Société littéraire de Laval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Société littéraire de Laval
Situation
Création 1985
Type organisme culturel professionnel à but non lucratif
Domaine arts littéraires multidisciplinaires et hypermédiatiques
Siège Laval Québec, Canada
Langue français
Organisation
Présidente Lise Chevrier (depuis 2015)
Directrice générale et artistique Danielle Shelton (depuis 2007)
Codirectrices littéraires Danielle Shelton, Leslie Piché, Diane Landry
Premier président et membre d'honneur Patrick Coppens
Marraine Béatrice Picard

Site web https://societelitteraire.ca/

La Société littéraire de Laval (SLL) crée, produit et diffuse des œuvres littéraires et multidisciplinaires dans les espaces publics et dans Entrevous, une revue numérique et hypermédiatique d’arts littéraires, membre de la Société de développement des périodiques culturels québécois (SODEP)[1].

La SLL est un organisme culturel à but non lucratif (OBNL) agréé par le Ministère de la culture et des communications du Québec[2]. Ville de Laval reconnait à la SLL un statut d'organisme professionnel de création[3]. La SLL est membre du Regroupement d'organismes culturels et d'artistes lavallois (ROCAL)[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Le Gouvernement du Québec a accordé à la Société littéraire de Laval ses lettres patentes le à la demande des écrivaines Bernadette Bujold et Renée Thivierge, des professeurs Jacqueline Déry-Mochon, Roger Leymonerie et François De Mers, et du bibliographe Pierre Vézina. Le premier conseil d'administration était constitué de Patrick Coppens à la présidence, Michel Cailloux et Guy Moineau à la vice-présidence, Jacqueline Déry-Mochon au secrétariat et Bernadette Bujold à la trésorerie.

Présidents et présidentes de la Société littéraire de Laval
Présidence année(s)
Lise Chevrier depuis 2015
Diane Landry 2013-2015
Leslie Piché 2011-2013
Patrick Coppens 2007-2011
Claire Varin 2002-2007
Thérèse Tousignant 1998-2002
Marie Beaulieu 1997-1998
Jean-Raymond Béchard 1996-1997
Jacqueline Déry-Mochon 1991-1996
Thérèse Tousignant 1989-1991
Patrick Coppens 1985-1989

Objets et mission[modifier | modifier le code]

La Société littéraire de Laval a pour objets d'œuvrer à la reconnaissance de la littérature comme discipline artistique professionnelle de création, de générer des projets et des évènements littéraires ou multidisciplinaires incluant un volet littéraire, de façon autonome ou en partenariat, et de prendre part à titre d'organisme littéraire au développement culturel de Laval en synergie avec les organismes en arts et culture œuvrant sur le territoire ou ailleurs[5].

Pour accomplir sa mission, la SLL génère des projets et des évènements littéraires en français. Elle met en œuvre, accompagne, crée, produit, coproduit, accueille en résidence des créateurs et diffuse des activités impliquant des auteurs reconnus et des auteurs de la relève. Elle s’associe à des partenaires culturels professionnels dans le cadre de démarches transdisciplinaires incluant un volet littéraire de création, de production ou de diffusion. Elle s’investit dans des projets de médiation multidisciplinaire comportant un volet littéraire. Elle dispense de la formation à ses membres et aux intervenants culturels[6].

Laboratoire d'arts littéraires[modifier | modifier le code]

Minuscules oscillations, un poème de Lise Chevrier sur un dessin de Patrick Coppens, dans Entrevous 08 () p. 19.
Installation de Suzanne St-Hilaire inspirée par le LaboClic de caviardage du roman Le Survenant, de Germaine Guèvremont; dans Entrevous 09 () p. 15.

La création littéraire est l'activité première de la Société littéraire de Laval.

Son Laboratoire d'arts littéraires offre des ateliers et des formations en présentiel et virtuels, où toutes sortes de techniques de remue-méninges et de procédés de création littéraire s’inventent et s’expérimentent, aussi bien dans un cadre de développement professionnel que dans une optique de médiation culturelle.

