Superloustic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la radiodiffusion
Cet article est une ébauche concernant la radiodiffusion.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Les débuts[modifier | modifier le code]

Superloustic a commencé à émettre illégalement à Lyon le 28 décembre 1987 sur la fréquence et dans les studios de Cristal FM (au 48 quai Pierre-Scize dans le 9e), la CNCL lui donne son autorisation d'émettre courant 1988 sur le 89,3 FM. Elle émet à Paris à partir du 5 novembre 1988, où la fréquence est partagée avec Tabala FM sur le 106,3 FM, une radio africaine. Les studios se trouvent au 51-57 rue Jules-Ferry à Bagnolet (93).

Début 1990, Superloustic émet à Paris sur le 97 MHz (anciennement radio AJDL).

Superloustic devient un réseau FM pour les moins de 15 ans[modifier | modifier le code]

Entre 1990 et 1992 le CSA accorde à Superloustic de nombreuses fréquences dans des grandes villes de France. Ces nouvelles fréquences doivent permettre à la radio d'attirer à elle des annonceurs dans un nouvel espace média totalement inédit.


La couverture de Superloustic au 1er juin 1992[1][modifier | modifier le code]

Réseau national thématique Superloustic
Aurillac 106.5 MHz Dijon 97.1 MHz Limoges 106.8 MHz Rennes 106.8 MHz
Bastia 97.9 MHz Evreux 95.3 MHz Louviers 95.3 MHz Rouen 98.3 MHz
Brest 98.9 MHz Gap 90.9 MHz Lyon 89.3 MHz Royan 99.0 MHz
Briançon 88.3 MHz Giens 103.3 MHz Mont-de-Marsan 94.1 MHz Saint-Étienne 106.5 MHz
Caluire 89.3 MHz Guéret 96.9 MHz Moulins 93.4 MHz Toulon 103.3 MHz
Carcassonne 106.7 MHz Honfleur 93.7 MHz Nantes 106.2 MHz Tours 94.1 MHz
Cavalaire-sur-Mer 103.3 MHz Hyères 103.3 MHz Narbonne 93.4 MHz Troyes 106.4 MHz
Châtellerault 101.1 MHz La Rochelle 106.6 MHz Orléans 92.9 MHz Valence 106.4 MHz
Chinon 94.1 MHz Le Havre 93.7 MHz Paris 97.0 MHz Vienne 89.3 MHz
Clermont-Ferrand 106.4 MHz Le Mans 90.5 MHz Poitiers 101.1 MHz Villefranche-sur-Saône 89.3 MHz
Deauville/Trouville 93.7 MHz Libourne (Bordeaux) 106.8 MHz Reims 103.8 MHz Villeurbanne 89.3 MHz

En gras : Les émetteurs principaux de Superloustic (32 fréquences)

En italique : Villes où la radio n'émettra jamais bien qu'autorisée par le CSA (car proche du dépôt de bilan)


La direction et l'équipe en 1992[modifier | modifier le code]

  • PDG : Pierre-Henri Pick
  • Directeur général : Denys Didelon
  • Directeur de la communication : Joël Pons
  • Directeur d'Antenne : Erick Bernard
  • Directeur du parrainage et de la création : Gilles Gressier
  • Secrétaire général : Mouloud Bessa (décédé en 1993)
  • Rédacteur en chef : Eric Sicaud
  • Responsable de la production : Fabrice Lafitte
  • Animateurs : Amandine, Nathalie, Benoix de Coco, Fabrice, Marie-Pierre, Guillaume, Olivier...


Répartition du capital[modifier | modifier le code]

Capital de Superloustic
Groupe IDH SA (Franck Goddio) 58,35
Crédit Lyonnais (Innolion) 16,52
Concorde communication 9,1
Banque Worms (Media Investissement) 5,51
Sofiparil 5,51
Société financière Sopromec 5,01

Succès de Superloustic auprès de ses auditeurs mais pas des annonceurs[modifier | modifier le code]

Paradoxalement, Médiamétrie, source officielle de sondage, n’enquête pas auprès des moins de 15 ans. Il est donc impossible pour la régie pub de la radio de trouver des annonceurs et de vendre des espaces publicitaires à leur juste valeur pour faire vivre le réseau Superloustic. La régie publicitaire de RMC (Génération Expertise Media) qui est chargée de trouver des annonceurs est donc handicapée car incapable de convaincre ses clients de venir annoncer aussi sur le nouveau réseau Superloustic.

