Attentat du 20 juillet 2015 à Suruç

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Attentat de Suruç
Image illustrative de l'article Attentat du 20 juillet 2015 à Suruç
Enquêteurs sur les lieux de l'attentat, le 21 juillet.

Localisation Suruç, Drapeau de la Turquie Turquie
Cible Civils turcs et kurdes
Coordonnées 36° 58′ 35″ nord, 38° 25′ 37″ est
Date
Type Attentat-suicide
Morts 33[1]
Blessés ~ 100[2]
Auteurs 1 kamikaze
Organisations Drapeau de l'État islamique État islamique (suspecté)

Géolocalisation sur la carte : Turquie

(Voir situation sur carte : Turquie)
Attentat du 20 juillet 2015 à Suruç

L'attentat de Suruç est une attaque terroriste islamiste qui a eu lieu en Turquie le à proximité de la frontière avec la Syrie. Il s'agit vraisemblablement de la première attaque de l'État islamique en Turquie. Le bilan s'élève à 33 morts et une centaine de blessés. Le lendemain, des milliers de personnes manifestent en accusant le gouvernement turc de « complicité » avec l'État islamique. Le 22 juillet, en représailles à l'attentat, le PKK revendique l'assassinat deux policiers en les accusant de coopérer avec l'EI. Le 23, une fusillade oppose militaires turcs et djihadistes sur la frontière syrienne. Le gouvernement turc décide alors pour la première fois de mener des frappes aériennes contre l'État islamique en Syrie. Mais il frappe également le PKK dans le Kurdistan irakien, mettant fin au processus de paix et relançant le conflit kurde en Turquie.

Contexte[modifier | modifier le code]

La ville de Suruç, en Turquie, dont la population est majoritairement Kurde, se situe près de la frontière syrienne et à une dizaine de kilomètres de la ville de Kobané, théâtre d'une violente bataille d'octobre 2014 à janvier 2015, qui avait provoqué l'exode de plus de 200 000 civils. À l'été 2015, seuls 35 000 d'entre-eux ont regagné le Kurdistan syrien, la plupart des déplacés sont restés en Turquie, dont plusieurs milliers dans la ville de Suruç en raison de la destruction presque totale de Kobané et de la menace de l'État islamique, qui le , a massacré environ 250 civils au cours d'un raid[3],[2],[4]. La Turquie avait alors critiquée par ses alliés pour son inaction lors de la bataille et pour la facilité avec laquelle les djihadistes étrangers franchissaient la frontière pour rejoindre l'EI[5].

Mais les 16 et , l'État islamique menace directement la Turquie, il dénonce « le changement de son attitude » à la suite de l'arrestation de plusieurs dizaines de ses partisans depuis le début du mois[6],[7].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le , des étudiants se rassemblent au jardin du centre culturel de Suruç, afin de participer à la reconstruction de la ville de Kobané[2].Plus de 300 volontaires de la Fédération des associations de jeunes socialistes arrivent à Suruç et doivent ensuite se rendre à Kobané[8]. Ces derniers viennent de Van, de Kayseri, d'Istanbul ou de Suruç. Mais à la mi-journée, une explosion retentit au milieu de la foule et cause un grand nombre de morts et de blessés[9].

En fin de journée, le bilan est de 31 morts et environ 100 blessés, dont une vingtaine dans un état critique selon des sources gouvernementales de l'AFP[2].

Le jour même de l'attaque, le président turc Recep Tayyip Erdoğan, alors en visite en Chypre du Nord, dénonce l'« attaque terroriste » et déclare : « Je maudis et condamne les auteurs de cette violence au nom de mon peuple ». De son côté le Premier ministre Ahmet Davutoğlu met en cause l'État islamique : « Les premiers éléments montrent que l'explosion est un attentat suicide et qu'il a été perpétré par Daech ». Il s'agirait alors de la première attaque commise en Turquie par l'organisation djihadiste[2],[10].

Le même jour, peu après l'attentat de Suruç, un véhicule piégé de l'EI explose à Kobané et tue deux combattants kurdes des YPG selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme[2].

Suites et conséquences[modifier | modifier le code]

Le lendemain de l'attaque, une cérémonie a lieu à Gaziantep en hommage aux victimes. Des milliers de personnes manifestent également dans plusieurs villes de Turquie. Les manifestants, généralement issus de partis politiques de gauche, dénoncent l'attentat de l'EI et accusent le gouvernement turc de complicité[9],[11],[12].

