Test de dépistage rapide à orientation diagnostique du VIH

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les tests de dépistage rapide à orientation diagnostique du VIH (ou TROD) sont des tests du VIH permettant de déterminer rapidement la séropositivité d'un individu à partir d'une simple goutte de sang ou un échantillon de salive[1].

Les anticorps du VIH sont détectables par ces tests qu'après le 21e jour qui suit la contamination[2], mais le résultat n'est jugé fiable que si la contamination remonte à douze semaines au moins[2].

Test INSTI VIH-1/VIH-2[modifier | modifier le code]

Le test rapide INSTI VIH-1/VIH-2 recherche les Ac anti HIV1 et HIV2 et est basé sur la technologie ELIFA (Enzyme Linked Immuno Filtration Assay). Le test rapide INSTI se réalise en 60 secondes à partir de sang capillaire, sang EDTA ou sérum.

L’échantillon dilué du patient est absorbé à travers une membrane sur laquelle est fixé un mélange de protéines spécifiques du VIH 1 et du VIH 2 (Gp41 et Gp36). Une solution colorante bleu révèle alors, en cas de positivité la présence d’Ac capturés sur la membrane à l’étape précédente. Une solution clarifiante permet d’éliminer le bruit de fond sur la membrane pour faciliter la lecture du test.

Le test INSTI contient un véritable contrôle. De la protéine A est fixée sur la membrane et se lie aux IgG de l’échantillon du patient. L’absence de point contrôle indique le manque ou l’absence de sang lors de la manipulation du test.

Le test est marqué CE et est actuellement commercialisé par les Laboratoires NEPHROTEK[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Roberts KJ, Grusky O, Swanson AN, « Outcomes of blood and oral fluid rapid HIV testing: a literature review, 2000-2006 », AIDS Patient Care STDS, vol. 21, no 9,‎ , p. 621-37. (PMID 17919089) modifier
  2. a et b Florian Gouthière, « Tests rapides du VIH : quel délai avant de pouvoir s'y fier ? », sur Allodocteurs.fr (consulté le 30 octobre 2015)
  3. (fr) « Présentation du test INSTI™ VIH », sur www.nephrotek.fr (consulté le 7 juillet 2010)