La SLL propose à ses membres – et occasionnellement à des non-membres – plusieurs types d'activités créatrices animées par des écrivains expérimentés : le LaboClic, où l'on impose aux participants une « Contrainte Littéraire Créative » de type oulipien ou autres, par exemple la poésie centon[a] ou le caviardage poétique[b] ; les Marchés des mots, qui sont une variante des « micros ouverts »[c], les lecteurs devant révéler leur processus de création[d] ; les appels à contribution Mots sur image qui récoltent des inédits, en prose ou en vers, inspirés d'une image mise au jeu[e], incluant le défi « création croisée » lors de jumelages interdisciplinaires[f] ; le jeu poétique Interprétation vs Intention[g] et les appels à contribution Tour de phrase qui explore un genre littéraire particulier (p. ex. le pastiche)[h].

Par ailleurs, la SLL sollicite régulièrement ses membres pour créer sur commande des textes littéraires à intégrer dans des concerts (p. ex. Belle Arménie[7]), des expositions (p. ex. Liberté[8]), des célébrations (p. ex. Fête nationale du Québec[9]) et d'autres évènements multidisciplinaires (p. ex. Déjeuners Croissants-Musique[i]).

La Société littéraire s'intéresse aussi à la technologie au service de la création littéraire et multidisciplinaire : elle réalise des jeux littéraires interactifs, des animations numériques, des balados, des vidéos et de la réalité augmentée[j].

Dans le cadre de son Laboratoire d'arts littéraires, la SLL propose également à ses membres des formations sur mesure soutenues par Culture Laval et Emploi Québec. Deux formations ont été offertes : Journalisme culturel[k] et Récits de vie tous azimuts[l].

Une sélection de créations issues de toutes les activités de la SLL paraît dans chacun des numéros quadrimestriels de la revue d'arts littéraires Entrevous, éditée par la SLL depuis 2016 en juin, octobre et février.

Arts littéraires dans les espaces publics[modifier | modifier le code]

Sur le chemin de la concrétisation de sa mission actualisée en 2016, la Société littéraire de Laval a créé en 2020 une galerie Instagram consacrée à la diffusion de la poésie dans les espaces publics : on y trouve principalement ses propres projets, et quelques autres créés par des membres et qui ont fait l'objet d'un article dans la revue d'arts littéraires Entrevous. La SLL réalise des installations en extérieur permanentes ou temporaires, et des expositions muséales ponctuelles ou itinérantes.

Circuit pédestre de 8 Stations Poésie au Jardin de la détente du Centre de la nature de Laval. Station 1 : florilège poétique et dessin de Patrick Coppens.
Espace expérientiel de la Société littéraire de Laval au Parc Éco-Nature de la Rivière-des-Mille-Îles; les affiches images&mots s'animent en réalité augmentée. Au premier plan, poème de Diane Landry, toile de Ellen Shotton.

Deux installations en extérieur sont permanentes. Réaliser dans le cadre d'une subvention du ministère de la Culture et des Communications du Québec et de Ville de Laval (MCC-Laval), le circuit pédestre Stations Poésie du Jardin de la détente, au Centre de la nature de Laval, a été inauguré le avec la collaboration de l'artiste Patrick Coppens et de 16 poètes : José Acquelin, Francine Allard, France Bonneau, Ariane Bouchardy-Gauthier, Patrick Coppens, Aimée Dandois, Jeanne Delta, François-René Despatis-L’Écuyer, Vincent Diraka, Julie Grimard, Diane Landry, Monique Pagé, Luce Pelletier, Leslie Piché, Suzanne St-Hilaire, Claire Varin[m]. Réalisé grâce au Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR) du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMF) et de la Ville de Laval, l'espace expérientiel de réalité augmentée image&mots au Parc Éco-Nature de la Rivière-des-Mille-Îles a été installé en 2019[10],[11],[n]; six images grand format sont intégrées à du mobilier urbain et renouvelées aux deux ou trois ans. Les équipes de poète et artistes en arts visuels participants de la phase 1 sont : Leslie Piché et Michel R Lalonde; Nancy R Lange et Marcel Saint-Pierre; Danielle Shelton, Pierre Gendron, Nicolas Caloia; Patrick Coppens, Gilbert Patenaude et Juliette Dugauay; Diane Landry et Ellen Shotte; Collectif Trois Temps et Frédérique Péloquin-Chamberland. La phase 2, en cours de réalisation, est subventionnée par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et Ville de Laval. Les poètes et artistes de la phase 2 sont : André-Guy Robert; Aimée Dandois et David Bernier; Ginette Trépanier; Lise Chevrier et Sarah Galarneau; Claire Varin et Suzanne St-Hilaire; Fernand Ouellette et Laurent Lamarche. La commissaire du projet est Danielle Shelton, et l'animateur numérique est Alain Legros du Studio fl42, à Laval.