Le 22 juillet, les autorités turques affirment avoir identifié l'auteur de l'attentat. Il s'agit selon elles d'un jeune homme de 20 ans originaire d'Adıyaman, de nationalité turque, et recruté par l'État islamique deux mois auparavant[13].

Le même jour à Ceylanpınar, deux policiers sont retrouvés morts dans un immeuble, tués d'une balle dans la tête. L'attaque est revendiquée le même jour par le PKK qui déclare avoir voulu venger les jeunes militants tués à Suruç en menant une « action punitive » contre deux policiers « qui coopéraient avec le gang de Daesh »[14],[15],[16].

Le 23 juillet, des affrontements éclatent pour la première fois sur la frontière près de la ville de Kilis. Un soldat turc et quelques djihadistes sont tués. Le même jour, la Turquie autorise les États-Unis à utiliser la base aérienne d'Incirlik pour bombarder l'État islamique. La nuit suivante, trois ou quatre chasseurs F-16 turcs frappent des positions de l'EI en Syrie, dans le village de Havar, faisant au moins neuf morts dans les rangs djihadistes selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH)[17],[18],[19],[20],[21]. Le 24, la police turque lance une vaste opération antiterroriste dans 13 provinces du pays, au total 590 personnes liées à l'État islamique, au PKK et au DHKP-C sont arrêtées en trois jours. Une militante du DHKP-C est également tuée au cours d'une fusillade[22],[23],[24]. La nuit du 24 au 25, l'aviation turque poursuit ses frappes contre l'EI dans les environs de Jerablus, mais elle mène également un raid au Kurdistan irakien et bombarde sept camps du PKK, qui était intervenu en Irak pour affronter les djihadistes[25],[26]. En Turquie, plusieurs manifestations et incidents opposent des militants kurdes avec la police et le processus de paix entre l'État turc et le PKK semble alors grandement compromis[25],[27]. Le 25, les HPG, branche militaire du PKK, déclarent : « Les conditions de maintien du cessez-le-feu ont été rompues. Face à ces agressions, nous avons droit de nous défendre ». De son côté Massoud Barzani, président du Gouvernement régional du Kurdistan condamne les frappes aériennes turques et appelle à cesser l'escalade de la violence[24],[28]. Les États-Unis se déclarent quant à eux favorable à la « désescalade » et au retour au « processus de solution pacifique », tout en affirmant respecter « pleinement le droit de notre allié turc à l’autodéfense » et en condamnant les « attaques terroristes » du PKK en Turquie[29]. Le HDP déplore quant à lui la fin des négociations et accuse le président turc d'en être responsable[30]

La nuit du 25 au 26, l'explosion d'un véhicule piégé Diyarbakır fait deux morts et quatre blessés selon l'armée turque et huit tués et onze blessés selon les HPG qui revendiquent l'attaque[31],[32]. La nuit du 26 au 27, des positions tenues par les YPG au village de Zur Maghar entre Jerablus et Kobané sont également visées par des chars turcs, blessant quatre combattants et des civils selon l'OSDH et le commandement des forces kurdes syriennes[33],[34]. La Turquie dément avoir bombardé les YPG en Syrie[35], cependant les bombardements contre le PKK en Turquie et en Irak se poursuivent les jours suivants[36],[37]. En représailles le PKK et des groupes d'extrême-gauche turcs mènent des attaques contre la police et l'armée[38],[39]. Après deux années de trêve, le conflit kurde en Turquie semble alors relancé[40].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Turquie: plus d’un mois de violences, AFP, 19 août 2015.
  2. a, b, c, d, e et f Turquie: 31 morts dans un attentat à la frontière de la Syrie, attribué à l'EI, AFP, 20 juillet 2015.
  3. 200 000 Kurdes de Syrie et d'Irak ont fui vers la Turquie, RFI, 23 décembre 2014.
  4. Syrie: Meurtre délibéré de civils par l'État islamique, Human Rights Watch, 3 juillet 2015.
  5. Turquie: le groupe Etat islamique met ses menaces à exécution, RFI, 20 juillet 2015.
  6. Jérôme Bastion Le groupe Etat islamique menace la Turquie, RFI, 16 juillet 2015.
  7. Jérôme Bastion, Les soutiens du groupe Etat islamique en Turquie menacent Ankara, RFI, 20 juillet 2015.
  8. Turquie: attentat meurtrier à Suruç près de la frontière syrienne, RFI, 20 juillet 2015.
  9. a et b [http://www.ladepeche.fr/article/2015/07/21/2147418-gaziantep-hommage-pleurs-colere-victimes-attentat-suruc.html Turquie: hommage en pleurs et en colère aux victimes de l'attentat de Suruç, AFP, 21 juillet 2015.
  10. Turquie: l'enquête sur l'attentat de Suruç progresse, RFI, 21 juillet 2015.
  11. Après l’attentat à Suruç, la politique d’Ankara en Syrie mise en cause, RFI, 21 juillet 2015.
  12. PHOTOS. Turquie : après l'attentat, ils manifestent contre Erdogan, L'Obs, 21 juillet 2015.
  13. Turquie : l'identité de l'auteur de l'attentat-suicide de Suruç confirmée, Francetv info avec AFP, 22 juillet 2015.
  14. La colère persiste en Turquie après l'attentat de Suruç, Reuters, 22 juillet 2015.
  15. Le PKK revendique l'assassinat de deux policiers turcs, RTS avec AFP et Reuters, 22 juillet 2015.
  16. Le PKK revendique le meurtre de policiers turcs, Le Figaro avec AFP, 22 juillet 2015.
  17. Jérôme Bastion, La Turquie met un pied dans la guerre contre le groupe Etat islamique, RFI, 23 juillet 2015.
  18. Jérôme Bastion, La Turquie bombarde les positions du groupe EI en Syrie, RFI, 24 juillet 2015.
  19. Turquie : au moins neuf morts dans les bombardements contre l'Etat islamique, AFP, 24 juillet 2015.
  20. Marie Jégo, Les frappes turques en Syrie, tournant dans la guerre contre l’EI, Le Monde, 24 juillet 2015.
  21. Eugénie Bastié, Nicolas Hénin : «La tolérance turque envers Daech n'était plus tenable», Le Figaro, 24 juillet 2015.
  22. Turquie: 251 arrestations dans l’opération contre l’EI et les rebelles kurdes, AFP, 24 juillet 2015.
  23. Turquie: nouvelle vague d'arrestations de militants de l'EI et du PKK, AFP, 25 juillet 2015.
  24. a et b L’offensive turque en Irak brise le cessez-le-feu avec les rebelles kurdes, Le Monde avec AFP et Reuters, 25 juillet 2015.
  25. a et b Jérôme Bastion, La Turquie attaque sur deux fronts: le PKK en Irak et EI en Syrie, RFI, 25 juillet 2015.
  26. La Turquie frappe sept objectifs du PKK dans le nord de l'Irak, ATS, 25 juillet 2015.
  27. Céclie de Sèze, Turquie : vers la fin du cessez-le-feu avec le PKK, RTL, 25 juillet 2015.
  28. La Turquie continue à frapper l’EI et s’attaque au PKK en Irak, AFP, 25 juillet 2015.
  29. Les Etats-Unis condamnent mollement l’escalade entre Turques et rebelles kurdes, Le Monde avec AFP et Reuters, 26 juillet 2015.
  30. Jérôme Bastion, Turquie: l'amertume de Selahettin Demirtas, leader du parti kurde HDP, RFI, 29 juillet 2015.
  31. Deux soldats turcs tués dans un attentat du PKK, Reuters, 26 juillet 2015.
  32. Turquie : le PKK revendique l'attentat qui a tué 2 soldats, AFP, 26 juillet 2015.
  33. Ankara attaque la région de Kobane contrôlée par les Kurdes de l'YPG, RFI, 27 juillet 2015.
  34. Jean-Michel Gradt, La Turquie frappe des forces kurdes en Syrie, Les Echos avec agences, 27 juillet 2015.
  35. La Turquie dément avoir bombardé des Kurdes, Le Figaro avec Reuters, 27 juillet 2015.
  36. Turquie: nouveaux raids de l'armée contre le PKK, en Irak et en Turquie, AFP, 29 juillet 2015.
  37. Ankara bombarde les Kurdes du PKK en Turquie, Jérôme Bastion, RFI, 28 juillet 2015
  38. PHOTOS. La Turquie s'embrase à l'extrême gauche, L'Obs, 27 juillet 2015.
  39. Turquie : mort d’un policier dans des affrontements avec des manifestants à Istanbul, Le Monde avec AFP, 26 juillet 2015.
  40. Le Parti des travailleurs du Kurdistan, l’ennemi de trente ans d’Ankara, OLJ avec AFP, 29 juillet 2015.
  41. La vraie histoire des selfies de Suruç, Libération, 22 juillet 2015.