Statut maître

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En sociologie, le statut maitre est, parmi les statuts sociaux attribués à une personne en fonction d’un trait ou d'une caractéristique (souvent catégorielle telle que le genre, l'ethnie, la religion, la "race", une déviance, etc.), celui qui prédomine sur les autres statuts sociaux en termes de prestige, d'attentes, de droits ou d'obligations, en somme qui occupe une importance exceptionnelle dans la vie de la personne.

Origine[modifier | modifier le code]

L'introduction de la notion statut maitre est souvent attribuée au sociologue Everett C. Hughes dans un article publié dans l’American Journal of Sociology en 1945[1]. En définissant un statut comme étant une position sociale caractérisée par des droits, des limitations à ces droits et des devoirs, Everett Hughes s’attache à décrire des cas de personnes ayant des doubles statuts qui, dans le contexte américain des années 40, semblent contradictoires ou incompatibles: un médecin noir, une femme ingénieure. Être afro-américain à cette époque est un statut social considéré comme plutôt inférieur qui, dans beaucoup de circonstances, prédomine sur les autres statuts sociaux d'une personne, y compris le statut plutôt élevé de médecin. Des patients potentiels de ce médecin le considéreront avant tout comme une personne ayant un statut de noir américain, sauf éventuellement en cas d’urgence médicale. De même, le statut lié au sexe féminin d'une femme ingénieure va dans de nombreuses circonstances limiter son statut lié à sa profession d'ingénieure. Hughes ne parle pas encore de statut maitre, mais d'un master status-determining trait, donc de la caractéristique qui détermine le statut global d'une personne qui prédomine sur ses autres statuts, lesquels lui sont ainsi subordonnées. Outre les attributs raciaux ou de sexe, d’autres caractéristiques ont parfois été considérées comme statuts maitres, par exemple une invalidité, une conduite déviante, l'obésité. Un statut maitre peut être lié à des attributs fixés par la naissance ou à des caractéristiques acquises au cours de la vie. La notion a été régulièrement reprise par des sociologues et des psychologues sociaux, insistant par exemple sur le fait que le statut maitre joue un rôle identitaire privilégié ainsi qu’un rôle majeur dans les choix de vie[2].

Le statut maitre dans la perspective de recherche sur les parcours de vie[modifier | modifier le code]

La notion de statut maitre a fait l'objet de plusieurs développements dans la perspective de recherche sur les parcours de vie, particulièrement en vue de décrire et d'expliquer les différences de trajectoires professionnelle et familiales entre les hommes et les femmes, les auteurs utilisant alors le terme de statut maitre sexué[2],[3],[4],[5],[6]. Dans cette approche, la notion de statut maitre sexué se rapporte au fait que les champs d'insertion prioritaires diffèrent systématiquement entre les hommes et les femmes par assignation sociale. Pour les hommes, le champ d'insertion prioritaire est le domaine de la vie professionnelle alors que pour les femmes, le domaine d'insertion prioritaire est celui de la famille. Pour les hommes comme pour les femmes, les insertions dans d’autres champs sont subordonnées à cette insertion principale. C’est notamment le cas de l’insertion professionnelle chez les femmes, qui, dans le contexte de plusieurs pays (Allemagne, Suisse) est fortement rythmée par les événements de la vie familiale. Les femmes diminuent ainsi leur temps d'emploi au moment de la naissance de leur premier enfant, voire interrompent leur activité professionnelle, pour revenir sur le marché du travail à temps partiel lorsque les enfants vont à l’école. L’insertion dans le champ familial est subordonnée chez les hommes à leur insertion professionnelle : les événements de la vie familiale n’infléchissent guère leur carrière, la consolident plutôt alors que leur participation aux activités domestiques et aux soins des enfants est limitée par leur activité professionnelle. Les statuts maitres sexués ne résultent pas d’un quelconque processus biologique ou naturel ayant conduit à la division et à la spécialisation des rôles masculins et féminins. Ils résultent plutôt d’un processus historique de construction sociale des rôles de pères et de mère ayant émergé au cours du XIXe siècle dans les pays occidentaux, menant dans une première période et dans une partie croissante des sociétés européennes à une ségrégation quasi complète des domaines d'activité entre hommes (monde extrafamilial) et femmes (monde intrafamilial). Un exemple de ce processus historique est celui de la promotion de l’allaitement, alors que cette pratique était très inégalement présente auparavant, les milieux aisés recourant régulièrement à des nourrices[7].

Dans le paradigme de recherche sur les parcours de vie, les institutions sont considérées jouer un rôle clef dans le déroulement des parcours, en créant des opportunités et des contraintes pour les individus (effet de contexte vu sous l’angle du moment ou de l’époque et du lieu ou du milieu social[8]). Selon cette perspective, les institutions structurant ainsi la vie des personnes jouent un rôle majeur dans le maintien des statuts maitres sexués dans les sociétés contemporaines. Sans forcément viser directement à influer sur l'ordre de genre, ces institutions s’appuient sur une représentation, souvent tacite et non thématisée, de la famille traditionnelle dans laquelle les hommes jouent un rôle de pourvoyeur principal de ressources économiques alors que les femmes jouent celui de mère. Ces institutions sont multiples et maintiennent un faisceau de contraintes qui poussent un grand nombre de couples à adopter un style de vie dans lesquels prédominent les statuts maitre sexués. A titre d'exemple, on peut citer dans le cas de la Suisse, pays dans lequel les différences sexuées de trajectoires professionnelles sont particulièrement marquées, le très faible nombre de crèches qui incite les femmes à diminuer leur temps de travail[9], de même que les horaires d’écoles qui souvent sont peu compatibles avec ceux d’un travail salarié, ou encore les réticences des employeurs à concéder des temps partiels à leurs employés devenus pères. On peut citer aussi le système de taxation fiscale qui pénalise les couples mariés ayant deux activités rémunérées à plein-temps, le gain de revenu obtenu avec ces deux salaires par rapport au revenu provenant d'une activité à plein-temps et d'une activité à temps partiel étant compensé voire dépassé par les coûts supplémentaires d'impôts et de frais de garde d’un enfant en bas âge[10].

Plusieurs travaux ont montré que c’est au moment de la transition à la parentalité que se manifestent les statuts maitres sexués[11]. Avant la naissance d’un premier enfant, les couples partagent souvent des pratiques et des valeurs égalitaires. Lors de la naissance de leur enfant, non seulement les femmes diminuent leur temps de travail ou interrompent leur activité professionnelle, mais le partage des tâches domestiques devient à son tour inégal, les femmes prenant de plus en plus souvent en charge les tâches traditionnellement "féminines" (lavage, repassage, ménage, etc.). De même, elles prennent en charge plus souvent les tâches de soins à l’enfant, particulièrement les tâches élémentaires (changer l’enfant, l’habiller), mais aussi les relations avec la parenté[12]. Les changements dans la répartition des tâches se font souvent malgré les intentions des parents, sans qu’ils ne l’anticipent[13], et souvent alors même qu’ils continuent de partager des valeurs égalitaires. Les travaux soulignent ainsi l’apparition d’une contradiction ou tension entre des valeurs égalitaires et des pratiques inégalitaires qui peuvent se maintenir longtemps après la transition à la parentalité[14].

Si les statuts maitres sexués se manifestent au moment de la transition à la parentalité, ils n’apparaissent pas totalement ex-nihilo au cours du parcours de vie. La manifestation des statuts maitres sexués se prépare avant la naissance de l’enfant à des moments-clefs du parcours de vie. Au moment des choix professionnels et de formation, les jeunes-femmes anticipent leur rôle futur de mère en choisissant souvent une orientation qui les guidera vers un métier exercé typiquement par des femmes, et dans lequel il est plus facile de négocier un emploi à temps partiel, en général moyennant des conditions moins favorables en termes de salaire, de formation continue, de promotion et d'assurance vieillesse, contrairement aux emplois masculins dans lesquels le plein-temps est valorisé, voire obligatoire[15].

