogieux du premier single par la presse musicale britannique et même si le groupe fut encensé par le magazine New Musical Express, ce fut surtout leurs prestations scéniques qui ont suscité l'attention. Le groupe a donné ses deux premiers concerts en France le 3 novembre 1984 à la MJC Claudel de Reims, dans le cadre d'une tournée européenne Creation avec Biff Bang Pow! et The Jasmine Minks et le 6 mars 1985 à Paris aux Bains-Douches.

Psychocandy (1985)[modifier | modifier le code]

Les premières apparitions de Jesus and Mary Chain deviennent l'objet d'une légende dans le milieu du rock indépendant, rapidement propulsé comme fer de lance du mouvement noisy pop avec des groupes tels que My Bloody Valentine. En jouant devant un public peu nombreux, Jesus and Mary Chain gagne sa notoriété avec de très courts sets. Certains ne durent pas plus de 10 minutes et consistent en un mur de bruit constant composé de larsen et de distorsion, d'autres consistent à jouer dos au public en refusant de lui parler. Plusieurs concerts culminent avec les frères Reid détruisant leur matériel, ce qui fut souvent suivi par des émeutes du public. Tout ceci enchanta le manager et patron du label Creation Records, Alan McGee, qui manifestement trouva que le groupe savait facilement attirer l'attention. Il voulait simplement que les journalistes de la presse musicale soient présents lorsque ces événements survenaient naturellement, pour s'assurer de faire la couverture des magazines musicaux.

La violence qui suivait chaque action du groupe atteint son sommet lors d'un événement qui fait maintenant partie du folklore indépendant. Le 15 mars 1985, Jesus and Mary Chain jouait à la North London Polytechnic devant une de leurs plus grandes foules. La première partie de Meat Whiplash avait créé l'agitation en renvoyant vers le public une bouteille qui leur avait été jetée. Au moment où Jesus and Mary Chain commence son concert, l'auditoire déjà très échauffé déclenche une émeute bien plus importante et sauvage que toutes celles qu'ait connu le groupe jusqu'à ce jour. La presse musicale était présente ce soir-là et cet événement s'appela par la suite L'émeute Jesus and Mary Chain.

La même année, le groupe signe avec le label Blanco y Negro et sort les singles You Trip Me Up et Never Understand qui seront bientôt suivis par leur premier album Psychocandy. Cet album mélange les deux influences principales des frères Reid, le son indé des guitares des Velvet Underground avec les tendances pop des années 1960 de Phil Spector et des Beach Boys. Le groupe était amateur de la drogue LSD et elle influence le son perce-tympan et grinçant, qui deviendra plus tard sa marque de fabrique. Le disque reçut des critiques unanimement positives et est aujourd'hui considéré comme un enregistrement de référence.

Jesus and Mary Chain est renvoyé de son label après qu'un combat ait éclaté en Allemagne avec pour conséquence l'arrestation de Reid pour possession d'amphétamines. Cela leur vaut une comparaison disgracieuse aux [[]]ls]] par la presse britannique et les a conduit à apparaître dans plusieurs tabloïds. Comme ce fut le cas des concerts Anarchy des Sex Pistols, des concerts de Jesus and Mary Chain ont été interdits à Plymouth, Birmingham, Sheffield et supprimé d'un concert de Glasgow pour avoir blasphémé sur scène. La dernière date de concert a eu lieu à Brighton avec un public de 600 personnes et une armée impressionnante de police. Il n'y a pas eu d'accrochage. Deux mois plus tard, la société de pressage de disque du label WEA refuse la production du single You Trip Me Up parce qu'une partie de son personnel considérait comme obscène le morceau de la face B du single, Jesus Sucks. Même si le groupe avait à l'origine souhaité appeler le morceau Jesus Fucks, il est forcé de le remplacer par Just Out of Reach.

Darklands et Automatic (1986–1989)[modifier | modifier le code]

The Jesus and Mary Chain en 2015.

