Stunfest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Stunfest
Image illustrative de l’article Stunfest

Type évènement de e-sport
Création 2005
Pays Drapeau de la France France
Localisation Le Liberté, Rennes
Coordonnées 48° 06′ 24″ nord, 1° 40′ 35″ ouest
Organisateur 3 Hit Combo
Date 3 jours (en avril-mai)
Fréquentation 13 000 visiteurs (en 2019)
Site web Site officiel

Géolocalisation sur la carte : Bretagne
(Voir situation sur carte : Bretagne)
Stunfest
Géolocalisation sur la carte : Rennes
(Voir situation sur carte : Rennes)
Stunfest

Le Stunfest est un festival de jeux vidéo rennais d'envergure européenne[1],[2]. D'abord spécialisé dans le retrogaming et les jeux de combat. Le nom du festival vient du mot « stun » qui dans l’univers du jeu vidéo de combat désigne l’étourdissement d’un personnage lorsqu’il ne peut plus agir. Le Stunfest est aujourd'hui un événement consacré aux jeux vidéo, où chacun peut venir jouer à des jeux aussi bien grand public qu'originaux. Il se déroule tous les ans au printemps et est organisé par l'association rennaise 3 Hit Combo. Le festival a accueilli plus de 11 000 spectateurs en 2018[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première édition du festival s'est déroulée en 2005 à la maison de quartier la Touche à Rennes et a réuni alors une centaine de personnes[4]. Le festival s'est ensuite déplacé à l'Espace des Deux Rives[5] pendant trois ans, puis dans l'espace culturel le Triangle[6] pour une édition. Le festival s'est ensuite déroulé de 2011 à 2013 à l'INSA de Rennes, sur le campus de Beaulieu.

Depuis 2014, l'événement se déroule au Liberté de Rennes[7]. À cette occasion, l'association a dû effectuer du crowdfunding, afin de financer l'événement[8]. Le montant récolté est de 25 808 €[8]. Un financement participatif sera aussi mis en place pour l'édition 2015 qui atteindra 10 655 €[9].

Au fil des années le festival a évolué, proposant en plus des compétitions de jeux de combat, des concerts, des conférences, des projections, des animations, du retro-gaming, des bornes d’arcade et des jeux musicaux, et plus récemment des espaces consacrés aux jeux vidéo indépendants.

En octobre 2016, l'association 3 Hit Combo annonce par communiqué que l'édition 2017 n'aura pas lieu. La volonté était de faire une pause face à l'ampleur grandissante de l'évènement et de revenir en 2018[10]. Le , 3 Hit Combo publie un communiqué de presse où l'association annonce qu'elle affiche un déficit de 70 000€ au sortir de l'édition 2018 du festival[11].

En 2022, le Stunfest se déplace dans quatre nouveaux sites : la Salle de la cité, le Jeu de Paume, le Théâtre du Vieux Saint-Etienne et le Couvent des Jacobins qui accueille 500 e-sportifs[12].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le festival se déroule chaque année au printemps, sur un week-end de trois jours, du vendredi au dimanche. Chaque année, des joueurs du monde entier se déplacent au Stunfest pour participer aux différents tournois qui sont organisés. La liste des tournois évolue mais certains jeux cultes restent à l'affiche depuis la première édition du salon tel que Street fighter 2 ou la série des King of Fighters.

En marge des tournois, des animations ouvertes au public sont en libre services, notamment des dizaines de bornes d'arcades et des consoles d'anciennes génération. Des développeurs indépendants sont présents sur place pour présenter leurs projets en cours et gagner en notoriété. Des prix sont remis parmi les sélections de jeux vidéos présentés au Stunfest : un Grand Prix, un Prix Espoir, un Prix du public attribué par les visiteurs et un Prix Coup de cœur sélection jeune attribué par un jury de jeunes entre 14 et 18 ans.[13] Enfin, des conférences sont organisés avec des professionnels du jeu vidéo ou des domaines connexes, afin de débattre soit sur les mécanismes du jeu vidéo ou l'apport du jeu vidéo dans la société. Depuis 2021, elles sont retransmises sur Twitch.

Tournois[modifier | modifier le code]

Les tournois officiels sont organisés par l'association 3HitCombo, tandis que les tournois non officiels sont organisés par des associations partenaires qui disposent de stands sur le salon, ou encore par des éditeurs de jeux qui sont eux aussi représentés par des stands. Les tournois se déroulent durant la matinée. Les demi-finales et la finale ont lieu sur la scène principale et sont commentées par des commentateurs professionnels de jeux vidéo tel que Ken Bogard[14]. Les joueurs peuvent se pré-inscrire sur internet. En 2015, avec un total de 350 participants, c'est devenu l'un des dix plus gros championnats du monde[15]. En 2021, les tournois ont en majorité lieu sur Twitch et donnent lieu à près d'un million de vues en ligne[16]. En 2022, plusieurs tournois sont organisés au Couvent des Jacobins à Rennes, parmi lesquels Street fighter V[17].

Conférences[modifier | modifier le code]

Plusieurs conférences sont organisées par Yann Chauvière sur des thèmes précis du jeu vidéo. Chaque édition du Stunfest propose entre une dizaine et une quinzaine de conférences dans lesquelles interviennent des personnalités du monde du jeu vidéo francophone (Gabriel Corbel, Alexis Blanchet, Olivier Lejade, La Développeuse du Dimanche ou Pia Jacqmart entre autres) ainsi que des personnalités invitées spécialement pour les thèmes des conférences. On peut dégager quatre axes majeurs dans les différentes conférences : place d'un certain élément dans le jeu vidéo, comparaison entre le jeu vidéo et un autre modèle d'amusement, l'importance de différentes mécaniques dans le jeu vidéo et le rôle du jeu vidéo dans la société actuelle.

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Évolution du nombre de visiteurs
2005 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
100[4]2 000[18]2 500[19]3 000[20]5 000[21]6 000[22]9 000[23]12 000[24]
2016 2018 2019 - - - - -
12 000[25]11 000[3]13 000[26]-----

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Stunfest : festival vidéo-ludique », dans Ouest-France, 28 avril 2013, consulté sur www.ouest-france.fr le 29 avril 2013.
  2. Maxence, « Stunfest 2012 : trois hits combo dans ta face ! », dans Jeuxvideo.fr, 30 mars 2012, consulté sur www.jeuxvideo.fr le 28 avril 2013.
  3. a et b « Stunfest. Rennes, capitale du jeu vidéo », sur letelegramme.fr, (consulté le )
  4. a et b Camille Allain, « 600 fans de baston réunis ce week-end », dans 20 Minutes, édition Rennes, 13 avril 2012, consulté sur www.20minutes.fr le 29 avril 2013
  5. « Rennes: plus de 1000 personnes au Stunfest espace des Deux Rives », dans Ouest-France, 10 mai 2009, consulté sur www.ouest-france.fr le 18 avril 2013
  6. Romain Joly, « Stunfest 2010 : le Triangle transformé en paradis des "gamers" » « Copie archivée » (version du 23 juillet 2018 sur l'Internet Archive), dans Le Mensuel de Rennes, 23 mai 2012, consulté sur www.rennes.lemensuel.com le 18 avril 2013
  7. Le Stunfest aura bel et bien lieu au Liberté, en plein centre de Rennes.
  8. a et b « Festival Stunfest 2014 », sur ulule.com (consulté le )
  9. « Festival Stunfest 2015 », sur Ulule (consulté le )
  10. Hugo HUAUMÉ, « Jeux vidéo. Le festival Stunfest en mode pause pour 2017 », sur jactiv.ouest-france.fr, (consulté le )
  11. « Jeu vidéo : un déficit de 70 000 euros menace la pérennité du Stunfest à Rennes », sur Le Monde.fr (consulté le )
  12. Samuel Nohra, « Rennes. Sept (très) bonnes raisons de se rendre au Stunfest, festival du jeu vidéo », sur Ouest-France, (consulté le )
  13. Marion BARGIACCHI, « Découvrez les quatre jeux vidéo indépendants primés lors du festival rennais », sur Ouest France, (consulté le )
  14. [1], kenbogard.fr
  15. http://www.rennes.lemensuel.com/actualite/article/2015/05/25/le-stunfest-bat-des-records-15818.html « Copie archivée » (version du 23 juillet 2018 sur l'Internet Archive)
  16. Samuel NOHRA, « Bretagne : le Stunfest, festival de la culture jeux vidéo, est de retour ! », sur Ouest France, (consulté le )
  17. Jérôme BEQUET, « Jeux vidéo. Les tournois du Stunfest font trembler les murs du Couvent des Jacobins à Rennes », sur Ouest France, (consulté le )
  18. Romain M., « Stunfest X : la fête du Vs Fighting », dans aAa, 29 avril 2010, consulté sur www.team-aaa.com le 28 avril 2013
  19. Isabelle Bordes, « Record d’affluence au 6e Stunfest de Rennes avec 2 500 joueurs sur console », dans Ouest-France, 24 mai 2010, consulté sur www.ouest-france.fr le 29 avril 2013
  20. Samuel Nohra, « Le Stunfest impose sa dimension européenne ! », dans Ouest-France, 2 mai 2011, consulté sur www.ouest-france.fr le 28 avril 2013
  21. « Le Stunfest attire les fondus de jeux vidéo », dans Ouest-France, pages Rennes, 27 avril 2013, consulté sur www.ouest-france.fr le 27 avril 2013
  22. « Près de 6 000 spectateurs au festival Stunfest », dans Ouest-France, 28 avril 2013, consulté sur www.ouest-france.fr le 29 avril 2013
  23. Julien Joly, [2] « Copie archivée » (version du 23 juillet 2018 sur l'Internet Archive), dans aAa, 4 mai 2014, consulté sur http://www.rennes.lemensuel.com/ le 4 juin 2014
  24. « Avec 12 000 visiteurs, le Stunfest a battu tous ses records », sur jactiv.ouest-france.fr, (consulté le )
  25. « Le festival Stunfest a attiré 12 000 participants », sur www.ouest-france.fr, (consulté le )
  26. « Stunfest 2019 : les organisateurs dévoilent quelques chiffres pour cette 15e édition », sur gamergen.com, (consulté le )

Site officiel[modifier | modifier le code]