The Intruder (film, 1962)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Intruders.
The Intruder
Titre original The Intruder
Réalisation Roger Corman
Scénario Charles Beaumont
d’après son roman
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Thriller

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

The Intruder est un film américain de Roger Corman, sorti en 1962.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un homme en complet blanc arrive dans une ville du sud des États-Unis au moment où viennent d’être votées les lois sur l’intégration, permettant à des enfants noirs de fréquenter les mêmes écoles que les enfants blancs (arrêt Brown v. Board of Education). Il se présente comme un réformateur social. Mais, en réalité, la seule chose qu’il recherche est semer le trouble. Il y parvient, mais perd rapidement le contrôle de la situation.

Tournage et réception du film[modifier | modifier le code]

En cohérence avec ses opinions politiques, Corman tourne ce film dans le Missouri, où la population réagit négativement quand elle découvre le véritable scénario[1]. Le personnage principal encourage les habitants d’une petite ville du Sud à s’opposer à l’intégration des élèves noirs dans les écoles jusqu'ici réservées aux Blancs. Pour le critique de cinéma du Monde Jean-François Rauger, Corman dépeint subtilement le racisme « comme un affect qui n’est pas perçu comme extraordinaire mais dont l’existence même semble absolument naturelle à qui l’éprouve. La plupart des citoyens racistes ne sont pas ici des monstres, mais de très ordinaires individus. La fin du film, par surcroît, bien loin de souligner la permanence funeste du sentiment raciste, imprime le déclin de la forme qu’il aurait connue jusqu’ici. Comme une preuve des vertus lentes de la fin de la ségrégation. » La diffusion du film est entravée par diverses censures qui en font le seul échec commercial de Corman[2].

Le film ressort en version restaurée en 2018. À cette occasion, le critique de Télérama Jérémie Couston estime que « fidèle à ses idéaux contestataires et à sa sympathie pour les marginaux, Roger Corman a réussi un film politique de haute volée. Le scénario, signé Charles Beaumont, est un modèle du genre (...) La caméra, placée dans des angles impossibles, comme souvent chez Corman, scrute des personnages extrêmement bien écrits, avec une fêlure et des réactions inattendues. Jamais tout noir ou tout blanc. Du grand art »[3].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « "The Intruder", le must d'un roi des séries B », sur lejdd.fr, (consulté le 20 août 2018)
  2. Jean-François Rauger, « Reprise : « The Intruder », grand film maudit de Roger Corman », sur lemonde.fr, (consulté le 16 août 2018)
  3. Jérémie Couston, « THE INTRUDER », sur cinema-lechampo.com, (consulté le 19 août 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Dvd icon.svg zone 2 : The Intruder, Bach Films « collection Les Chefs-d'œuvres du film noir », [2005], EAN 3-760054-369184.