D'autres installations en extérieur sont ponctuelles. Financé par le Conseil des arts du Canada (CAC), le projet de réalité augmentée Cerles de fée et ronds de sorcière est en production, pour une diffusion dans le cadre du projet municipal Laval Ville de lecture 2023. En 2014, la SLL avait présenté Scène de crime au Centropolis de Laval, une œuvre du photographe d'arts R A Warren et de la poète japonisante Danielle Shelton, dans le cadre du PARK(ing) Day 2014[12] ; il s'agit d'un bestiaire photographique et littéraire explorant le thème de l'interruption de la vie d'animaux inapprivoisés lors d'accidents routiers[o].

La SLL réalise aussi, depuis 2008, des expositions itinérantes d'arts littéraires qu'elle diffuse dans des espaces publics intérieurs. Sauf indication contraire, la commissaire de ces expositions est Danielle Shelton, la directrice artistique de la SLL.

Deux œuvres de l’exposition muséale images&mots. À gauche, Mathieu Da Costa : prose de Danielle Shelton, bulle d'Aimée Dandois, sculpture de David Bernier, photographie de Catherine Aboumrad. À droite, Animalis : prose de Claire Varin, dessin de Suzanne St-Hilaire.

Une version muséale de l'exposition images&mots rassemble toutes les images de l'installation permanente de la SLL au Parc Éco-Nature de la Rivière-des-Milles-Îles, avec des codes Zappar d'animation en réalité augmentée. Chaque phase compte 6 images : la première exposition en format muséal a rassemblé les images des deux premières phases. L'inauguration a eu lieu le à la bibliothèque municipale de Saint-Hippolyte, dans les Laurentides[13].

Réalisée dans le cadre des projets spéciaux de Ville de Laval, l'exposition Nos écrivaines venues d'ailleurs présente un écrit significatif de l'œuvre littéraire de neuf écrivaines immigrées à Laval : Andrée Dahan (Égypte), Zehira Houfani Berfas (Algérie), Marie-Sœurette Mathieu (Haïti), Felicia Mihali (Roumanie), Lady Rojas Benavente (Pérou), Brigitte Tavitian (Liban), Félycia Thibaudeau (Chine) et Aspasia Worlitzky (Chili). Elle a été inaugurée sous un chapiteau le au Centre de la nature de Laval[p] et reprise à l'Entraide Pont-Viau de Laval, le .

Le Paris des Années Folles est une exposition de 10 affiches réalisées après que la SLL ait soumis l'idée à l'Orchestre symphonique de Laval (OSL) de commémorer les 100 ans des Années Folles avec un Grand concert qui a eu lieu le à la Salle André-Mathieu du Collège Montmorency[14]. Installée dans le foyer de la salle de concert, cette exposition comprend des photos, des dessins, des affiches, des portraits et des citations de créateurs phares de l'époque, comme Érik Satie, Salvador Dali et André Breton[q]. La bibliothèque lavalloise Gabrielle-Roy l'a reprise le , lors d'une conférence d'André-Guy Robert, le recherchiste de cette exposition réalisée avec Danielle Shelton[15].

Fragments de liberté, une exposition de 2019, commémore les 30 ans de la Chute du Mur de Berlin. Elle a été réalisée dans le cadre du grand concert « Liberté » de l'Orchestre symphonique de Laval (OSL) à la Salle André-Mathieu de Laval, puis au Théâtre Gilles-Vigneault de Saint-Jérôme[16]. La suite poétique éponyme a été créée par Leslie Piché en intégrant des mots collectés lors d'ateliers de médiation culturelle[17]. L'exposition comprend aussi un morceau (artefact) du mur de Berlin, une photo du poste-frontière Checkpoint Charlie, cinq photographies de Diane Landry représentant des vestiges du mur à Berlin et le segment offert à Montréal en 1992, exposé au Centre de commercial mondial du Square-Victoria[r].

Tout est faux, c'est le paradis est une exposition de dessins et de poèmes de Patrick Coppens, dont le titre est emprunté au regretté Claude Haeffely[s]. La bibliothèque Marius-Barbeau l'a accueilli en , pour célébrer le Mois de la poésie. La commissaire a assorti l'évènement d'un atelier et d'un concours de créations poétiques inspirées des dessins de l'artiste[t]. L'exposition a migré à la bibliothèque Philippe-Panneton à la fin de l'été suivant, avec un nouveau concours[u].

