Temps de reptilase

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le temps de reptilase est un test chronométrique facile et automatisable décrivant la transformation du fibrinogène en fibrine (fibrinoformation) ; mesurée par le temps de coagulation d'un plasma sanguin citraté lors de l'ajout de venin (autrefois de reptile, d'où son nom). La reptilase transforme le fibrinogène en fibrine. Cependant contrairement à la thrombine la reptilase est insensible à l'héparine.

Ce temps, comme le temps de thrombine, sera allongé par la présence d'inhibiteur (à effet antithrombotique), comme du P.D.Fibrine, mais contrairement au temps de thrombine il n'est pas allongé par la présence d'héparine. En cas d'allongement du temps de thrombine, le temps de reptilase permet donc de préciser si cet allongement est induit par une présence d'antithrombine (héparine)[1].
Il sera également allongé dans certaines maladies : une hypofibrinogénémie (< 0,60 g/L) ou une dysfibrinogénémie[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce test découle des connaissance de l'action des venins sur la coagulation sanguine[3]

Unités[modifier | modifier le code]

Le temps de reptilase s'exprime en secondes (temps normaux : 17 à 25 secondes) ou en pourcentage par rapport à un plasma normal utilisé comme témoin.

Désuétude ?[modifier | modifier le code]

Le temps de reptilase et l'une des nombreuses méthodes d'exploration de la coagulation[4] ; Il est plus sensible que le temps de trombine, mais peu utilisé (voire plus utilisé à l'heure actuelle[réf. nécessaire]).

Conditions[modifier | modifier le code]

Les conditions de prélèvement du sang doivent répondre à des critères stricts, sous peine d'invalider le test[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche Analyse : Temps de reptilase, Fiche de l'institut de biologie clinique de l'université libre de Bruxelles
  2. Jobin, F., Vu, L., & Delage, J. M. (1978). Fibrinogènes Québec I et Québec II: deux nouvelles familles de dysfibrinogénémie. Acta haematologica, 59(2), 119-127 |résumé.
  3. Mion, G., Olive, F., Hernandez, E., Martin, Y. N., Vieillefosse, A. S., & Goyffon, M. (2002). Action des venins sur la coagulation sanguine: diagnostic des syndromes hémorragiques. Bull Soc Pathol Exot, 95(3), 132-138.
  4. [Les méthodes d'exploration de la coagulation]unf3s
  5. Schved, J. F., Sarlat, C., & Gris, J. C. (1995). Recommandations pratiques pour la réalisation des tests d'hémostase: du prélèvement au contrôle de qualité. Revue Française des Laboratoires, 1995(272), 19-25

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Soria, J., Soria, C., & Yver, J. (1969). Temps de reptilase: étude de la polymérisation de la fibrine en présence de reptilase. " Coagulation.