Empire (biologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Super-règne)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Empire (homonymie).

En biologie, l'empire (en latin imperium) est une catégorie taxonomique supérieure à celle du règne. Il est parfois considéré comme un synonyme du terme plus récent de domaine. Ces notions ne se recouvrent toutefois pas totalement. En particulier le terme d'empire est préféré dans le contexte de la systématique évolutionniste ou bien dans le cadre du "modèle à deux empires".

Le terme de super-règne (en latin superregnum) est également considéré de manière générale comme un synonyme d'empire. Toutefois dans certaines classifications le niveau de super-règne est employé comme un niveau intermédiaire entre les catégories d'empire et de règne.

Historique[modifier | modifier le code]

Historiquement, c'est le terme empire qui a été proposé en premier, par analogie avec la domination d'un empire sur des royaumes vassaux (les « règnes » de la classification). Linné arrangeait tous les objets naturels à l'intérieur de trois règnes (minéral, végétal et animal) dont, à partir de la dixième édition (1758) du Systema Naturae, il définissait les frontières au sein de l'empire de la nature : Imperium Naturae. Dès 1766[1], Pallas divisait la nature en deux empires. Ce sont deux groupes (les corps bruts et les êtres organisés) que Pallas a placés au-dessus des règnes sous la dénomination d'empires : l'empire inorganique constitué par le règne minéral, et l'empire organique comprenant les deux règnes animal et végétal. Aujourd'hui on parle plutôt de monde inerte et de monde vivant.

Le modèle à deux empires[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Prokaryota et Eukaryota.

Au XXe siècle, le terme d'empire a été employé pour désigner la structure radicalement différente des procaryotes et des eucaryotes (voir aussi plan d'organisation).

Selon Thomas Cavalier-Smith (1998)[2] :

  1. Empire Prokaryota
    1. Règne Bacteria
      1. Sous-règne Unibacteria
      2. Sous-règne Negibacteria
  2. Empire Eukaryota
    1. Règne Protozoa
    2. Règne Animalia
    3. Règne Fungi
    4. Règne Plantae
    5. Règne Chromista

Voir également Mayr (1998)[3]

Variantes[modifier | modifier le code]

Pour la plupart des taxonomistes, le domaine est équivalent au superrègne. On trouve cependant parfois des classifications où le choix a été fait d'intercaler les rangs de sous-domaine et de superrègne entre le domaine et le règne. Des variantes de classification sont élaborées par glissement de rang des taxons supérieurs[4].

Classification à deux domaines[modifier | modifier le code]

Selon Ernst Mayr (1990)[modifier | modifier le code]

En 1990, le systématicien évolutionniste Mayr retient un système naturel d'organismes à deux domaines divisés en quatre sous-domaines[5] :

Selon Radhey S. Gupta (1998)[modifier | modifier le code]

En 1998, Gupta propose une classification[6] à la suite de ses travaux sur les liens phylogénétiques et structuraux unissant les bactéries à Gram positif et les archébactéries.

  1. Domaine Eucaryotae
  2. Domaine Procaryotae
    1. Sous-domaine Monodermata
      1. Sous-sous-domaine Archaebacteria
        1. Division Euryarchaeota
        2. Division Crenarchaeota
      2. Sous-sous-domaine "bactéries à Gram positif"
        1. Division "Low G+C"
        2. Division "High G+C"
    2. Sous-domaine Didermata (bactéries à Gram négatif)

Classification à deux superrègnes[modifier | modifier le code]

Selon Robert H. Wittaker et Lynn Margulis (1978)[modifier | modifier le code]

En 1978, Whittaker et Margulis s'accordent sur une classification des organismes suivant deux superrègnes et cinq règnes[7] :

Selon Charles Jeffrey (1982)[modifier | modifier le code]

En 1982, le botaniste Jeffrey propose une classification à deux superrègnes développés différemment en cinq règnes[8] :

Selon Thomas Cavalier-Smith (1987)[modifier | modifier le code]

En 1987, Cavalier-Smith présente une classification rangée en deux superrègnes et sept règnes[9] :

Selon Lynn Margulis et Michael J. Chapman (2009)[modifier | modifier le code]

Les biologistes Margulis et Chapman (2009)[10] proposent une classification taxonomique du vivant où le domaine est une division du règne et dont l'articulation entre taxons se résume ainsi :

Origine des eucaryotes selon la théorie endosymbiotique.

Selon Michael A. Ruggiero et al. (2015)[modifier | modifier le code]

Les biologistes Ruggiero et al. (2015)[11], incluant Cavalier-Smith, développent une classification des organismes vivants subdivisée en deux superrègnes et sept règnes, selon le schéma simplifié suivant :

Critiques[modifier | modifier le code]

Pour les cladistes le modèle à deux empires est fondamentalement défectueux car il admet des taxons paraphylétiques comme les procaryotes. Les évolutionnistes n'y voient cependant pas une attaque sérieuse puisque selon eux, c'est le rejet dogmatique des groupes paraphylétiques qui rendrait la classification du vivant absurde.

Autres rangs taxonomiques[modifier | modifier le code]

Les rangs taxonomiques[a] utilisés en systématique pour la classification hiérarchique du monde vivant sont les suivants (par ordre décroissant) :


Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En gras les 7 rangs principaux (RECOFGE, sigle mnémotechnique pour Règne/Embranchement/Classe/Ordre/Famille/Genre/Espèce), en maigre les rangs secondaires, en romaine les noms vulgaires, en italique les noms latins.
  2. Un embranchement en zoologie, ou division en botanique, est traditionnellement caractérisé par une description schématique appelée « plan d'organisation ».
  3. Les taxons aux rangs de race et de sous-race n'ont pas de noms scientifiques (animaux domestiques principalement).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Peter Simon Pallas, Elenchus Zoophytorum, generum adumbrationes, specierum descriptiones, cum selectis synonymis, La Haye, 1766.
  2. (en) Thomas Cavalier-Smith, 1998. A revised six-kingdom system of life. Biol. Rev. 73: 203-266.
  3. (en) Ernst Mayr, "Two empires or three?", Proceedings of the National Academy of Sciences, Vol.95, No.17, August 18, 1998, p.9720–9723. DOI:10.1073/pnas.95.17.9720
  4. (en) Will H. Blackwell, « Is It Kingdoms or Domains ? Confusion & Solutions », The American Biology Teacher, National Association of Biology Teachers, vol. 66, no 4,‎ , p. 268-276 (DOI 10.1662/0002-7685(2004)066[0268:IIKODC]2.0.CO;2, lire en ligne)
  5. (en) Ernst Mayr, "A natural system of organisms" , Nature, Vol.348, No.6301, December 6, 1990, p.491. DOI:10.1038/348491a0
  6. (en) Gupta RS (1998). What are archaebacteria: life's third domain or monoderm prokaryotes related to gram-positive bacteria? A new proposal for the classification of prokaryotic organisms. Mol Microbiol. 29(3):695-707.
  7. (en) Robert Harding Whittaker & Lynn Margulis, "Protist classification and the kingdoms of organisms", Biosystems, Vol.10, No.1-2, April 1978, p.3-18. DOI:10.1016/0303-2647(78)90023-0
  8. (en) Charles Jeffrey, "Kingdoms, Codes and Classification", Kew Bulletin, Vol.37, 1982, p.403-416. JSTOR:4110040
  9. (en) Thomas Cavalier-Smith, « The origin of eukaryotic and archaebacterial cells », Annals New York Academy of Sciences, vol. 503,‎ , p. 17–54 (PMID 3113314, DOI 10.1111/j.1749-6632.1987.tb40596.x, lire en ligne)
  10. (en) Lynn Margulis & Michael J. Chapman, Kingdoms & Domains : An Illustrated Guide to the Phyla of Life on Earth, Academic Press, Boston, 2009, 731 p. (ISBN 978-0-12-373621-5)
  11. (en) Michael A. Ruggiero, Dennis P. Gordon, Thomas M. Orrell, Nicolas Bailly, Thierry Bourgoin, Richard C. Brusca, Thomas Cavalier-Smith, Michael D. Guiry et Paul M. Kirk, « A Higher Level Classification of All Living Organisms », PLoS ONE, vol. 10, no 4,‎ , e0119248 (ISSN 1932-6203, DOI 10.1371/journal.pone.0119248, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]