Après l'album Psychocandy, le groupe enregistre et sort le single Some Candy Talking, interprété à tort comme parlant d'usage d'héroïne. Dans une interview parue en 2005 dans le Filter Magazine, Jim Reid déclare que « Some Candy Talking n'avait rien à voir avec la drogue. Cette idée a été répandue par le DJ d'une radio et le titre a ensuite été banni de toutes les radios du Royaume-Uni ». À la suite de la sortie de Some Candy Talking, Bobby Gillespie quittera le groupe pour devenir le leader de Primal Scream à plein temps. Il sera remplacé par John Moore, qui quittera lui aussi le groupe lors de la sortie du second album, Darklands, en septembre 1987 (il formera alors Black Box Recorder avec Luke Haines). Moore sera remplacé par Dave Evans, ancien ingénieur du son du groupe et bassiste du groupe Biff Bang Pow! (comprenant aussi Alan McGee et Dick Green de Creation Records). D'un son plus mélodique, l'album est enregistré presque entièrement par les frères Reid eux-mêmes, remplaçant la batterie par une boîte à rythme. Il reçoit des critiques très positives par la presse musicale britannique.

Les concerts du groupe étant jusqu'alors considérés comme l'élément fort du groupe et la raison principale de leur succès, est eclipsé par leurs albums. En 1987 et 1988, ils font leur tournée sans batteur, un roadie ayant la charge d'une cassette jouant les parties batterie. Les prestations sont médiocrement reçues et ils reviennent rapidement vers un batteur, en recrutant Richard Thomas pour deux ans, par la suite remplacé par Steve Monti en 1990. Le changement perpétuel des musiciens de Jesus and Mary Chain continue à travers toute leur carrière, avec un renouvellement de batteurs, bassistes et guitaristes recrutés au gré des apparitions télé et des concerts quand cela s'avère nécessaire, la seule constante s'avérant les frères Reid.

La réputation dangereuse du groupe culmine curieusement à un concert au club RPM à Toronto, au Canada, en novembre 1987, quand Jim Reid frappe avec son support à micro deux fans qui lui auraient craché dessus. Jim est arrêté et passe une nuit en prison. Il a plus tard obtenu un acquittement après avoir accepté de donner 500 livres à l'Armée du salut. À la suite de la compilation de morceaux rares Barbed Wire Kisses sortie en 1988 et à une tournée, l'album Automatic sort en septembre 1989. Revendiquant un usage intensif de basse synthétique et de claviers, l'album n'est pas aussi bien reçu que les précédents. Il contient les singles Head On et Blues From a Gun. La violence habituellement associée à la musique du groupe y est pratiquement inexistante et les frères Reid deviennent moins antagonistes et agressifs en général. Il semble qu'ils se soient calmés...

De Honey's Dead à Munki (1990–1998)[modifier | modifier le code]

Après une période plus calme, le groupe contredit ses détracteurs avec leur single suivant, Reverence. Crachant de nouveau une bile punk rock dans toutes les directions, le morceau fut censuré à la radio et la vidéo censurée à la télévision à cause de paroles jugées potentiellement offensantes : « I wanna die just like J.F.K., I wanna die in the U.S.A. » (qui se traduit : Je veux mourir comme J.F.K., je veux mourir aux U.S.A.). Le single fut suivi par la sortie de l'album Honey's Dead en 1992, considéré comme un retour en force : il conserve leur son caractéristique perçant les tympans tout en mêlant des influences de la scène dance britannique du moment. Après la tournée de promotion de l'album et la sortie d'une autre compilation de morceaux rares, The Sound of Speed, ils retournèrent en studio pour enregistrer leur cinquième album, le très acoustique Stoned and Dethroned qui sortira en 1994.

Après le dernier album de la trilogie des raretés, Hate Rock n'Roll en 1995, Jesus and Mary Chain se sépare de Blanco y Negro, leur label depuis plus de dix ans, et signe avec le label indépendant américain Sub Pop. Il y enregistre l'album Munki en 1998, qui sera leur dernier avant leur séparation l'année suivante. L'album est souvent considéré comme musicalement divisé à cause des relations houleuses des frères Reid. Jim Reid se souvient : « William et moi ne nous entendions pas très bien. La dernière année nous nous parlions à peine. Munki est un de mes albums favoris, mais il était très divisé. William allait enregistrer en studio avec le reste du groupe quand je n'étais pas là et j'y allais quand il n'était pas là. »

Le 12 septembre 1998, William a une dispute avec le guitariste Ben Lurie dans le bus de la tournée avant un concert à guichets fermés au célèbre House of Blues de Los Angeles. Jim et William se disputent ensuite pendant 15 minutes en plein concert, avec comme conséquence le départ de William du groupe après ce concert. Le concert est considéré comme l'un des pires du groupe. William était parti et Jim se souvient avoir été complêtement ivre. On estima le concert si mauvais qu'on remboursa le public. Le groupe finit ensuite ses dates japonaises et américaines sans William. À partir de ce moment, il était clair que la vie du groupe était terminée.

