Mythe de guérison du sida par rapport sexuel avec une vierge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le mythe de guérison du sida par rapport sexuel avec une vierge (également appelé mythe de la guérison par une vierge, mythe du viol de la vierge, ou tout simplement mythe de la vierge) est la croyance, erronée, que si un homme, infecté par le VIH ou d'autres maladies sexuellement transmissibles, a des rapports sexuels avec une fille ou une femme vierge, il sera guéri de sa maladie[1]. L'anthropologue Suzanne Leclerc-Madlala reconnait ce mythe comme un facteur potentiel de viols infantiles en Afrique du Sud[2].

Les anthropologues Nora E. Groce et Reshma Trasi associent une variation à la pratique du mythe de la vierge : elle concerne les personnes qui sont « aveugles, sourdes, déficientes physiques ou intellectuelles, ou ayant des troubles de santé mentale », violées sous la fausse croyance que les personnes handicapées sont sexuellement inactives et par conséquent vierges[1].

Dans certaines parties de l'Afrique, le même mythe existe concernant les femmes albinos[3], avec les mêmes conséquences tragiques.

Anthropologie et parallèles[modifier | modifier le code]

D'un point de vue anthropologhique, l'origine du mythe est rattachée à des conceptions archaïque de pureté et d'impureté. Une maladie, et à plus forte raison une maladie incurable, est une impureté, tandis que la virginité représente une forme de pureté, illustré par son rôle dans de nombreuses religions. Ainsi, la pureté incarnée par la vierge est perçue comme une arme capable de vaincre l'impureté de la maladie. Ces schémas mentaux sont relativement universels, et des croyances de ce types ont été identifiées dans diverses régions et à différentes époques[4].

Le psychologue Mike Earl Taylor indique que le mythe est signalé pour la première fois au XVIe siècle en Europe et a atteint son apogée au XIXe siècle en Angleterre victorienne comme un remède à la syphilis et la gonorrhée chez les personnes atteintes de maladies sexuellement transmissibles[5].

Prévalence de la croyance[modifier | modifier le code]

En 2011, Cati Vawda, directeur du Centre des droits de l'enfance à Durban déclare : « Il y a une croyance, en Afrique du Sud, qu'une vierge peut guérir un homme atteint du VIH ou du SIDA. Nous n'avons aucune idée d'où cette idée provient, mais elle existe depuis quelques années et a certainement pris racine »[6].

La croyance est attestée en Afrique subsaharienne, Asie, Europe et sur le continent Américain[1]. Earl Taylor suggère que le mythe de guérison du sida par rapport sexuel avec une vierge peut expliquer la hausse vertigineuse des viols d'enfants ou nourrissons en Afrique du Sud, qui fait face à une épidémie du SIDA[5]. L'historien Hanne Blank est d'avis que l'idée a peut-être évolué à partir de légendes chrétiennes relative à des martyres vierges dont la pureté a servi comme une forme de protection dans la lutte contre les démons[7].

Plus répandu au Zimbabwe, le mythe se perpétue par les guérisseurs traditionnels qui conseillent aux hommes séropositifs de guérir leur maladie en ayant des rapports sexuels avec des jeunes filles vierges[8]. Une enquête réalisée par l'UNISA, à l'usine Daimler Chrysler, dans l'East London (Afrique du Sud), révèle que 18 % des 498 travailleurs interrogés pensent qu'avoir des relations sexuelles avec une vierge guérit du VIH / SIDA. Une étude sud-africaine, en 1999, par les éducateurs de santé sexuelle au Gauteng — centre économique du pays — révèle que 32 % des questions des participants de l'enquête mettent en évidence qu'ils croient au mythe[9]. Dans ce pays, certaines personnes croient que le sang produit par le viol d'une vierge va nettoyer le sang de la maladie de la personne infectée[8].

Conséquences[modifier | modifier le code]

En 1999, le sida représente 8,2 millions d'orphelins dans le monde, dont la majorité en Afrique. L'ignorance en ce qui concerne l'infection par le VIH et le SIDA fait barrière à la prévention dans de nombreux pays africains[10].

Les victimes sont des femmes ou des filles que l'agresseur va présumer vierges : très jeunes, ou atteintes de handicaps ou mentaux que l'agresseur considère comme un gage de non-activité sexuelle[4]. La plupart des filles ciblées sont trop jeunes pour marcher, encore moins pour se protéger[11]. Au Zimbabwe, chaque année, 3 600 filles peuvent contracter le VIH et le SIDA après avoir été violées. L'UNICEF attribue le viol de centaines de jeunes filles au mythe de la purification par la vierge. Un cas a également été rapporté dans lequel un nourrisson âgé d'un jour aurait été violé[12]. Une étude de l'Université d'Afrique du Sud (UNISA) révèle qu'un million de femmes et d'enfants sont violés chaque année[9].


Campagnes d'éducation[modifier | modifier le code]

Des activistes comme la sud-africaine Betty Makoni dénoncent le mythe et tentent d'éduquer la population sur le sujet. La sensibilisation au SIDA n'a que très peu de résultats à ce stade. Le taux de viols d'enfants est positivement corrélé à la prévalence du SIDA[13].

Il existe de nombreux cas où les filles sont contraintes à se marier avec des hommes beaucoup plus âgés, ce qui ne fait qu'accroître le risque d'infection par le VIH. La honte liée au SIDA freine beaucoup de filles à rechercher des informations ou soins de santé pour protéger leur statut social, ce qui participe aussi au danger d'infection[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Groce, Nora E.; Trasi, Reshma (2004). "Rape of individuals with disability: AIDS and the folk belief of virgin cleansing". The Lancet 363 (9422): pages 1663–1664
  2. (en) On The Virgin Cleansing Myth: Gendered Bodies, AIDS and Ethnomedicine - African Journal of AIDS Research - pages = 87–95
  3. Huffington Post
  4. a et b P. Charlier, F. Bou Abdallah, L. Brun et V. Hoang-Oppermann, « Le mythe du nettoyage par les vierges : actualité d’un archaïsme magico-religieux », Annales de Dermatologie et de Vénéréologie, vol. 145, no 3,‎ , p. 178–181 (DOI 10.1016/j.annder.2017.10.012, lire en ligne, consulté le )
  5. a et b (en) HIV/AIDS, the stats, the virgin cure and infant rape - Science in Africa
  6. (en)South African men rape babies as 'cure' for Aids - The Daily Telegraph - 11/11/2001
  7. (en) Virgin: The Untouched History : Blank, Hanne - édition : Bloomsbury USA - (ISBN 978-1-59691-010-2)
  8. a et b (en) Staging sex myths to save Zimbabwe's girls : Vickers, Steve - édition : BBC
  9. a et b (en)SOUTH AFRICA: Focus on the virgin myth and HIV/AIDS
  10. (en) The myth that sex with a virgin can cure HIV : Connor Steve
  11. (en) Virgin Myth' Behind Zimbabwe Child Rapes
  12. (en)Child rape survivor saves 'virgin myth' victims
  13. (en) Silver Linings: One Woman Takes On The 'Virgin Myth.' Many Others Perpetuate It - Stein Sadie
  14. (en) Faith-Motivated Actions on HIV/AIDS Prevention and Care for Children and Young People in South Asia: A Regional Overview - UNICEF Regional Office for South Asia

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]