Sida en Afrique du Sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte de prévalence du virus par pays d'Afrique.

En Afrique du Sud, l'épidémie de SIDA est un problème de santé majeur, la population vivant avec le virus étant une des plus élevées du monde.

Prévalence[modifier | modifier le code]

En 2015 l'ONUSIDA et The World Factbook de la CIA estiment que 7 millions de personnes vivent avec le virus, soit environ 12% des 55 millions de Sud-Africains. Ce taux monte à 19,2% pour les seuls adultes (de 15 à 49 ans)[1],[2]. L'UNICEF estime ce chiffre à 6,1 millions de personnes atteintes, soit 17,9% des adultes, en 2012[3].Ces chiffres font de l'Afrique du Sud, avec les pays voisins, un des pays les plus touchés par la pandémie.

En ce qui concerne les nouvelles infections, le taux reste élevé chez les adultes, mais semble baisser chez les adolescents[4].

Chez les femmes enceintes[modifier | modifier le code]

D'après les études annuelles du département de la santé d'Afrique du Sud, le pourcentage de femmes enceintes porteuses du VIH suivait l'évolution annuelle:

Année: Pourcentage
1990 0,7
1991 1,7
1992 2,2
1993 4,0
1994 7,6
1995 10,4
1996 14,2
1997 17,0
1998 22,8
1999 22,4
2000 24,5
2001 24,8
2002 26,5
2003 27,9
2004 29,5
2005[5] 30,2
2006 29,1
2007 28,0
2008 29,3
2009 29,4
2010 30,2
2011 29,5
2012[6] 29,5
2013[7] 29,7

Par province[modifier | modifier le code]

Prévalence du virus VIH/SIDA parmi les femmes enceintes, relevée lors d'études anténatales du département de la Santé en 2013[8](données arrondies au %).

Province Pourcentage
KwaZulu-Natal 40
Mpumalanga 38
État-Libre 30
Nord-Ouest 28
Gauteng 29
Cap oriental 31
Limpopo 20
Cap du Nord 18
Cap occidental 19

Par sexe, âge, et race[modifier | modifier le code]

Slogan visant à protéger les jeunes filles de viols liés au SIDA : elles sont les plus exposées.

Les femmes sont beaucoup plus touchées que les hommes[9]. On dénote un fort taux de contamination entre les femmes jeunes et les hommes plus âgés[10], de plus, la violence sexuelle et le mythe de guérison du sida par rapport sexuel avec une vierge peuvent expliquer ces taux plus élevés.

Une étude de 2008 a montré que 13,6% des noirs sont touchés par le virus, contre seulement 0,3% des blancs, 0,3% des Indiens (ou asiatiques), et 1,7% des métis[11].

Les nouvelles infections se font principalement entre 15 et 29 ans[12], une grande partie des personnes plus âgées ayant été contaminés par le virus plus tôt dans leur vie.

Une étude menée en 2010 montre que les gens ayant suivi des études supérieures sont moins touchés que ceux ayant suivi un enseignement secondaire, eux-mêmes moins touchés que ceux ayant suivi uniquement un enseignement primaire ou pas d'enseignement[13].

Traitement[modifier | modifier le code]

En 2007, seuls 28% des Sud-Africains étaient sous traitement anti-rétroviral. Cependant, ce taux était en augmentation par rapport à l'année précédente (4, 15, puis 21%)[14] En 2009, 1 million de personnes suivaient un traitement antirétroviral[15]. Le gouvernement a lancé un grand plan de distribution des antirétroviraux, avec notamment un traitement unique au lieu de plusieurs comprimés à prendre, et des tarifs plus bas[16].

Mortalité[modifier | modifier le code]

En 2010, on estime que 200 000 personnes sont mortes des effets du SIDA. Sur dix ans, on estime qu'entre 42 et 47 % de la mortalité est due au virus[17]. Cependant, selon les chiffres du gouvernement, seuls 18 325 décès étaient attribuables à la maladie[18].