Affiche de l'exposition Complicité : photos et poème de Diane Landry, infographie de Danielle Shelton.

Complicité est une exposition de cinq photographies d'art et de poèmes de Diane Landry, présentée à la Maison des arts de Laval en , à l'occasion de son intronisation à titre de membre d'honneur de la Société littéraire de Laval[v].

À l'été 2015 a eu lieu à Montréal, à la minigalerie de la Maison des écrivains de l'UNEQ, une exposition rétrospective de plusieurs projets multidisciplinaires de la Société littéraire de Laval, dont les trois expositions décrites ci-après.

La femme sous la couronne commémore le jubilé de diamant d'Élizabeth II. Il s'agit de neuf installations collectives présentées dans l'atelier de la commissaire-artiste, puis à la bibliothèque du Collège Montmorency de Laval en 2012[w]. Les textes amalgamés aux œuvres ont été créées par Francine Allard, Françoise Belu, Denis-Martin Chabot, Claude Drouin, Diane Landry, Nancy R Lange et Leslie Piché. R.A. Warren a photographié les œuvres pour la revue Brèves littéraires 86[x]. Cette exposition a été réalisée grâce à une subvention de Patrimoine canadien.

Hommage à Marcel St-Pierre, à proximité de son œuvre d'art public à la bibliothèque de Saint-Hippolyte.

Deux expositions sur chevalet ont été présentées lors des Agapes de juin, des repas champêtres littéraires organisés par la SLL dans un cadre champêtre[y]. La première l'a été en 2008 : 15 photographies d'André-Guy Robert[z] ont été accouplées avec des poèmes de José Acquelin, Pierre Charland, Patrick Coppens, Andrée Dahan, Louise Deschênes, Jean-Philippe Dupuis, Danielle Forget, Anne Guilbault, Claude Hamelin, Diane Landry, Aurélie Le Blanc le Pestipon, Monique Leclerc, Fernand Ouellette, Leslie Piché et Lise Florence Villeneuve. La seconde l'a été en 2009 : 12 tableaux du peintre Marcel Saint-Pierre[aa] ont été accouplées avec des poèmes de Rollande Boivin, Patrick Coppens, Danielle Forget, Marie-Marthe Fortin-D'Argenson, Jérôme Lafond, Nancy R Lange, Aurélie Le Blanc le Pestipon, Monique Leclerc, Francine Minguez, Roch Nappert, Leslie Piché et Fernand Ouellette. En , peu après le décès de Marcel Saint-Pierre, l'exposition lui rendant hommage a visité une bibliothèque de la région Laurentides.

Spectacles d'arts littéraires[modifier | modifier le code]

La Société littéraire de Laval produit ou coproduit des spectacles d'arts littéraires multidisciplinaires. Certains sont des productions qui se déroulent dans le cadre de partenariats occasionnels ou réguliers. Les mentions suivantes ne sont pas exhaustives. La musique est la discipline associée privilégiée, du classique au rock.

Productions et coproductions[modifier | modifier le code]

Le concert Ciel convertible est le fruit de la collaboration du poète Patrick Coppens, du compositeur Gilbert Patenaude, de la pianiste Marianne Patenaude, de la violoncelliste Sheila Hannigan, du baryton Julien Patenaude, de la soprano Jacqueline Woddley et de la SLL pour la production. Le concert a eu lieu au Théâtre des Muses de la Maison des arts de Laval le [18]. Les artistes ont donné en récital l'intégral des poèmes chantés endisqués. « Près de 15 ans après sa publication, le recueil du poète Patrick Coppens s’habille de nouvelles couleurs, vocales et instrumentales, dans cet album de 49 titres dont la musique est signée Gilbert Patenaude. »[19]. « Manifestement, le compositeur s'est pénétré des textes du poète. Gilbert Patenaude a su traduire dans son propre idiome musical la fantaisie et l'humour des poèmes de Patrick Coppens. »[ab]