Après-séparation (1999–2006)[modifier | modifier le code]

Immédiatement après la séparation, William Reid commença une carrière solo sous le nom Lazycame et Jim Reid fonde Freeheat, quoique aucun n'aient jamais reçu une quelconque attention ou rencontré du succès. En octobre 2005, les frères Reid son de nouveau réunis. Le morceau de Jim, Song for a Secret, sort en single avec le morceau Cannot Stop The Rock de Sister Vanilla, écrit et produit par William et la benjamine de la fratrie, Linda. Le single fut édité par le label Transitor Records le 17 octobre. Jim Reid fit la promotion de son morceau lors d'une prestation au London Sonic Cathedral Club pour l'hommage à John Peel, le 13 octobre 2005. Il termine cette prestation exceptionnelle avec un classique des Jesus and Mary Chain, Never Understand.

En 2005, six années après la séparation du groupe, leur morceau Heat, de la compilation Sound of Speed, est utilisé dans une campagne de publicité à la télévision pour la bière Coor's au Royaume-Uni. John Moore forme Black Box Recorder.

Retour (depuis 2007)[modifier | modifier le code]

Jim Reid, en concert en 2007.

Le groupe joue au Coachella en avril 2007. Ce même mois, ils sont rejoints sur scène pour la chanson Just Like Honey par l'actrice Scarlett Johansson. Le 26 avril 2007, à Pomona, en Californie, ils sont plutôt rejoints par Annie Hardy de Giant Drag[3]. Leur première performance britannique depuis leur retour s'effectue au festival Meltdown en juin[4].

En 2010, un best-of, Upside Down: The Best of The Jesus and Mary Chain, est publié chez Music Club Deluxe[5]. Entre mars et septembre 2012, le groupe joue une série de dates nord-américaines, et effectuent leur premier concert en Chine en mai. En 2013, un coffret vinyle comprenant l'intégralité de leur discographie est annoncé sous le titre de The Complete Vinyl Collection via Demon Music Group[6],[7]. En mars 2014, le groupe signe de nouveau avec Alan McGee de Creation Management.

En 2015, le groupe annonce avoir repris le chemin des studios[8]. En 2016, la sortie d'un nouvel album pour mars 2017 est annoncée[9]. Damage and Joy sort le 24 mars 2017[10], et atteint la première position dans le hit-parade anglais de la musique alternative[11].

Influences[modifier | modifier le code]

Jesus and Mary Chain est parmi les groupes indépendants qui ont eu le plus d'influence. Leur premier album Psychocandy, à l'image de Cocteau Twins, a largement influencé le mouvement shoegazing de la fin des années 80, tout comme de nombreux autres groupes américains. Des groupes comme My Bloody Valentine et Stone Roses citent Jesus and Mary Chain comme influence majeure. L'influence de Jesus and Mary Chain demeure aujourd'hui encore une influence qui est confirmée par de nombreuses reprises de chansons du groupe (notamment par les Pixies). Des groupes contemporains comme The Raveonettes, et Black Rebel Motorcycle Club sont très redevables de l'influence de Jesus and Mary Chain. Néanmoins, le plus grand apport de Jesus and Mary Chain est d'avoir compris que le bruit du punk rock/industriel n'était pas diamétralement opposé à la mélodie de la pop, que les deux pouvaient tisser ensemble une musique bien meilleure.

Just Like Honey est l'une des chansons phare de la bande originale du film Lost in Translation de Sofia Coppola.

