Symphonie nº 31 de Mozart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paris

Symphonie no 31 « Paris »
K. 297/300a
Image illustrative de l'article Symphonie nº 31 de Mozart
Partition autographe du début du 1er mouvement

Genre Symphonie
Nb. de mouvements 3
Musique Wolfgang Amadeus Mozart
Effectif Orchestre classique possédant néanmoins des clarinettes
Durée approximative env. 20 minutes
Dates de composition 1778, Paris
Commanditaire Joseph Legros, directeur du Concert Spirituel
Partition autographe Staatsbibliotheque Preussischer Kulturbesizt, section Musique, Berlin
Création
Paris, Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Interprètes Concert Spirituel
Versions successives
  • 2e mouvement original (K. 297)
  • Nouvelle version (K. 300a)
Représentations notables

La Symphonie no 31 en ré majeur, surnommée « Paris » K. 297/300a est une symphonie du compositeur Wolfgang Amadeus Mozart, composée durant son séjour à Paris, alors qu'il était âgé de vingt-deux ans. Elle reste aujourd'hui l'une de ses plus célèbres symphonies. Le catalogue Köchel la classe K. 297 avec le 2e mouvement original et K. 300a avec le nouveau 2e mouvement.

Composition et création[modifier | modifier le code]

L'œuvre fut composée en 1778, pendant que Mozart recherchait un emploi durant son séjour à Paris. La première eut lieu le durant un concert privé à la maison du comte Karl Heinrich Joseph von Sickingen, l'ambassadeur du Palatinat. La première de la symphonie en public eut lieu six jours plus tard, et fut interprétée par le Concert Spirituel[1],[2].

L'œuvre reçu un avis positif dans l'édition du 26 juin du Courrier de l'Europe, publié à Londres :

« Le Concert Spirituel, le jour de Corpus Christi, a commencé par une symphonie de M.Mozart. Cet artiste, qui depuis son plus jeune âge est renommé parmi les clavecinistes, peut aujourd'hui être rangé parmi les compositeurs les plus doués[3] »

Le Concert Spirituel joua à nouveau l'œuvre le 15 août, cette fois avec un nouveau deuxième mouvement ; un Andante remplaça l'original Andantino en 6/8. L'œuvre était évidemment populaire. Il y eut d'autres représentations par le Concert Spirituel au cours de 1779, les 18 et 23 mars, le 23 mai, et 3 juin et le 14 mai 1780[4]. On lit dans le Mercure de France du 5 juin 1779, concernant le concert spirituel du jour de la Pentecôte (23 mai):

"Le Directeur de ce Spectacle, toujours attentif à varier les plaisirs du Public, a divisé son Concert en deux parties, précédées de deux symphonies à grand orchestre, l'une de la composition de Slerkel [lire Sterkel], dont le style pittoresque & les beaux effets d'harmonie sont connus; l'autre d'Amedeo Mosartz. Peut-être est-il aussi savant & aussi majestueux que le premier, mais il n'a pas excité le même intérêt."[5]

La symphonie fut publiée à Paris par Sieber et annoncée à vendre le 20 février 1779. Au cours des années 1782 à 1788, le catalogue Sieber la décrivit comme « dans le répertoire du Concert Spirituel »[6]. Elle fut plus tard exécutée au Burgtheater de Vienne le 11 mars 1783 lors d'un concert-bénéfice pour la belle-sœur de Mozart, la chanteuse Aloysia Weber[7].