Opéra chez Béatrice Picard est le nom donné à l'événement du , où la célèbre comédienne lavalloise a ouvert son salon à la SLL, pour les Journées de la culture. En première partie, le compositeur Gilbert Patenaude et sa librettiste Thérèse Tousignant ont fait entendre des extraits de leur opéra Chevalier de Lorimier[ac], tout en dialoguant sur le processus de création. « Le libretto a précédé la musique mais, fait rare, voire unique, le récit est non linéaire. L'opéra s'ouvre sur la conclusion du drame : la pendaison, le , de cinq Patriotes. »[ad] La deuxième partie a repris partiellement le concert-causerie Librettistes d'un soir ! à la BAnQ, offert par l'Atelier lyrique de l'Opéra de Montréal[20]. La SLL avait invité la soprano France Bellemare, qui a notamment interprété le célèbre air O mio babbino caro de l'opéra Gianni Schicchi de Puccini, dans le texte original italien, puis dans la version d'Hélène Dorion, présente à cette soirée[21],[22]. La poète québécoise a expliqué « avoir écouté à répétition les versions de plusieurs cantatrices pour habiter l'air et s'en approprier la prosodie avant d'écrire son poème intemporel.»[ae] La cantatrice a aussi interprété Vissi d'arte de l'opéra Tosca de Puccini, revisité par Charles Binamé. « Cet air célèbre a inspiré au scénariste québécois un texte évoquant la crise des réfugiés syriens.»[af]

La partition intérieure : causerie poésie-violoncelle de Monique Leclerc à la Maison des écrivains de l'UNEQ.

La partition intérieure est une causerie poétique et musicale offerte par la poète et violoncelliste Monique Leclerc le , dans le Salon Émile-Nelligan de la Maison des écrivains de l'UNEQ[23],[ag],[ah] ; sa prestation a eu lieu dans l'environnement visuel de Développement inclus, un projet artistique de la poète Leslie Piché et de l'artiste Carolane Saint-Pierre dont la SLL a contribué à la diffusion[ai].

Ah quelle beauté ! est un concert-bénéfice de la SLL dans le cadre du programme Mécénat Placement Cultures[aj]. « Le , cent soixante-dix-sept mécènes se sont laissés séduire, en première classe, par le dépaysement que leur a procuré ce spectacle audacieux, contemporain. »[ak] À la chapelle du Mont-De-La-Salle, l'œuvre a été interprétée par le Quatuor Molinari et la comédienne Danièle Panneton, qui a lu Ça[al], une prose qu'elle a composée pour une intégration à la musique de Denis Gougeon, le compositeur honoré cette année-là par la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ)[24].

Depuis sa fondation en 1985, la Société littéraire de Laval a produit ou coproduit de nombreux récitals de poésie, souvent avec accompagnement musical, plus, quelquefois de l'art visuel ou de la danse. Un exemple de production multidisciplinaire : la suite poétique lauréate du Prix de poésie 2008 de la Fondation lavalloise des lettres, Poème du coton et de la soie, de Roch Nappert[am] a été chorégraphiée par la danseuse Diane Major, et dansé par elle sur la narration et un accompagnement musical, lors des Agapes de de la SLL. Un exemple de coproduction : la prestation de spoken word du poète Fabrice Koffy avec le guitariste Guillaume Soucy, dans un spectacle du Printemps des revues 2011 de la SODEP, au cabaret Lion d'or, à Montréal[an].

Partenariats[modifier | modifier le code]

L'Orchestre symphonique de Laval est un partenaire régulier de la SLL pour deux de ses séries de concerts : Grands concerts et Les Chambristes[25]. De son côté, la SLL a choisi le chef de l'OSL Alain Trudel parmi les 50 Lavallois et Lavalloises exceptionnels présentés dans son collectif Portrait de famille des 50 ans de Laval[26].

Pour la série Grands concerts, la nature de la collaboration de la SLL se profile au cas par cas : pour le Grand concert Liberté, des photographies de Diane Landry, provenant de l'exposition de la SLL commémorant la chute du Mur de Berlin, ont été intégrées par Nicole Lisée à sa création multimédia pour orchestre symphonique MauerFall Lider[ao] ; pour le Grand concert Hommage à Glenn Gould, Jean Marchand a lu des extraits d'écrits du compositeur, choisis par Danielle Shelton, la directrice artistique de la SLL[27],[ap] ; pour le Grand concert Musique du destin, Béatrice Picard a lu un collage d'extraits choisis par Danielle Shelton dans les romans du compositeur Nicolas Gilbert, lequel créait ce soir-là son concerto pour marimba[aq].

Le compositeur Petros Shoujounian et la poète Leslie Piché ovationnés après le concert Belle Arménie.