Histoire de la maladie en Afrique du Sud[modifier | modifier le code]

C'est en 1983 que deux patients sont diagnostiqués pour la première fois avec le syndrome d'immunodéficience acquise en Afrique du Sud[19], et c'est la même année que survient la première mort liée au SIDA[19]. Jusqu'à 1986, 46 cas de SIDA ont été diagnostiqués, et on estime en 2000 que seulement 5% des infections et 1% des morts ont eu lieu avant 1990. Avant 1990, le SIDA était principalement trouvé chez les homosexuels, et moins de 1% des Sud-Africains étaient touchés. Ce nombre est monté à 3% en 1996, puis 10% en 1999[20]. On considère que le SIDA a passé le cap de la pandémie en 1995[21].

1985[modifier | modifier le code]

En 1985, le gouvernement lance le premier groupe de travail sur le SIDA.

1990[modifier | modifier le code]

En 1990, la première étude anténatale montre que 0,8% des femmes enceintes étaient séropositives. On estime alors qu'entre 74 000 et 6 500 135 personnes vivent avec le virus. Il est alors décidé de conduire des études anténatales annuellement.

1993[modifier | modifier le code]

En 1993, 4,3% des femmes enceintes étaient porteuses du virus. Le nombre de nouvelles infections augmente de 60% cette année.

1995[modifier | modifier le code]

En août 1995, le ministère de la santé accorde 14,27 millions de rand pour produire une suite au film Sarafina ! afin qu'il aborde le problème du SIDA[22]. Le projet est cependant abandonné en 1996[23].

Du 6 au 10 mars 1995, Le Cap héberge la 7e conférence internationale sur le VIH/SIDA[24], ouverte par le député (qui allait devenir président) Thabo Mbeki[25].

1996[modifier | modifier le code]

En janvier 1996, l'équipe d'Afrique du Sud de football décide de porter un ruban rouge lors de chaque apparition publique pendant la coupe d'Afrique des nations, en signe de sensibilisation[26].

Le 5 juiller 1996[27]le ministre de la santé Nkosazana Zuma déclare à Vancouver, lors de la 11e conférence internationale sur le SIDA:

« La plupart des gens infectés par le VIH vit en Afrique, où des thérapies basées sur une combinaison de traitements antiviraux coûteux est hors de question.»[28]

1997[modifier | modifier le code]

En février 1997, le médicament Virodene est disponible en Afrique du Sud, mais controversé sur son efficacité par la communauté scientifique[29],[30].

1999[modifier | modifier le code]

En 1999 est fondée la campagne de prévention LoveLife.

2000[modifier | modifier le code]

En 2000, un plan quinquennal de lutte contre le VIH, le SIDA et les IST est lancé par le Département de la Santé. Le SANAC est créé pour suivre l'application de ce plan.

2004[modifier | modifier le code]

En 2004, il y avait environ 4 millions de séropositifs en Afrique du Sud[31] et le prix des traitements empêche de traiter tous les malades.

2001[modifier | modifier le code]

Le gouvernement gagne un procès contre des sociétés pharmaceutiques pour produire localement des antirétroviraux en enfreignant des brevets sur les traitements[32].

L'ONG Right to Care est fondée en 2001, et après 10 ans d'existence soigne plus de 125 000 patients.

2006[modifier | modifier le code]

En 2006, 5,3 millions de personnes étaient séropositives, pour seulement 150 000 sous traitement[33].

2007[modifier | modifier le code]

En août, le président Mbeki et le ministre de la santé Tshabalala-Msimang renvoient Nozizwe Madlala-Routledge, sous-ministre de la santé[34]. Si la cause officielle est la corruption, beaucoup pensent que ses positions sur le VIH lui ont valu son renvoi, elle avait notamment utilisé les mots « urgence nationale » pour qualifier la maladie[35].

2008[modifier | modifier le code]

Avec le départ du président Thabo Mbeki, qui contestait la causalité du VIH dans le SIDA, une politique d'accès de tous aux traitements est rapidement mise en place par la nouvelle ministre de la santé Barbara Hogan[36].

