Suruç

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Suruç
Pirsûs
Administration
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Région Anatolie du sud-est
Province Şanlıurfa
Maire
Mandat
Orhan Şansal
Parti pour la paix et la démocratie - BDP
2014-
Préfet Mehmet Sinan Yıldız
Code postal 63800
Indicatif téléphonique international +(90)
Démographie
Population 56 963 hab. (2012)
Population de l'agglomération 101 351 hab. (2012)
Densité 138 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 58′ 35″ N 38° 25′ 37″ E / 36.9763889, 38.4269444536° 58′ 35″ Nord 38° 25′ 37″ Est / 36.9763889, 38.42694445
Superficie de l'agglomération 73 519 ha = 735,19 km2
Localisation
Districts de la province de Şanlıurfa
Districts de la province de Şanlıurfa

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte administrative de Turquie
City locator 14.svg
Suruç

Géolocalisation sur la carte : Turquie

Voir la carte topographique de Turquie
City locator 14.svg
Suruç
Liens
Site de la mairie http://www.suruc.bel.tr
Sources
« Index Mundi/Turquie »

Suruç (prononcé [su'ɾuʧ] en turc, سروج en arabe et Pirsûs en kurde) est une ville et un district de la province de Şanlıurfa dans la région de l'Anatolie du sud-est en Turquie, près de la frontière avec la Syrie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Suruç est située dans une plaine à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de Şanlıurfa (Urfa), à proximité de la frontière syrienne. Elle est proche de la ville de Kobané où ont été menés en 2014 et 2015 des combats entre Daesh et les forces kurdes assistées de leurs alliés occidentaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans l'Antiquité, la ville a porté plusieurs noms : Anthemusia, Charax Sidou et Batnae. Elle était un important carrefour commercial à l'époque romaine.

Le , la journaliste américaine Serena Shim (en) qui couvrait le siège de Kobane comme correspondant de guerre pour la chaîne Press TV est tuée dans un accident de voiture en rentrant à son hôtel à Suruç. Cet accident est qualifié de « suspect » par Press TV, en relation avec des accusations d'espionnage à l'encontre de la journaliste, portées par le Millî İstihbarat Teşkilatı (MIT), service de renseignement turc[1].

Le un attentat-suicide dans un centre culturel de Suruç fait au moins vingt-huit morts et une centaine de blessés[2],[3]. Le même jour, un autre attentat perpétré avec une voiture piégée a tué au moins deux miliciens kurdes qui tenaient un barrage de sécurité établi dans le sud de Kobané, à une dizaine de kilomètres de l’autre côté de la frontière, en territoire syrien. La quasi simultanéité de ces deux attentats et le contexte géopolitique incitent les autorités turques à imputer ces attentats à l'État islamique[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]