Les travaux reposant sur la notion de statut maitre sexué ont contribué à la recherche sur les parcours de vie, en fournissant des arguments empiriques permettant de contredire aussi bien les thèses de standardisation[16] que celles de destandardisation[17] des parcours de vie. Selon la thèse de la standardisation, les trajectoires de vie seraient devenues de plus en plus semblables entre le milieu du XIXe siècle et celui du XXe, en étant formées d'une succession de trois phases, phase d’éducation, phase d’activité professionnelle et phase de retraite. Cette trajectoire-type aurait été favorisée par l’émergence d’institutions liées à l’Etat social, plus particulièrement les assurances sociales. Les trajectoires différenciées des hommes et des femmes montrent qu'il n’y a pas eu standardisation des trajectoires vers un seul modèle mais vers des modèles différenciés entre les hommes et les femmes en relation avec les statuts maitres des uns et des autres. Quant à la thèse de la déstandardisation, énoncée notamment par Ulrich Beck[17], elle stipule que les trajectoires sont devenues depuis les années soixante très diversifiées et singulières en relation avec la montée de nouvelles injonctions normatives dans nos sociétés contemporaines promouvant l’individualisme. La recherche montre qu’il existe certes plusieurs types de trajectoires professionnelles, notamment chez les femmes, mais que les types de trajectoire sont en petit nombre[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Everett Cherrington Hughes, « Dilemmas and Contradictions of Status », American Journal of Sociology, vol. 50, no 5,‎ , p. 353–359 (ISSN 0002-9602, DOI 10.1086/219652, lire en ligne, consulté le 24 novembre 2016)
  2. a et b (en) Levy René, Analyses of life courses. a theoretical sketch. in Levy R., Widmer E. (Eds). Gendered life courses between individualization and standardization., Wien, LIT, (ISBN 3-643-80143-2), p. 13-36
  3. (de) Krüger Helga Levy René, « Masterstatus, Familie und Geschlecht », Berliner Journal für Soziologie, vol. 10, no 3,‎ , p. 379–401 (ISSN 0863-1808 et 1862-2593, DOI 10.1007/BF03204360, lire en ligne, consulté le 24 novembre 2016)
  4. (en) Krüger Helga, Levy René, « Linking life courses, work and the family: theorizing a not so visible nexus between women and men. », Canadian Review of sociology. 26(1),‎ , p. 145-166
  5. a et b Eric D. Widmer et Gilbert Ritschard, « The de-standardization of the life course: Are men and women equal? », Advances in Life Course Research, série Linked Lives and Self-Regulation. Lifespan - Life Course: Is it really the same?, vol. 14, nos 1–2,‎ , p. 28–39 (DOI 10.1016/j.alcr.2009.04.001, lire en ligne, consulté le 24 novembre 2016)
  6. Sapin Marlène, Spini Dario, Widmer Eric, Les parcours de vie. De l'adolescence au grand-âge, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes
  7. Donzelot Jacques, La Police des familles, Paris, Minuit,
  8. Elder G. H. Jr., Johnson M.K. & & Crosnoe R., The emergence and the development of the life course. In Mortimer J.T. & Shanahan M.J. (Eds.)., Handbook of the life course., New-York, Plenum-Press (lire en ligne), p. 3-19
  9. Office fédéral de la statistique, « Accueil extrafamilial des enfants », sur www.bfs.admin.ch (consulté le 24 novembre 2016)
  10. « egalite.ch : Quand le travail coûte plus qu'il ne rapporte », sur www.egalite.ch (consulté le 24 novembre 2016)
  11. Le Goff Jean-Marie, Levy René, Devenir parents, devenir inégaux. Transition à la parentalité et inégalités de genre, Zürich, SEISMO, (ISBN 978-2-88351-071-5)
  12. Sapin Marlène et Widmer Eric, La transformation des réseaux personnels des femmes et des hommes durant la transition à la parentalité: Contradiction des liens et gestation d'inégalités. in Le Goff, Jean-Marie & René Levy (dir), Devenir parent, devenir inégaux. Transition à la parentalité et inégalités de genre
  13. Le Goff Jean-Marie et Girardin Nadia, Répartition des tâches domestiques et de soins aux enfants : Intentions et pratiques. in Le Goff, Jean-Marie & René Levy (dir), Devenir parent, devenir inégaux. Transition à la parentalité et inégalités de genre, Zürich, SEISMO, (ISBN 978-2-88351-071-5), p. 76-108
  14. Bühlmann Felix, Elcheroth Guy et Tettamanti Manuel, Le premier enfant en contexte – L’institutionnalisation du conflit ? in In Le Goff, Jean-Marie & René Levy (dir), Devenir parent, devenir inégaux. Transition à la parentalité et inégalités de genre, Zürich, SEISMO, (ISBN 978-2-88351-071-5), p. 262-284
  15. Gianettoni Lavinia et al., « Aspirations professionnelles des jeunes en Suisse : rôles sexués et conciliation travail/famille », Social Change,‎ (ISSN 2296-4754, lire en ligne, consulté le 24 novembre 2016)
  16. (en) Kohli Martin, The World We Forgot: a Historical Review of the Life Course." in: Victor W. M (Ed.). Later life. The Social Psychology of Aging., London, Sage, , p. 271-303
  17. a et b Beck Ulrich, La société du risque: sur la voie d'une autre modernité, Paris, Aubier, (ISBN 978-2700736793)