2010[modifier | modifier le code]

Le président Jacob Zuma lance une grande campagne de prévention et de traitement[37] contre le virus, alors que 5,7 millions de Sud-Africains sont séropositifs.

2013[modifier | modifier le code]

Les États-Unis annoncent en mars que leur soutien dans la lutte contre le SIDA sera divisé par 2 d'ici à 2017, en raison de la crise économique et de l'équilibre du budget[38].

2016[modifier | modifier le code]

Les subventions françaises pour la lutte contre le SIDA sont brusquement coupées pour des raisons financières le 7 juillet[39].

En 2016 également, le gouvernement décide de rendre l'accès aux antirétroviraux toutes les personnes touchées, et non uniquement celles dans un stade avancé de la maladie, comme auparavant[40].

Un nouveau vaccin réduisant le taux d'infection est également testé cette année-là[41].

2017[modifier | modifier le code]

La chaîne MTV lance une série télévisée afin de sensibiliser les jeunes[42].

Négation du SIDA[modifier | modifier le code]

Pendant plusieurs années, le président Thabo Mbeki a nié le lien entre VIH et SIDA. C'est seulement à la mort du fils de Nelson Mandela que la maladie commence à être abordée[43],[44].

Le président Jacob Zuma a déclaré que prendre une douche permet de diminuer le risque de transmission du virus[45],[46].

Manto Tshabalala-Msimang, ministre de la santé de 1999 à 2008, a préconisé un régime à base de betterave pour lutter contre le SIDA, et a refusé la mise en place de traitements antirétroviraux[47].

Stigmatisation[modifier | modifier le code]

Une étude parue en 2002 réèle que 26% des répondants refusent de partager un repas avec une personne séropositive, 18% de dormir dans la même pièce, et 6% de lui parler[48]. Le manque d'informations sur la maladie est particulièrement criant dans les townships.

Des croyants des religions traditionnelles croient que les esprits ou les forces de la nature ont puni ceux qui ont échoué à conduire une vie morale. Ces croyants sont plus susceptibles de considérer les séropositifs comme « sales » ou « honteux » et plus souvent en faveur de leur isolement[48].

Les femmes sont les plus victimes de stigmatisation, d'une part car elles sont souvent dépendantes économiquement des hommes et d'autre part car elles manquent fréquemment d'éducation. Si les hommes sont en mesure d'éviter des dépistages ou de cacher leur statut, le dépistage prénatal est systématique pour les femmes enceintes. Par conséquent, les femmes sont souvent diagnostiquées séropositives avant les hommes, et sont ainsi considérées comme responsables de la propagation de la maladie. Elles sont plus souvent victimes de violences physiques et d'abandon[49].

Une étude de 2010 a trouvé qu'une majorité de filles dans la ville du Cap associe la minceur à la maladie, particulièrement le Sida. Pour cette raison, les femmes minces ou celles qui perdent du poids rencontrent des discriminations, ce qui se rencontre particulièrement dans les townships, où le taux de malnutrition est plus élevé[50].

Impact économique[modifier | modifier le code]

Une étude réalisée en 2003[51] portant sur des projections jusqu'à 2015 prévoyait, en comparaison à une absence du virus, une baisse du PIB de 0,6 point due au virus, 1,5 point de population et 1,2 point de main d'œuvre. Cependant le chômage aurait été 0,9 % moins élevé.

La société Daimler-Chrysler estime que le coût des traitements est équivalent à 4% de tous les salaires versés aux Sud-Africains[52]. Une étude de la société Sasol, deuxième plus grosse d'Afrique du Sud, montre que 15% de ses employés étaient séropositifs[53]. Selon le PDG de la plus grande société sud-Africaine, SABMiller, le coût du SIDA inclut aussi de l'absentéisme, une productivité réduite, une rotation de l'emploi plus rapide, et des coûts de santé plus élevés[54].