La musique[modifier | modifier le code]

La symphonie est de forme Rapide-Lent-Rapide et ne possède pas de Menuet :

  1. Allegro assai, en ré majeur, à 4/4, 295 mesures
  2. Andante, en sol majeur, première version : à 6
    8
    , 98 mesures; seconde version : à 3
    4
    , 58 mesures
  3. Allegro, en ré majeur, à alla breve, 242 mesures

durée 15 à 20 minutes

Introduction de l'Allegro assai :


\relative c'' {
  \version "2.18.2"
  \tempo "Allegro assai"
  \key d \major
  <d d,>1\f |
  q2 q |
  <d~ d,>2 d8 e16 fis g a b cis |
  d4 r r d8.(\p a16 |
  fis4 b8. g16 e4) a8.( fis16 |
  d4 g8. e16 cis4)
}

Introduction de l'Andante :


\relative c'' {
  \version "2.18.2"
  \key g \major
  \time 6/8
  \tempo "Andante"
  <d, d'>4. \f (b'8) r8 r8
  \grace b16 (a8)-. \p g-. a-. g r8 r8
  b,16\mf ([  d  g d b' g]) d ( [g b g d'8])
  d8. (e16 c16.\p d32) b8-! r8 \grace {g'32 ([a]} b16.)\f a32\p
  g8-. fis-. e-. d-. c-. b-.
  a (c e) d r8 
}

Introduction de l'Allegro :


<<
  \new Staff 
     \relative c'' { 
         \version "2.18.2"
         \clef "treble" 
         \tempo "Allegro" 
         \key d \major
         \time 2/2
              r2 r4 a'4\p ^\markup{Violons 1} ~
              a (fis) r4 d ~
              d (cis) r4 a' ~
              a (g) r4 e ~
              e (d) r4 d' ~
              d (a) r4 fis 
              (g) a\trill b r4
              \grace b8 (a4) g8 fis  \grace fis8 (e4) d8 cis
              d2\f^\markup{Flûtes, hautbois}  d4  d
               fis2 fis4 fis
              a2 a4 a
              <a d> r4 r2
}
\new Staff 
\relative c'' { 
         \clef "treble" 
         \tempo "Andante" 
         \key d \major
         \time 2/2
          d,8\p^\markup{Violons 2} cis d e fis e fis e
          d8 cis d e fis e fis d
          e dis e fis g fis g fis
          e dis e fis g fis g e
          fis e fis g a g a g
          fis g a b c b c a
          b a g fis g a b cis!
          d4 b g a
          d8\f^\markup{Violons 1 et 2} fis e d cis d b cis
          a d cis b a b g a
          fis g a g fis g e fis
          d4 r4 r4
 }
>>

Le premier mouvement s'ouvre par quatre accords aux cordes. En effet Mozart se moquait du fait que les parisiens voulaient toujours des accords « précis et nets ». La première version du deuxième mouvement existe toujours.

Instrumentation[modifier | modifier le code]

Elle est écrite pour un grand orchestre sûrement car Mozart en avait à sa disposition pendant son séjour à Paris. C'est la première symphonie de Mozart comportant des parties de clarinette.

Instrumentation de la symphonie no 31
Cordes
premiers violons, seconds violons,
altos, violoncelles, contrebasses
Bois
2 flûtes,
2 hautbois,
2 clarinettes en la,
2 bassons
Cuivres
2 cors en ré,
2 trompettes en ré
Percussion
timbales en ré et la

Références[modifier | modifier le code]

  • Deutsch, Otto Erich (1965) Mozart : A Documentary Biography. Stanford : Stanford University Press.
  1. Deutsch (1965, 174, 176)
  2. http://patachonf.free.fr/musique/mozart/ms297.htm#bas
  3. Deutsch (1965, 174)
  4. Deutsch (1965, 185, 188)
  5. « "Concert spirituel du jour de la Pentecôte" », Mercure de France,‎ , p. 48 (lire en ligne)
  6. Deutsch (1965, 183)
  7. Deutsch (1965, 213)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François-René Tranchefort (direction), Guide de la Musique Symphonique, Paris, Fayard, coll. « Les indispensables de la musique », (1re éd. 1986), 896 p. (ISBN 2-213-01638-0), p. 506
  • Bertrand Dermoncourt (direction), Tout Mozart : Encyclopédie de A à Z, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1093 p. (ISBN 2-221-10669-5), p. 94aéq@6