Il en va de même pour la série Les Chambristes. Pour le concert Belle Arménie, la SLL a commandé au compositeur arménien Petros Shoujounian, une œuvre amalgamant un récitatif poétique de Leslie Piché. Interprétée par le quatuor Rhapsodie, l'œuvre a été créée à l'église Saint-Maurice-de-Duvernay le [28]. La Société de développement des périodiques québécois (SODEP) a financé une vidéo intitulée Créer sur commande[ar], commémorant cette création[as]. Pour de nombreux concerts, le partenariat a consisté en l'ajout, en ouverture, de créations littéraires[29]. Parmi les poètes invités depuis , on trouve José Acquelin[at], Lise Chevrier[au], Patrick Coppens[av],[30], Antonio D'Alfonso[aw], Violaine Forest[ax],[31], Monique Leclerc[ay], Danièle Panneton[az]. Il y a aussi Leslie Piché, extraite du lot pour avoir lu Tourne et tourne et tourne le vent, sa suite poétique écrite en résidence d'écriture dans une bibliothèque de Laval[ba]. Pour d'autres concerts, la SLL a eu recours à la comédienne Danièle Panneton pour lire des textes d'auteurs, notamment : la Lettre de l'amoureuse de Jean-Pierre Girard[bb] ; à ce même concert, José Acquelin a lu sa Lettre à l'amoureuse[bc] ; trois textes sur le thème Poétique hivernale, de France Bonneau, Hélène Perras et Monique Pagé[bd] ; le poème Lune d'avril de Jeanne Delta inspiré par un tableau de François-René Despatis-L'Écuyer, exposé sur place[be].

La Société littéraire de Laval a bénéficié d'un partenariat avec la Fondation canadienne pour le dialogue des cultures, pour une célébration en , 2018 et 2019 d'un Rendez-vous de la Francophonie à Laval.

Pierre Harel en concert à la Maison des arts de Laval lors d'un Rendez-vous de la Francophonie.

Dans le cadre des Rendez-vous de la Francophonie 2019, la SLL a produit un spectacle mettant en vedette Pierre Harel, parolier de plusieurs chansons du groupe Offenbach, dont Faut que j'me pousse et Câline de blues (cette dernière est intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens[32]). Le concert a été enregistré par Jean-Paul Desjardins le au Studio de la Maison des arts de Laval[33]. Pour cette occasion action exceptionnelle, le band était formé de trois anciens d'Offenback, le guitariste Johnny Gravel, le bassiste Norman Kerr et le batteur Pierre Lavoie, plus André Bisson au clavier et Gorge Papafilys à la guitare. Patrick Lebrasseur, des Productions SOS R'N'R, dirigeait l'équipe technique. La revue d'arts littéraires Entrevous 12 a publié un article sur le concert et l'entretien avec Pierre Harel qui a suivi[bf]. On y voit, entre autres, les images digitalisées des manuscrits originaux des chansons sus-nommées, le texte de sa chanson inédite Les amours perdus, et son slam-rock en hommage à Janou Saint-Denis (1930-2000) créée en 2012 au SoloVox[bg].

La Fondation canadienne pour le dialogue des cultures, qui encadre les Rendez-vous de la Francophonie, en était, avec le concert de Pierre Harel, à sa troisième subvention accordée à la SLL. En 2018, la SLL s'était associée à la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ) pour un concert hors-série en hommage à José Evangelista[34],[bh]. En 2017, la SLL avait organisé, sous la présidence d'honneur de Madeleine Dalphond-Guiral, un banquet de la francophonie à Laval, au pavillon du boisé Papineau. L'évènement avait sollicité tous les sens : poèmes lus ou chantés d'auteurs de douze pays membres de l'organisation internationale de la Francophonie (OIF); Philippe Prud'homme au piano; des propositions du sommelier Guy Lenoir pour l'harmonie vin, cidre ou bière, avec les amuse-bouche typiques des pays invités[bi].

Rencontres d'auteurs[modifier | modifier le code]

La Société littéraire de Laval organise depuis sa création en 1985 des rencontres publiques avec des auteurs et des autrices. Les vocables ont varié au fil du temps : Parole en liberté, Dîner littéraire, Café littéraire, Rendez-vous avec... Certaines rencontres sont des entrevues, d'autres des tables rondes thématiques. Ci-dessous, un aperçu de quelques-unes des rencontres.

Hector Ruiz, Joël Pourbaix et Danielle Shelton ont animé la Nuit de la lecture 2022 en partenariat avec la Fondation Lire pour réussir, l'UNEQ[35] et l'Assemblement/SNQL.

Depuis , la SLL anime une série de Cafés littéraires mensuels coproduits avec l'Assemblement[bj] ; les premiers invités ont été Diane-Monique Daviau et domlebo[bk], Felicia Mihali[bl], Alain Farah et Fabrice Koffy[bm].

André Pronovost, le lauréat du Prix du CALQ - Œuvre de l'année à Laval 2018 pour son récit Kerouac et Presley[36] paru aux éditions Leméac, s'est entretenu avec Danielle Sheltonle , à la bibliothèque Émile-Nelligan de Laval[37]. « Pour commencer à écrire, il lui faut avoir un titre et un plan. Lorsqu'il choisit de narrer sa vie, son "excellente mémoire" lui est précieuse pour reformuler son passé en un récit littéraire qui mêle beaucoup de vrai, un peu de faux, et fascine par le contraste de son érudition et la simplicité des évènements. »[bn]

Raymond Cloutier, invité de la SLL dans le cadre d'un Rendez-vous de la Francophonie.

Raymond Cloutier, le créateur du théâtre chanté Grand cirque ordinaire, a été reçu dans le cadre d'un Rendez-vous de la Francophonie, le , au Studio de la Maison des arts de Laval[38]. En 2016, pour sa première participation au Rendez-vous de la Francophonie, la SLL a invité à la Maison des arts de Laval l'homme de théâtre et de lettres Raymond Cloutier[bo]. Danielle Shelton a animé la rencontre, Béatrice Picard a lu des extraits de ses romans, et Airelibre.tv a réalisé une vidéo. « La base de notre travail, c'était de raconter notre vie. On se sentait un peu comme dans une commune, des couples se faisaient et se défaisaient... c'était très compliqué. Et parce que sur scène nos personnages se nourrissaient de notre existence réelle, de notre vie en coulisse, on a atteint une réalité outrancière rare, désarmante et très drôle. Le Grand Cirque ordinaire a été un grand moment de ma vie. »[bp]

Marc-François Bernier, auteur de l'essai Foglia l'insolent, invité par la SLL dans le cadre des Rendez-vous de la Francophonie.

Marc-François Bernier, auteur de l'essai Foglia l'insolent, publié aux éditions La Presse en 2015, s'est entretenu avec Danielle Shelton le au Studio de la Maison des arts de Laval[39]. « Ce projet m'habitait depuis des années [...] Je l'ai fait aussi pour ceux qui l'aiment [Pierre Foglia], veulent le retrouver, le comprendre mieux, voir ses lignes de force et ses faiblesses. »[bq]

Kim Thúy et Madeleine Dalphond-Guiral lors d'un café littéraire de la SLL au Collège Montmorency.

Kim Thúy, autrice du roman Ru, qui lui a valu en 2010 un Prix du Gouverneur général, a été interviewée par Madeleine Dalphond-Guiral à la bibliothèque du Collège Montmorency le [40].

L'illustrateur et créateur Claude Robinson et l'auteur et philosophe Alain Deneault ont participé à une table ronde le , à la Maison des arts de Laval. La rencontre avait pour thèmes le respect du droit d'auteur et la liberté d'expression. Il a été question du combat judiciaire que Claude Robinson a mené contre les sociétés Cinar, France animation et Ravensburger Film[41], et de la poursuite bâillon dont Alain Deneault et la maison d'édition Écosociété ont été victimes, poursuite qui a mené au retrait des librairies de l'essai Noir Canada[42],[br].

Émile Ollivier, écrivain d'origine haïtienne, était l'invité du « Dîner littéraire » du alors qu'il venait de recevoir le Prix littéraire de la Ville de Montréal et d'être nommé « personnalité de la semaine » du journal La Presse[43],[44].

Michel Tremblay, romancier et dramaturge, a été reçu le au Cercle d'art Alfred Dallaire, alors partenaire de la SLL[45]. Il a été le premier à intégrer au théâtre le parler populaire québécois (le joual). Son influence a donné naissance à l'expression « la langue de Tremblay »[46].

Parmi les autres écrivains avec lesquels le public lavallois a pu échanger grâce à la SLL, on trouve Victor-Lévy Beaulieu ()[47], Claude Jasmin ()[48], Gaston Miron ()[49], Janou Saint-Denis (1986), Guy Mauffette (1986).

