Quai Pierre-Scize

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Quai Pierre Scize
Image illustrative de l’article Quai Pierre-Scize
Le quai côté 9e arrondissement en avril 2019.
Situation
Coordonnées 45° 46′ 00″ nord, 4° 49′ 13″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Ville Lyon
Quartier(s) Saint-Paul (5e arr.) et 9e arr.
Début Quai de Bondy
Fin Quai Chauveau
Morphologie
Type Quai
Histoire
Création Moyen Âge
Protection Site du centre historique
Site sauvegardé
Site du patrimoine mondial
Géolocalisation sur la carte : Lyon
(Voir situation sur carte : Lyon)
Quai Pierre Scize

Le quai Pierre-Scize ou quai Pierre-Scise est une voie urbaine allant du quartier Saint-Paul jusqu'au quai Chauveau dans le 9e arrondissement de Lyon. Il longe la rive droite de la Saône. Il doit son nom au château de Pierre Scize[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

En amont, le quai Pierre Scize prolonge le quai Chauveau et débute à l’angle de la montée de l'Observance[n 1],[n 2].

En aval, il se termine au début du quai de Bondy, à la place Gerson, face à la passerelle Saint-Vincent[n 3],[n 4]

Plaque de rue.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom vient de la « Pierre Scize » ou « Pierre Incise », une émergence du socle cristallin (granite) du massif Central qui s'avançait autrefois jusque dans le milieu de la Saône et qui a été taillée (« incisée ») pendant l'Antiquité pour faire passer une voie - celle du futur quai Pierre Scize. Le château de Pierre Scise a été construit sur l'éperon arasé.

Présentation[modifier | modifier le code]

Il fait environ 1,18 km de long[n 1].

Il dessert deux passerelles, avec d'aval en amont la passerelle Saint-Vincent et la passerelle de l'Homme de la Roche. Le pont de la Feuillée est à environ 128 m de l'extrémité Est du quai, et le pont Kœnig à environ 221 m de son extrémité ouest[n 1].

Il longe le défilé de Pierre Scise, qui commence à la hauteur de l'église Saint-Pierre de Vaise (150 m en aval du pont Clémenceau[2]) et se termine à l’alignement de l'église Saint-Paul[3] (à la hauteur de la passerelle Saint-Vincent[4]).

Histoire[modifier | modifier le code]

« Ancienne porte de Pierre Scise (XVIIIe s.) »
Eau-forte par Joannès Drevet[5].
Vue sur la Saône en rive droite vers l'amont, au pied du château de Pierre Scise vers lequel on grimpait par l'escalier taillé dans le roc.

La rue Pierre Scize ou du Bourgneuf est attestée en 1659[6].

Au milieu du XVIIe siècle, la rive gauche de la Saône est bordée de quais mais ils sont trop étroits, s'éboulent fréquemment et sont toujours inondables. Elle est surtout bordée de maisons, qui sont construites au raz de l'eau, plus encore en rive droite qu'en rive gauche sauf au quai de la Baleine dont la construction remonte à 1640[7].


À la fin de l’Ancien Régime naît le projet de créer une ligne de quais élargis pour améliorer la circulation et surélevés contre les inondations. L'idée est d'abord proposée par J.-A. Morand (plan général de 1763), puis reprise en 1780 par l’Intendant de Lyon J. de Flesselles. Mais le projet exige la démolition des maisons construites au bord de l'eau, et d'en indemniser les propriétaires. La dépense fait reculer. Mais fin XVIIIe s. le quai de la Baleine s'affaisse ; et entre-temps est intervenue la Révolution, période expéditive s'il en est. Les pouvoirs publics décident d'aménager toute la rive droite et l'arrêté des 6 pluviôse et 6 ventôse de l'an II (1794) ouvre la porte aux premières destructions. Les quais existants sont élargis en prenant sur la Saône, et exhaussés - ce qui fait que le rez-de-chaussée des maisons anciennement situées du côté droit de la rue intérieure est à moitié enseveli sous l'exhaussement. Des ports en gradins sont bâtis comme ceux en rive gauche[7].

Ancien quai de la Peyrollerie

Dans cette grande vague de construction et d'aménagement des quais, le quai Pierre Scize, demandé par les habitants dès 1801, est construit de 1811 à 1828 - en même temps que le quai de Bondy[7],[n 6] qui le prolonge vers l'aval.

Les quais depuis le pont de la Feuillée jusqu'au pont de Serin, c'est-à-dire le quai du Bourneuf, le quai du Puits de Sel et le quai de la Peyrollerie[6], sont réunis pour devenir le quai Pierre Scize en 1854 (délibération du Conseil municipal du 4 août 1854, approuvée le 17 février 1855)[6],[10].

Le quai de la Peyrollerie[1],[11],[n 7] est aussi appelé « quai d'Occident »[n 8].

La partie depuis la montée de l'Observance jusqu'à une vingtaine de mètres en aval du pont de Serin (actuel pont Koenig) devient le quai Chauveau en 1919[6].

Lieux remarquables[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Clerjon 1830] Clerjon, Histoire de Lyon, depuis sa fondation jusqu'à nos jours, vol. 3, Lyon, Théodore Laurent, , 480 p., sur archive.org (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Combe 2007] Claire Combe, La ville endormie ? Le risque d’inondation à Lyon — Approche géohistorique et systémique du risque de crue en milieu urbain et périurbain (thèse de doctorat en Géographie, aménagement et urbanisme), Université Lumière Lyon 2, , sur theses.univ-lyon2.fr (présentation en ligne, lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Quai Pierre Scize, quai Chauveau et montée de l'Observance à Lyon, carte interactive » sur Géoportail. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  2. « La montée de l'Observance en rive droite de la Saône à Lyon ; avec à gauche le début du quai Pierre Scise et à droite la fin du quai Chauveau. Vue en caméra de rue », sur google.fr/maps
    On peut faire glisser la vue vers la gauche ou la droite (placer le curseur sur le côté droit ou gauche de la vue, cliquer sur le bouton gauche de la souris, maintenir le bouton appuyé et faire glisser la vue vers la gauche ou la droite) ; faire avancer la caméra en cliquant sur la route ; et repositionner la caméra ailleurs en plaçant la souris dans la carte en encart en bas à gauche de la fenêtre, puis en cliquant sur un des traits bleus qui apparaissent.
  3. « Quai Pierre Scize, quai de Bondy et place Gerson à Lyon, carte interactive » sur Géoportail.
  4. « Le début du quai de Pierre Scize à l'angle de la place Gerson, en rive droite de la Saône, vue en caméra de rue », sur google.fr/maps.
  5. Sainte-Marie-aux-chaînes est le nom d'un quai de rive gauche situé immédiatement en aval du fort Saint-Jean, qui a par la suite été absorbé par le quai Saint-Vincent. C'est aussi le nom du couvent plus tard devenu « la Manutention » puis le centre culturel « les Subsistances ».
    Le nom de « Sainte-Marie-aux-chaînes » vient de ce que les douaniers disposaient alors, en amont de la Saône, des chaînes en travers de la rivière pour empêcher les contrebandiers de s'introduire dans Lyon par voie fluviale.

    « En 1418 le consulat, qui attend une attaque de Bourguignons, fait renforcer plusieurs fortifications et fait tendre les chaînes sur la Saône[8]. En 1434, « si l'ennemi approche davantage, on tendra la chaîne de Saint-George pour obvier que les blés et tous vivres ne s'en aillent de la cité ; de même celle de dessous Pierre Scise » »

    — Clerjon 1830, p. 460

    Les chaînes sont portées par des alignements de bateaux[9]. Celle proche de Pierre Scise donne son nom au quai de « Sainte Marie aux chaînes », futur quai de Serin puis quai Saint-Vincent[8].
  6. D'amont en aval, sont construits : les quais de l’Observance et de la Chana (1838-1841), le quai Pierre Scize (1811-1828, demandé par les habitants dès 1801), le quai de Bondy (1811-1828), les quais Humbert (1800) et de la Baleine (1803), le quai et le port de Roanne (1821-1826), le quai de l’Archevêché (1810). A l’aval, la construction du quai Fulchiron est décidée dès 1838 mais à cause du grand nombre de maisons qui bordent la rive, les travaux ne commencent qu’en 1843 et durent jusqu’en 1858, après avoir hésité entre empiéter sur la Saône ou détruire les maisons riveraines - cette dernière solution étant finalement retenue en 1838 après avoir consulté la population[7].
  7. La perrollerie était l'art de fabriquer les articles de vaisselle[1].
  8. Le nom de « quai d'Occident » pour le quai de la Peyrollerie, est utilisé entre autres sources dans un article du 12 décembre 1852 dans le quotidien lyonnais Le Salut public[12].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Quai Pierre Scize, sur ruesdelyon.net.
  2. « Église Saint-Pierre de Vaise, carte interactive » sur Géoportail.
  3. [Audin 1947] Amable Audin, « Le confluent et la croisée de Lyon », Géocarrefour, vol. 22, nos 1-4,‎ , p. 99-130 (lire en ligne [sur persee]), p. 100.
  4. « Église Saint-Paul de Lyon, carte interactive » sur Géoportail.
  5. [Vingtrinier 1901] Emmanuel Vingtrinier (ill. Joannès Drevet), Le Lyon de nos pères, Lyon, éd. Bernoux, Cumin & Masson, , 352 p., sur gallica (lire en ligne), « Ancienne porte de Pierre Scise (XVIIIe s.) », p. 296bis, planche 19. (Les autres eaux-fortes dans le livre, du même artiste, sont listées dans la page « Classement des eaux-fortes », avec une catégorie sur Commons des œuvres dans ce livre.)
  6. a b c et d [Vanario 2002] Maurice Vanario et Henri Hours (dir.) (préf. Gérard Collomb), Rues de Lyon à travers les siècles : XIVe – XXe siècles, Lyon, Éd. lyonnaises d'art et d'histoire, . Cité dans « Métiers d'autrefois Pierre Scize », sur guichetdusavoir.org, (des bibliothécaires de la bm de Lyon répondent aux questions posées), (consulté le 22 février 2020).
  7. a b c et d Combe 2007, Deuxième partie > chap. 2 > section II.2.a : « La nécessité de créer un passage carrossable en rive droite : édification d’une ligne de quais ».
  8. a et b Quai Saint-Vincent, sur ruesdelyon.net.
  9. Myriam De Santis, « Les Subsistances », historique et présentation du lieu, sur lelyondesgones.com (consulté le 10 février 2020).
  10. « Peyrollerie (rue ou quai de la) », Index des noms de rues, places et ponts cités, Archives municipales [PDF], sur archives-lyon.fr (consulté le 22 février 2020).
  11. Vingtrinier 1901, Ancien quai de la Peyrollerie (aujourd'hui quai Pierre Scize), p. 282bis, planche 16.
  12. « Sur les traces de l’Émir… le temps de la Fraternité… Voyage culturel en Algérie du 17 au 27 mars 2012 », Espace Projets Interassociatifs [PDF], sur espace-projets-interassociatifs.fr, Vaulx-en-Velin (consulté le 22 février 2020), p. 4.