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

  • Jim Reid – chant, guitare (1983–1999, depuis 2007)
  • William Reid – guitare, chant (1983–1999, depuis 2007)
  • The Black Ryder – guitare (depuis 2015)
  • Brian Young – batterie (depuis 2012)
  • Mark Crozer – guitar (2007–2008, 2012), basse (depuis 2013)

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Douglas Hart – basse (1984–1991)[12]
  • Murray Dalglish – batterie (1984)
  • Bobby Gillespie – batterie (1984–1986)
  • Martin Hewes – batterie (1986)
  • James Pinker – batterie (1986)
  • Dave Evans – guitare rythmique (1987–1989)
  • Richard Thomas – batterie (1988–1990)
  • Ben Lurie – guitare rythmique, basse (1989–1998)
  • Steve Monti – batterie (1990–1995)
  • Matthew Parkin – basse (1992)
  • Barry Blackler – batterie (1992)
  • Nick Sanderson – batterie (1993–1998; died 2008)
  • Lincoln Fong – basse (1994–1995)
  • Geoff Donkin – batterie (1998)
  • Phil King - basse, guitare (1998, 2007-2015)
  • Loz Colbert – batterie (2007–2008)
  • John Moore – guitare (1986–1987, 2012), batterie (1985–1986)
  • Duncan Cameron - guitare (1983–1984)

Chronologie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Psychocandy (Blanco y Negro)
  • 1987 : Darklands (Blanco Y Negro)
  • 1989 : Automatic (Blanco y Negro)
  • 1992 : Honey's Dead (Blanco y Negro)
  • 1994 : Stoned and Dethroned (Blanco y Negro)
  • 1998 : Munki (Sub Pop Records)
  • 2017 : Damage and Joy

Singles et EP[modifier | modifier le code]

  • 1984 : Upside Down (Creation Records)
  • 1985 : Never Understand (Blanco y Negro)
  • 1985 : You Trip Me Up (Blanco y Negro)
  • 1985 : Just Like Honey (Blanco y Negro)
  • 1986 : Some Candy Talking (Blanco y Negro)
  • 1987 : April Skies (Blanco y Negro)
  • 1987 : Happy When It Rains (Blanco y Negro)
  • 1987 : Darklands EP (Blanco Y Negro)
  • 1988 : Sidewalking (Blanco y Negro)
  • 1989 : Blues from a Gun (Blanco y Negro)
  • 1989 : Head On (Blanco y Negro)
  • 1990 : Rollercoaster (Blanco y Negro)
  • 1992 : Reverence (Blanco y Negro)
  • 1992 : Far Gone and Out (Blanco y Negro)
  • 1992 : Almost Gold (Blanco y Negro)
  • 1992 : Sound of Speed (Blanco y Negro)
  • 1994 : Sometimes Always (American Recordings)
  • 1998 : Cracking Up
  • 1998 : I Love Rock and Roll

Compilations et live[modifier | modifier le code]

  • Barbed Wire Kisses (B-Sides and More) (04/1988, Blanco y Negro)
  • Sound of Speed (1993, Blanco y Negro)
  • I Hate Rock N' Roll (05/1995, American Recordings)
  • The Complete John Peel Sessions (2000)
  • 21 Singles (05/2002, Rhino Entertainment)
  • Live in Concert (2003)
  • The Power Of Negative Thinking : B-Sides & Rarities (Coffret 4 CD) (2008)
  • Upside Down: The Best of The Jesus And Mary Chain (2010)
  • Live at Barrowlands (2015)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. magazine Rock & Folk n° 542 (Octobre 2012, p.54)
  2. (en) Olga Sladeckova, « Jesus and Mary Chain : Interview with Jim Reid Part 1 », pennyblackmusic.co.uk, (consulté le 11 juillet 2012).
  3. (en) « Archives », .
  4. (en) James McNair, « The Jesus And Mary Chain, Royal Festival Hall, London », independent.co.uk,‎ .
  5. (en) (en) Hudson, Alex, « The Jesus and Mary Chain Receive New Best Of Set », Exclaim!, (consulté le 9 octobre 2013)
  6. (en) Kaye, Ben, « The Jesus and Mary Chain’s 30th anniversary celebrated with vinyl box set », Consequence of Sound, (consulté le 9 octobre 2013).
  7. (en) « The Jesus And Mary Chain announce release date of 11-disc career spanning boxset », NME, (consulté le 9 octobre 2013).
  8. Guillaume Barrot, « 17 ans après, The Jesus And Mary Chain annonce la sortie d’un nouvel album », Les Inrockuptibles, 1er octobre 2015.
  9. (en) Matthew Strauss, « The Jesus and Mary Chain Releasing First New Album in Over 18 Years », Pitchfork Media, 16 novembre 2016.
  10. (en) Damage and Joy nnounce new album
  11. (en) Independant albums charts.
  12. (en) « april skies - the jesus and mary chain », Aprilskies.amniisia.com (consulté le 15 juin 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :