Le Masque de la mort rouge (film, 1964)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Masque de la mort rouge (homonymie).
Le Masque de la mort rouge
Titre original The Masque of the Red Death
Réalisation Roger Corman
Scénario Charles Beaumont
R. Wright Campbell
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Horreur
Fantastique
Durée 99 minutes
Sortie 1964

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Masque de la mort rouge (The Masque of the Red Death) est un film fantastique américano-britannique de Roger Corman, sorti en 1964 et inspiré par la nouvelle éponyme d'Edgar Allan Poe, Le Masque de la mort rouge. Une intrigue secondaire du film est basée sur l'histoire d'une autre nouvelle de Poe, Hop-Frog.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, en Italie, le prince Prospero, seigneur des lieux humilie ses paysans en les terrorisant, en brûlant leurs maisons et en faisant prisonnier Francesca, une jeune fille ainsi que son père et son petit ami. Alors que le convoi de Prospero s’apprête à repartir en son château, ce dernier à la révélation que la « mort rouge » est en en train de s'abattre sur la région. Il invite tous les nobles des environs à s'abriter en son château à l'intérieur duquel il va les divertir et donner un grand bal masqué. Prospero tente de courtiser Francesca, mais Juliana, l'actuelle compagne de Prospero voit ce projet de liaison d'un mauvais œil. Voulant éloigner sa rivale, Juliana organise la fuite de Francesca et de ses compagnons, mais cette évasion est un échec et Propero se vengera cruellement. Alors que la fête bât son plein, Prospero se retrouve alors devant un étrange personnage masqué : la Mort Rouge.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Différences avec la nouvelle de Poe[modifier | modifier le code]

  • La nouvelle de Poe est très courte (moins de 13.000 caractères dans sa traduction par Charles Baudelaire) et ne dévoile qu'un seul personnage, le Prince Prospéro.
  • Le prélude au village des paysans n'existe pas dans la nouvelle.
  • Les personnages de Juliana et Francesca n'y sont pas mentionnés, de même que les autres villageois et les proches de Prospero.
  • La mort de Prospero est beaucoup plus rapide dans la nouvelle et il n'a pas le temps d'avoir ce curieux geste d'humanité envers Francesca (ajouté par les scénaristes du film).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Gavin Baddeley, Gothic : La Culture des ténèbres, éditions Denoël, 2004 (ISBN 2-207-25625-1)