Anticoagulant oral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les anticoagulants oraux sont des médicaments sous forme de comprimés, destinés à empêcher la formation de caillots dans le système circulatoire. Ils se distinguent des autres anticoagulants administrés par injection.

Les anti-vitamines K[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Antagoniste de la vitamine K.

Cette inhibition se fait de façon compétitive sur les protéines vitamine K-dépendantes.

Il existe 2 types d'AVK (anti vitamines K) :

L'usage d'AVK se fait sous surveillance régulière du temps de Quick (ou taux de prothrombine), ou plus souvent aujourd'hui de l'INR (international normalized ratio). Comme tout anticoagulant, ils exposent à des phénomènes hémorragiques : hématomes, saignements divers (nez, gencives, ... ), hémorragies cérébrales, etc., particulièrement en cas de surdosage dont témoigne un INR supérieur à 5. Ces effets sont lentement réversibles, l'INR restant élevé plusieurs jours après leur arrêt. Ils comportent de nombreuses interactions médicamenteuse et alimentaires.

Autres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nouvel anticoagulant oral.

Plusieurs médicaments par voie orale et ne nécessitant pas de surveillance sanguine régulière sont en cours de développement. Le Ximélagatran répond à ces critères mais sa commercialisation a été arrêtée en raison d'effets secondaires. Le dabigatran ne semble pas avoir ces derniers.

Le rivaroxaban est un inhibiteur du facteur de la coagulation Xa. Il a eu son autorisation de mise sur le marché européenne le et une AMM en France le [1] pour une indication précise : la prévention des événements thromboemboliques après une chirurgie de la hanche ou du genou. Il a été testé avec un certain succès dans la prévention des phlébites après une intervention orthopédique[2] et s'avérant même être supérieur, lorsqu'il est donné de manière prolongée, par rapport à un traitement classique par héparine de bas poids moléculaire administrée par injections[3].

Voir les Inhibiteurs des Protéases de la coagulation.


Notes et références[modifier | modifier le code]