Tame Impala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tame Impala
Description de cette image, également commentée ci-après
Tame Impala en concert en 2009.
Informations générales
Autre nom Dee Dee Dums (2007)
Pays d'origine Drapeau de l'Australie Australie
Genre musical Rock psychédélique[1], pop psychédélique[2], neo-psychedelia[3]
Années actives Depuis 2007
Labels Hole in the Sky Recordings, Interscope Records, Modular Recordings
Site officiel www.tameimpala.com
Composition du groupe
Membres Kevin Parker
Anciens membres Nick Allbrook

Tame Impala est un groupe de rock australien originaire de Perth. Ils définissent leur musique comme du « psychedelic hypno-groove melodic rock music ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Dee Dee Dums (2007)[modifier | modifier le code]

Tame Impala est né du précédent groupe de Kevin Parker, Dee Dee Dums, qui mêlait des influences blues, jazz et rock psychédélique. Ce groupe était formé de Parker à la guitare et de Luke Epstein à la batterie. Ils remportent la deuxième place au AmpFest de 2005[4], et terminent troisième la même année au cours de la finale nationale de The Next Big Thing[5]. En octobre 2006, les Dee Dee Dums remportent la finale nationale de la National Campus Band Competition[6].

À la fin de 2007, le groupe change de nom pour Tame Impala, dévoilant un nouveau batteur et changeant la composition du groupe : il n'y a plus dès lors deux guitaristes, mais une composition plus traditionnelle, avec guitare, basse et batterie. Epstein continue à jouer avec Sugarpuss.

Changement de nom (2008–2009)[modifier | modifier le code]

Tame Impala est composé de Kevin Parker (guitariste et chanteur), Dominic Simper (guitare), Nick Allbrook (basse) et Jay Watson (batteur et chanteur secondaire). Ils tirent leur nom de l'impala, une antilope de petite taille[7]. Leur style musical provient d'une grande variété d'influences et ils se définissent eux-mêmes comme « un groupe de groove rock psychédélique qui se consacre aux mélodies qui font rêver », comme l'explique Kevin Parker[8]

En juillet 2008, le groupe signe un contrat de distribution internationale avec le label indépendant Modular Recordings[9]. Ils publient ensuite leur premier EP éponyme en septembre 2008. Tame Impala se retrouve premier de l'Australian Independent Record Labels (AIR) Chart, et dixième sur l'ARIA Physical Singles Chart[10], avec trois chansons, Desire Be, Desire Go, Half Full Glass of Wine et Skeleton Tiger. En 2008, le groupe joue en première partie de groupes tels que You Am I, The Black Keys, Yeasayer, MGMT et Arctic Monkeys ; ils ont aussi fait une tournée solo pour promouvoir leur EP.

Innerspeaker (2010–2011)[modifier | modifier le code]

Tame Impala, en concert au Sir Stewart Bovell Park.

Le premier album de Tame Impala, Innerspeaker, est sorti le 21 mai 2010 en Australie, et le 25 octobre de la même année en France. Le batteur français Julien Barbagallo rejoint le groupe en 2012[11].

Lonerism (2012–2014)[modifier | modifier le code]

Leur deuxième album, intitulé Lonerism, est sorti en 2012. En novembre 2012, Lonerism décroche le J Award de l'album australien de l'année. Il 'agit de la deuxième fois que Tame Impala remporte le prix, le premier étant pour l'album Innerspeaker en 2010. Ils sont le premier groupe à remporter plus d'une fois d'affilée le J Award. En janvier 2013, Lonerism est choisi par Rolling Stone pour le prix de l'album de l'année 2012 après avoir remporté celui pour Innerspeaker en 2011. Également, Lonerism atteint la première place des classements établis par Rolling Stone, Triple J, NME, Filter, Urban Outfitters, FasterLouder et Obscure Sound. Elephant et Feels Like We Only Go Backwards se classent 7e et 9e, respectivement, du Triple J's Hottest 100 for 2012[12]

Le groupe débute une tournée internationale entre 2012 et 2013, aux côtés de The Growl. Pendant cette tournée, ils participent à des festivals, tels que le Coachella, et apparaissent au Late Night with Jimmy Fallon[13]. Pour cette tournée, Watson passe de la batterie aux claviers, et Parker recrute Julien Barbagallo à la batterie[14]. En septembre 2012, la première présence américaine de Tame Impala se fait en couverture du magazine The FADER, 82e édition[15]. Elephant est utilisé dans une publicité pour Blackberry Z10[16], dans la deuxième saison de la Girls sur HBO[17] et dans le film Le Cinquième Pouvoir[18].