Co-infection avec la tuberculose[modifier | modifier le code]

On estime qu'en 2007 un tiers des personnes vivant avec le VIH ont aussi développé la tuberculose pendant leur vie, alors que 40% des tuberculeux étaient séropositifs, selon des chiffres de 2006. Depuis 2002, le gouvernement essaie de croiser les données du SIda et de la tuberculose[55].

La plupart des morts liées aux Sida le sont de maladies opportunistes, comme l'est la tuberculose dans ce cas. Les deux sont très liés en Afrique du Sud et le programme de prévention du gouvernement est nommé « Programme National [de lutte contre] VIH, SIDA et Tuberculose »[56]. Pour satisfaire aux exigences de l'ONU, l'Afrique du Sud a aussi lancé un « Plan Stratégique sur le VIH, le SIDA et les IST »[57].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.unaids.org/en/regionscountries/countries/southafrica
  2. (en) « South Africa - CIA - The World Factbook », https://www.cia.gov,
  3. http://www.unicef.org/french/infobycountry/southafrica_statistics.html#116
  4. (en) « page 25-26 » [PDF] (consulté le 15 mai 2011)
  5. https://web.archive.org/web/20120415023446/http://www.doh.gov.za/docs/reports/2005/hiv.pdf
  6. (en) Department of Health, The 2012 National Antenatal Sentinel HIV & Herpes Simplex Type-2 Prevalence Survey in South Africa, (lire en ligne)
  7. (en) National Department of Health, The 2013 National Antenatal Sentinel HIV Prevalence Survey South Africa (ISBN 978-1-920031-89-3, lire en ligne).
  8. http://www.cabsa.org.za/Report-2013-National-Antenatal-Sentinel-HIV-Prevalence-Survey-1032016
  9. http://www.avert.org/professionals/hiv-around-world/sub-saharan-africa/south-africa
  10. http://maliactu.net/sida-en-afrique-du-sud-sugar-daddies-et-bienfaiteurs-denonces/
  11. https://web.archive.org/web/20120227091745/http://www.avert.org/south-africa-hiv-aids-statistics.htm
  12. « http://www.heart-intl.net/HEART/030305/SouthAfricaHIVAIDS.htm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 mai 2017)
  13. http://www.gov.za/sites/www.gov.za/files/hiv_aids_survey_0.pdf page 37
  14. (en) « page 271 » [PDF] (consulté le 15 mai 2011)
  15. http://www.statssa.gov.za/publications/P0302/P03022010.pdf page 5
  16. http://www.liberation.fr/planete/2013/04/08/sida-l-afrique-du-sud-lance-les-antiretroviraux-les-moins-cher-du-monde_894531
  17. http://www.statssa.gov.za/publicationsd/P0302/P03022010.pdf page 8
  18. http://www.statssa.gov.za/publications/p03093/p030932010.pdf Table 4.5
  19. a et b Ras GJ, Simson IW, Anderson R, Prozesky OW, Hamersma T. Acquired immunodeficiency syndrome. A report of 2 South African cases. S Afr Med J 1983 Jul 23; 64(4): 140–2.
  20. http://www.info.gov.za/otherdocs/2000/population/chap6.pdf
  21. (en) « Epidemiology of HIV/AIDS in South Africa : Dr T Govender » [PDF] (consulté le 15 mai 2011)
  22. (en) « The Sarafina II Controversy »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Healthlink.org.za (consulté le 15 mai 2011)
  23. (en) « Zuma'S Response To Sarafina Ii »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Doh.gov.za (consulté le 15 mai 2011)
  24. (en) « International Conference for People Living with HIV and AIDS, Cape Town, South Africa, March 6–10; Pre- Conference for Wo »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 15 mai 2011)
  25. « http://70.84.171.10/~etools/newsbrief/1995/news0304 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 mai 2017)
  26. (en) « Bafana Endorses Aids Awareness Campaign », Info.gov.za (consulté le 15 mai 2011)
  27. (en) « AEGiS-BAR: Vancouver or bust »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Aegis.org, (consulté le 15 mai 2011)
  28. Appendix 1 HIV/AIDS: A brief history et « Appendix 1 HIV/AIDS: A brief history » (version du 19 janvier 2007 sur l'Internet Archive)
  29. (en) « Dr. N C Zuma On Virodene Controversy », Info.gov.za (consulté le 15 mai 2011)
  30. (en) « Response To Virodene Investigation », Info.gov.za (consulté le 15 mai 2011)
  31. http://www.courrierinternational.com/article/1999/07/15/sida-1-500-nouveaux-cas-par-jour
  32. https://cyber.law.harvard.edu/people/tfisher/South%20Africa.pdf
  33. http://www.courrierinternational.com/article/2006/04/05/l-afrique-du-sud-incapable-de-repondre-au-defi-du-sida
  34. Mbeki Gives Reason for Firing Minister 12 August 2007
  35. Madlala-Routledge was 'set up': De Lille 8 August 2007
  36. http://www.courrierinternational.com/breve/2008/11/28/une-politique-antisida-catastrophique
  37. http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/04/27/l-afrique-du-sud-lance-un-plan-ambitieux-contre-le-sida_1343242_3244.html
  38. (en) Madapolitics, « Daunting Outlook for AIDS Crisis in South Africa », Madapolitics (consulté le 15 mars 2013)
  39. http://www.dakaractu.com/Sida-des-subventions-francaises-destinees-a-douze-pays-africains-coupees-du-jour-au-lendemain_a116014.html
  40. http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/17373-Sida-l-Afrique-du-Sud-rend-les-antiretroviraux-gratuits
  41. http://www.voaafrique.com/a/afrique-sud-tets-sida-vaccin/3617479.html
  42. http://www.rfi.fr/afrique/20170103-afrique-sud-une-serie-tv-sensibiliser-jeunes-lutte-contre-le-sida
  43. http://africamix.blog.lemonde.fr/2008/09/23/afrique-du-sud-de-la-legende-aux-tripotages/
  44. http://www.courrierinternational.com/article/2014/08/04/pieter-dirk-uys-decrypte-son-pays-avec-humour
  45. http://www.afrik.com/article9696.html
  46. http://www.rfi.fr/contenu/20100425-le-president-sud-africain-jacob-zuma-affirme-il-est-seronegatif/
  47. « Dr Betterave s’est éteinte », Jeune Afrique, 16 décembre 2009 (consulté le 17 décembre 2009).
  48. a et b S.C., Kalichman, and Simbayi L. "Traditional Beliefs about the Cause of AIDS and AIDS-related Stigma in South Africa." AIDS Care 16.5 (2004): 572-80. Print.
  49. (en) « Gender-based violence », sur UNICEF (consulté le 28 juin 2017)
  50. (en)Puoane, Thandi, Lungiswa Tsolekile, and Nelia Steyn. "Perceptions about Body Image and Sizes among Black African Girls Living in Cape Town." Ethnicity & Disease 20 (2010): 29-34. Print.
  51. (en) « The Impact of HIV/AIDS on the South African Economy: A Review of Current Evidence », TIPS (consulté le 22 octobre 2008) table on page 23
  52. (en) « GLOBAL HEALTH INITIATIVE. Private Sector Intervention Case Example », Daimler-Chrysler (consulté le 22 octobre 2008) page 2
  53. (en) « page 14 » [PDF] (consulté le 15 mai 2011)
  54. (en) « Graham Mackay, CEO, SABMiller , Global Business Coalition on HIV/AIDS, Tuberculosis and Malaria », Gbcimpact.org (consulté le 15 mai 2011)
  55. (en) « South Africa – Country Progress Report » [PDF] (consulté le 15 mai 2011)
  56. (en) « National HIV/AIDS and TB Unit, National Department of Health, Pretoria »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Doh.gov.za (consulté le 15 mai 2011)
  57. http://www.info.gov.za/otherdocs/2007/aidsplan2007/background.pdf