Pour avoir tout de même quelques chiffres d’audience et attirer de rare annonceurs, la radio sollicite un organisme de sondage privé pour enquêter auprès des auditeurs de Paris et de Lyon. Ce mini sondage laisse apparaître d'excellents rapports d’audiences – le questionnaire est destiné à mieux connaître les habitudes d’écoute des jeunes auditeurs de la radio en reprenant le modèle d'un sondage Médiamétrie.

Grâce à cet embryon de sondage, Superloustic détient la confirmation de son succès auprès de ses jeunes auditeurs qui appellent quotidiennement et toujours plus nombreux le standard antenne de la radio. Le nombre de connexions sur le site minitel de la radio est aussi très impressionnant à l'époque [2].

Problème de stratégie et difficultés financières[modifier | modifier le code]

Superloustic n'intéresse pas les éventuels annonceurs qui n'investiront pas tant qu'il n'y aura pas de rapport d’audience validés par Médiamétrie. Un problème stratégique qui montre que les dirigeants ne se sont pas penchés sur la question de la mesure des audiences avant de développer le réseau Superloustic. Cette erreur mène définitivement la radio des moins de 15 ans à la faillite : la radio s'endette et ne rapporte pas d'argent à ses actionnaires. Très vite, Superloustic ne peut plus payer ses factures et ses salariés. Il faut aussi préciser la guerre des « chefs » en interne pas tous d'accord sur la stratégie à suivre qui a fait beaucoup de mal à la radio !

En juin 1992, l'actionnaire principal, inquiet par la tournure des événements et le développement trop rapide de ce qui était encore hier une petite radio, se retire du capital de Superloustic. Tous les autres actionnaires lui emboîtent le pas.

Superloustic, dont les locaux se trouvent dans la Tour Gallieni à Bagnolet en Seine-Saint-Denis est mise en liquidation judiciaire. Le satellite qui envoie les programmes en province est coupé par le créancier. Aussitôt, les jeunes auditeurs de province appellent le standard et passent à l’antenne pour demander la reprise de la diffusion de leur radio sur les émetteurs de province. L’appel poignant de ces nombreux jeunes auditeurs est entendu par la société qui gère le satellite. Ce dernier est remis en route gracieusement comme geste de soutien dans l’attente d’éventuelles solutions pour « sauver Superloustic ».

La mobilisation des jeunes auditeurs pour défendre Superloustic[modifier | modifier le code]

Profondément émue par la mobilisation des jeunes auditeurs, toute l’équipe de la radio promet aux "loustics" - les enfants sont appelés ainsi à l'antenne - de tout faire pour ne pas laisser disparaître le réseau FM national des enfants.

Toujours au cours du mois de juin 1992, il est décidé de créer une association de défense de Superloustic « ADS » dont Joël Pons prend la présidence, qui prend le relais de la SA tout juste liquidée. Des pétitions sont organisées par les auditeurs qui récoltent près d’1 million de signatures en 1 mois pour sauver leur radio. Devant une telle mobilisation et une telle efficacité et rapidité de réaction de la part des enfants, il apparaît rapidement inconcevable, pour les parents et enseignants, de ne plus avoir de radio pour eux sous prétexte de raisons économiques. Des appels de soutien sont lancés vers le gouvernement de l'époque et vers Radio France qui, préoccupés par d’autres problèmes, ne prendront pas le temps de s'intéresser à la radio qui commençait à unir les enfants de France entre eux. Un disque regroupant des artistes et chanteurs est enregistré pour soutenir le combat : « Ta radio c’est ton Droit ! ». C’est l’hymne de défense de Superloustic dont les bénéfices de chaque vente sont reversés à l’association de défense de Superloustic. Les paroles rappellent que l'enfant d'aujourd'hui est le citoyen de demain et qu'il a donc le droit à sa radio pour comprendre, partager et découvrir le monde qui l'entoure dans la perspective d'un avenir toujours meilleur pour chacun d'entre nous.

Superloustic perd ses fréquences en province en juillet et sa fréquence à Paris (97 FM) le 5 septembre 1992.

Le CSA propose à l'équipe dirigeante de repartir sous forme associative avec uniquement la fréquence de Paris. Ces derniers refusent.

Elle ferme définitivement peu après. En 1994, les dons récoltés par « l’Association de Défense de Superloustic » sont entièrement reversés à l’association « Sol en Si ».

On retrouve par la suite les animateurs sur :

  • RMC ("Le Club des Loustics" – Benoix de Coco, Gilles Gressier, Olivier Fallaix, Eric Sicaud)
  • Radio Bleue ("Récré à Bleue" – Erick Bernard et Marie-Pierre Chavel)
  • Radio Urgence (Amandine Chelon)
  • Bizz Fm (Guillaume Richardot)
  • M 40 (Franck Duret)
  • Europe 1 (Marie-Pierre Chavel)
  • NRJ (Fabrice Lafitte)
  • ...

Les autres projets[modifier | modifier le code]

1998 : RADIO JUNIOR En 1998, c'est la naissance de Radio Junior, fondée par des animateurs de Superloustic où officient quelques « anciens » : Olivier, Benoix de coco, Fabrice, Nathalie... Radio Junior, diffusée sur ne net, sur le câble, DartyBox, LiveRadio Orange, Freebox. Elle a pour parrain Richard Gotainer. Elle postule sur le numérique.

2000 : PITIBOO Fondée par Christophe Marcy, avec le groupe Libertysurf, on y retrouve des comptines et une chronique animée par Casimir et Muriel Barrel (ex Europe 1). Le programme s'arrête au bout de quelques mois.

2002 : SUPERLOUSTIC 2 Fin 2002, Superloustic renaît sous l'impulsion de ses deux anciens dirigeants Denys Didelon (ex BFM) et Joël Pons (ex Le Mouv' - Vincent Marronnier de Groland). Ils sont accompagnés dans cette aventure par Claude Wargnier (Ex Europe 1), Patrick Fillioud (ex Europe 2 et BFM), Jean-Michel Ranck (financier). Superloustic diffuse ses émissions sur la bande AM, sans l'accord du CSA, depuis Monaco. En 2003, Superloustic émet en AM sur Marseille et Paris. Les émissions cessent sur Monaco.

Tout comme la majorité des autres radios autorisées à émettre sur la bande AM, Superloustic 2e version ne prend pas son envol. L’idée un peu trop rapide d’exploiter l’AM étant totalement abandonnée face à l’arrivée imminente de la radio numérique. Une erreur de stratégie qui mène ses dirigeants à quitter le navire un à un. Seul Joël PONS reste aux commandes. En juin 2006, Superloustic 2 rend ses fréquences AM au CSA et réécrit la même histoire que pour le 1er Superloustic : la société qui gère Superloustic (FWDP) est mise en liquidation judiciaire le 13 novembre 2006.

2006 – RADIO MOMES Radio Mômes émet sur Toulouse et son agglomération entre le 1er novembre 2006 et le 30 juin 2007 créée par Fanny Xibeiras et Elsa Varenne (Président. Vincent Gauchevertu - Directrice Fanny Xiberas) mais sur une période temporaire qui a montré une nouvelle fois l’intérêt des enfants et du grand public pour ce genre de projet. La population locale s’est particulièrement intéressée au programme de cette radio qui a créée un buz dans la presse locale, nationale et internationale. Le Directeur Général de Radio France s’est rendu à Radio Mômes à Toulouse en juin 2007 pour voir de plus près cette expérience de radio pour enfants en fréquence temporaire.

2008 – GENERATION LOUSTIC Le 1er mai 2008, une nouvelle webradio pour les très jeunes enfants a fait son apparition : elle s'appelle Génération Loustic, fondée par des professionnels de la radio comprenant aussi un ancien de Superloustic : Guillaume Richardot soutenu par Denys Didelon (ancien dirigeant de Superloustic). Elles s'adresse aux tout-petits (comptines, histoires et contes).

2012 : SUPERLOUSTIC.COM À l'occasion des 20 ans de la disparition de Superloustic, un hommage est rendu, via une radio souvenir, à ce média qui fut une expérience unique en FM pour les moins de 15 ans. Vous pouvez y entendre des extraits de ses émissions, l'habillage antenne (indicatifs, jingles, etc.) et tout ce qui a été récupéré de bandes, disques et autres K7 conservés par les membres de l'équipe ou les loustics eux-mêmes.

Émissions[modifier | modifier le code]

  • Ça cartonne animée par Benoix de Coco (Erick BERNARD)
  • Show les micros animé par Marie-Pierre
  • La Chasse au trésor animé par Amandine
  • Merci d'être venu" animé par Nathalie
  • Les DAD animé par Jean-Michel
  • La grande Parade des TV TOONS " Olivier Fallaix
  • Au secours ! J'ai pas sommeil
  • La Superboum de Superloustic
  • Archibald et Evariste pour tout connaître sur les sciences et techniques
  • Le grand feuilleton
  • Doc Panda - Tout savoir sur les animaux
  • Pappy Loustic par Joël PONS
  • Marie Clafoutis - des recettes faciles à faire en famille
  • L'Affamé - Le roi du jardinage... pas triste !
  • Génération Beatles - pour découvrir les centaines de chansons du groupe
  • Génération Loustic
  • Croque Feuille animé par Marie-Pierre pour tout savoir sur l'actualité du livre
  • Bubble Gum - le magazine de l'info animé par Nathalie, Anne Laure, Bob avec le dossier de la semaine, Bubble Boum, Supercaddie, Star Loustic, Quand je serai grand, je veux être...- Le Zigotest - Drôle d'histoire, Globe trotter, l'imbrico-venteur.
  • Le Club BD"
  • Les grands compositeurs de musique classique

Les journaux d'informations sont appelés le Flashboom (3 min) et le Superflashboom (10 min). Le Club de l'actu revient chaque soir sur l'actu de la journée pendant 30 min.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Ernest Gluglu
  • Grognon
  • Le Père Mathieu
  • L'affamé
  • Basketto
  • Arthurbulle
  • Archibald et Evariste
  • Indiana Georges
  • Doc Panda
  • Papy Loustic

Les animateurs[modifier | modifier le code]

  • Marie-Pierre Chavel (aujourd'hui, journaliste dans la presse professionnelle agricole)
  • Amandine Chelon (aujourd'hui, après avoir vendu de l'immobilier vit en bretagne)
  • Benoix de Coco alias Erick Bernard (aujourd'hui, comédien humoriste)
  • Franck Duret (aujourd'hui, animateur sur France Bleu Paris le soir)
  • Olivier Fallaix (aujourd'hui, rédacteur en chef d'AnimeLand)
  • Gérard Jaulhac-Touré, alias Basketto (aujourd'hui,directeur commercial)
  • Fabrice Lafitte (aujourd'hui, travaille à Europe 1 et cofondateur de radiojunior.com
  • Jean-Michel Roquet (aujourd'hui, cadre dirigeant au sein d'une société de distribution en produits pour Boulangeries et Pâtisseries sur toutes les Alpes-Maritimes)
  • Guillaume Richardot (aujourd'hui, a fondé radioflemme)
  • Jean René Trévilly, Basketto 2 (aujourd'hui, éclairagiste pour un théâtre en Normandie)
  • Pascal Gomez (aujourd'hui, travaille dans une société de production)

Les journalistes[modifier | modifier le code]

  • Anne-Laure Mouturat (aujourd'hui, employée chez un voyagiste)
  • Eric Sicaud (aujourd'hui, journaliste à France 3 Dijon)
  • Bob (Robert) Palasti (aujourd'hui, directeur de la publicité dans la presse professionnelle)
  • Nathalie Vaultrin (aujourd'hui, journaliste dans la presse municipale et cofondatrice de radiojunior.com)

Les dirigeants[modifier | modifier le code]

  • Gilles Gressier
  • Denys Didelon
  • Joël Pons (aujourd'hui, est Vincent Marronnier dans le journal de Groland sur Canal +)

Des nouveaux projets de radios pour les enfants ?[modifier | modifier le code]

21 ans après sa disparition, le souvenir de Superloustic reste toujours aussi vivace dans les esprits de ceux qui l'ont connu. Certains loustics, devenus grands continuent d'agir pour qu’une radio pour les enfants existe en France.

Recalées par le CSA lors des derniers appels à candidature FM (cf. Journal Officiel) :

  • Radio Junior - Paris
  • Tagadaradio de Vincent Gauchevertu (Radio Mômes 95.2 FM) - Toulouse
  • KFM (Joël Pons) - Paris

R2O la radio de Joël Pons l'un des fondateurs de Superloustic, bien que sélectionné par le CSA pour la RNT a abandonné le projet

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guide Télérama de la Radio, édition 1992
  2. Médiaspouvoirs, n° 25, janvier / février / mars 1992