Le 18 mai 2013, via une annonce sur leur page Facebook, le groupe annonce le départ de Nick Allbrook, le bassiste souhaitant se concentrer sur d'autres projets. Il est remplacé par Cam Avery, musicien évoluant déjà dans la formation Pond, au même titre que Kevin Parker, Jay Watson et Nick Allbrook lui-même. Lonerism est nommé pour le Grammy Award du meilleur album de musique alternative en décembre 2013[19].

Currents (depuis 2015)[modifier | modifier le code]

En juillet 2015, leur troisième album Currents est publié[20].

En avril 2016, Parker annonce l'écriture de nouveaux morceaux, mais qu'il est incertain concernant l'avenir de Tame Impala, ni même « pour quoique ce soit d'autre »[21]. En octobre 2017, une édition collector de Currents est annoncée. Publiée le 17 novembre, elle comprend trois faces B et deux remixes. À la fin 2017, Tame Impala annonce sa venue au concert Mad Cool 2018 en Espagne[22].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Nick « Paisley Adams » Allbrook – guitare, claviers (2009-2010) basse (2010-2013)

Musiciens live[modifier | modifier le code]

  • Kevin Parker – chant, guitare, kazoo
  • Jay Watson – batterie, chant
  • Dominic Simper – guitare, synthétiseur
  • Cam Avery - basse (depuis 2013)
  • Julien Barbagallo – batterie, chant (depuis 2012)

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

EP[modifier | modifier le code]

  • 2008 : Tame Impala EP (Modular Recordings) (septembre 2008)
  • 2014 : Live Versions EP (avril)

Singles[modifier | modifier le code]

  • 2009 : Sundown Syndrome/Remember Me (Modular Recordings) (juillet) (vinyle 7")
  • 2010 : Solitude Is Bliss (Modular Recordings) (avril)
  • 2010 : Lucidity (Modular Recordings) (juillet)
  • 2010 : Expectation (Modular Recordings) (décembre)
  • 2011 : Why Won't You Make Up Your Mind? (Modular Recordings) (février)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Tame Impala | Music », The Guardian (consulté le 3 juillet 2014).
  2. (en) Gregory Heaney, « Lonerism - Tame Impala | Songs, Reviews, Credits, Awards », AllMusic, (consulté le 3 juillet 2014).
  3. (en) Dom Gourlay, « Album Review: Tame Impala - Lonerism / Releases / Releases // Drowned In Sound », Drownedinsound.com, (consulté le 3 juillet 2014)
  4. (en) « Tame Impala (alias Dee Dee Dums) », Ampfest
  5. (en) « NBT Past Winners », Next Big Thing (Healthway)
  6. (en) « Dee Dee Dums win Campus Band », FasterLouder.com.au,
  7. (en) « Tame Impala », FasterLouder.com,
  8. (en) « Tame Impala », Luno,
  9. (en) « Tame Impala Sign With Modular », Undercover.com.au,
  10. (en) « Top 50 Physical Singles Chart », Australian Recording Industry Association
  11. (en) Larry Bartleet, « 8 Brilliant Tame Impala Side Projects You May Not Know About », New Musical Express,‎ (lire en ligne)
  12. (en) « Hottest 100 Countdown », triple j, ABC, (consulté le 17 décembre 2013)
  13. Kyle McGovern, « Watch Tame Impala Return to 'Fallon' With 'Elephant' », Spin, Spin Media, (consulté le 17 décembre 2013).
  14. Yves Gabay, « Tame Impala : un Toulousain dans la pop australienne, ce soir au Bikini », sur lapeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 7 septembre 2015).
  15. (en) The FADER, « World Premiere! The FADER Issue #82: Featuring French Montana and Tame Impala », The FADER, (consulté le 18 novembre 2013)
  16. PhoneAds, « BlackBerry Z10 Commercial Ad », YouTube, Google Inc, (consulté le 17 décembre 2013)
  17. (en) « Girls Season 2 Soundtrack List (2013) », SongOnLyrics, SongOnLyrics.com/Soundtracks, (consulté le 17 décembre 2013)
  18. (en) « The Fifth Estate Soundtrack List », Soundtrackmania (consulté le 29 septembre 2013).
  19. (en) Peter Vincent, « Lorde now Australian say Grammys; Tame Impala and Keith Urban nominated », (consulté le 17 décembre 2013).
  20. Stéphane Davet, « Tame Impala porté par une vague de volupté », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  21. (en) Lyndsey Havens, « Tame Impala frontman Kevin Parker is working on new music », Consequence of Sound, (consulté le 2 décembre 2016).
  22. (en) Luke Morgan Britton, Tame Impala announce live return, NME, 14 décembre 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :