The Dickies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Dickies
Description de cette image, également commentée ci-après

The Dickies, en 2016, à l'Observatory.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Punk rock, punk hardcore
Labels A&M, Captain Oi, Triple X Records, Fat Wreck Chords, Restless Brand
Site officiel thedickies.com
Composition du groupe
Membres Leonard Graves Phillips
Stan Lee
Ben David Seelig
Adam Gomez
Eddie Tatar
Anciens membres Chuck Wagon
Billy Club
Karlos Kaballero
Jerry Angel
Laurie Buhne
Steve Hufsteter
Anthony Tiny Biuso
Scott Sindon
Enoch Hain
Cliff Martinez
Alisa Wood
Glen Laughlin
Jonathan Melvoin
Marc Vachon
Dylan Thomas
Rick Dasher
Greg Hanna
Travis Johnson
Kris Kwiatkowski
Little Dave Teague

The Dickies est un groupe de punk rock américain, originaire de Los Angeles, en Californie. Il s'est fait remarquer pour ses versions accélérées de tubes des années 1960 et 1970 comme Nights in White Satin, Paranoid, ou Banana Splits.

Biographie[modifier | modifier le code]

The Dickies est l'un des premiers groupes punk rock à émerger à Los Angeles. Ils se forment au début de 1977 pendant la rencontre du guitariste Stan Lee et le bassiste Billy Club à la première tournée américaine de The Damned. Le groupe fait ses débuts scéniques au Whisky a Go Go en septembre la même année. The Dickies est le premier groupe de punk californien à apparaitre à la télévision (C.P.O. Sharkey)[1], et le premier du genre à signer chez une major (A&M Records)[2],[3].

En 1988, The Dickies écrivent et enregistrent la bande originale du film Killer Klowns from Outer Space, qui fait pour la première fois participer le batteur Cliff Martinez qui jouera avec les Red Hot Chili Peppers, The Weirdos, et Captain Beefheart. Martinez joue avec eux entre 1988 et 1994, et sur des albums comme Second Coming, Locked N' Loaded Live in London, et idjit Savant[4]. En 1990, The Dickies écrivent la chanson du film de Lucas Reiner, Spirit of 76.

Style musical[modifier | modifier le code]

Le style musical des Dickies est campy et humoristique[5], influencé par The Ramones[3], pour qu'ils ouvraient lors de concerts, en particulier sur la côte est, comme au CBGB au Bowery de New York et au Showplace Dover NJ (1978), avec the Nerds, et Nozon. Grâce à cet événement, le groupe gagne en notoriété sur la scène punk locale[6]. The Dickies sont célèbres au Royaume-Uni, et y atteignent les classements avec leur single Banana Splits (Tra La La Song) en 1979[7].

La plupart de leurs paroles traitent de la culture sud-californienne, accompagnées de références et de calembours ; par exemple dans des chansons comme Waterslide, I'm a Chollo, Manny, Moe, and Jack, et (I'm Stuck in a Pagoda with) Tricia Toyota. Ils sont aussi connus pour des reprises en punk de chansons rock classiques comme Nights in White Satin des Moody Blues, Paranoid de Black Sabbath, She des Monkees, Eve of Destruction de Barry McGuire, Nobody but Me des Isley Brothers, Pretty Ballerina de The Left Banke, Hair de The Cowsills.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1979 : The Incredible Shrinking Dickies
  • 1979 : Dawn of the Dickies
  • 1983 : Stukas Over Disneyland
  • 1988 : Killer Klowns From Outer Space
  • 1989 : Great Dictations (1989) (compilation)
  • 1989 : Second Coming
  • 1991 : Locked 'N' Loaded Live In London (album live)
  • 1994 : Idjit Savant
  • 2011 : All This and Puppet Stew

Singles[modifier | modifier le code]

  • 1978 : Silent Night
  • 1978 : Eve of Destruction
  • 1978 : Give It Back
  • 1979 : Banana Splits (Tra La La Song)
  • 1979 : Paranoid
  • 1979 : Nights in White Satin
  • 1979 : Manny, Moe and Jack
  • 1980 : Fan Mail
  • 1980 : Gigantor
  • 1986 : Killer Klowns
  • 1994 : Just Say Yes
  • 1994 : Roadkill
  • 1996 : Make It So
  • 1998 : My Pop the Cop
  • 2001 : Free Willy

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ginger Coyote, « Stan Lee: Legendary Guitarist Of The Dickies - Interview By: Ginger Coyote », punkglobe.com,‎ (consulté le 3 juin 2013).
  2. (en) The Dickies sur AllMusic
  3. a et b (en) Don Adair, « Legendary Dickies offer mixed bag », The Spokesman-Review,‎ (consulté le 3 juin 2013).
  4. (en) Mike Boehm, « The Dickies Are Back, Just as Silly, Irreverent as Ever », Los Angeles Times,‎ (consulté le 3 juin 2013).
  5. (en) Roger Catlin, « DECADES LATER, DICKIES UP TO SAME OLD TRICKS », Hartford, Connecticut, The Courant,‎ (consulté le 3 juin 2013).
  6. (en) Frank Pearn Jr, « DICKIES MORE THAN FATHER FIGURES FOR NEW WAVE OF PUNK BANDS », The Morning Call,‎ (consulté le 3 juin 2013).
  7. (en) David Roberts, British Hit Singles & Albums, Londres, Guinness World Records Limited, (ISBN 1-904994-10-5), p. 154

Liens externes[modifier | modifier le code]