Il arrive aussi que la SLL s'associe à un partenaire producteur de rencontre d'auteur, et y invite ses membres, par exemple lors de la visite au Québec du romancier français Guy Boley, lauréat du Prix Marie-Claire Blais 2018, invité de l'Association Québec-France Laval et interviewé par Madeleine Dalphond-Guiral, une animatrice de la SLL[50].

Conférences[modifier | modifier le code]

À compter de 2018, un partenariat avec le réseau des Bibliothèques de Laval a amené la Société littéraire de Laval à proposer des conférences au public lavallois.

André-Guy Robert présentant sa conférence Le Paris des Années folles à la bibliothèque Gabrielle-Roy de Laval, le .

En complément de l'exposition de la SLL Le Paris des Années folles et du grand concert de l'Orchestre symphonique de Laval Les Années folles[51], qui ont eu lieu le à la salle André-Mathieu du Collège Montmorency, André-Guy Robert a présenté une conférence à la bibliothèque Gabrielle-Roy le [52]. Parmi les images de son Power Point, il y avait la vidéo Le Bal de la Horde, un film documentaire de 1926 dont il a obtenu l'autorisation de projection[bs].

En , Félix-Antoine Allard a donné deux conférences sur les origines et l'évolution de la langue française : Chevaliers et troubadours. La première, pour adultes, a été précédée d'un concert médiéval par Philippe Gélinas et Lise Roy, sur la Place Marcel-Gamache en face de la bibliothèque Yves-Thériault[53]. La deuxième, à la bibliothèque Émile-Nelligan, était adaptée pour les enfants.

En complément de l'exposition de la SLL Fragments de liberté et du grand concert de l'Orchestre symphonique de Laval Liberté[54], Maurice Rhéaume, recherchiste et animateur à Radio Ville-Marie, a répondu à une commande de la SLL pour concevoir et présenter la conférence Histoire de la musique associée au concept de liberté en Allemagne, au « mur de la honte » et à sa chute il y a 30 ans, avec écoute musicale sur le thème du Mur de Berlin, le , à la bibliothèque lavalloise Gabrielle-Roy.

Après que le Chœur de Laval ait présenté le spectacle multidisciplinaire Laval frissonnant au Théâtre Marcellin-Champagnat de Laval le [55], la SLL a invité Charles Martin, expert en partitions musicales pour chœur, a en présenter la genèse. La conférence, qui s'est déroulée à la bibliothèque Germaine-Guèvremont de Laval, a mis l'accent sur les textes de cette production hybride, notamment les paroles du chant choral De vie à trépas créé par Isabelle Doré et le conte d'Halloween d'Amélie Pineault[bt].

Publications[modifier | modifier le code]

Depuis sa fondation en 1985, la Société littéraire de Laval édite un périodique littéraire. La publication de collectifs par la SLL est exceptionnelle; cela n'est survenu qu'en 1988, 2015 et 2021. En parallèle, l'organisme promeut les publications de ses membres.

Périodiques[modifier | modifier le code]

La SLL a publié successivement trois périodiques de création littéraire et multidisciplinaire comportant un volet littéraire.

Entrevous[modifier | modifier le code]

La revue Entrevous au Salon de la revue de Paris 2016, sur le kiosque de la SODEP.
Entrevous 16 ().

Entrevous : revue d'arts littéraires[bu], publiée en couleurs trois fois par année depuis 2016, est le plus récent organe de diffusion de la SLL. Les numéros 1 à 5 ont été imprimés[bv], les numéros 6 et suivants sont uniquement en format numérique[bw]. Le nombre de pages varie entre 60 et 80. Diffusée en accès restreint (barrière mobile de trois ans, libre accès ensuite) par Érudit, Entrevous est membre de la Société de développement des périodiques culturels québécois (SODEP)[56], qui en fait la promotion au Québec et à l'international, notamment au Salon de la revue de Paris[57]. La revue Entrevous est aussi diffusée par l'agrégateur ANEL-De Marque et sur diverses plateformes, notamment Flipster (EBSCO) et Samuel (Copibec).

La revue s'intéresse principalement aux processus de création littéraire, aux œuvres multidisciplinaires qui intègrent une composante littéraire et à l'inscription de la littérature dans les espaces publics[58]. Les contenus sont principalement des œuvres d'arts littéraires inédites issues du Laboratoire de création Troc-paroles de l'organisme éditeur (les LaboClic oulipiens, les jeux littéraires Marché des mots et Mots sur image). S'y ajoutent des créations libres en réponse à des appels à contribution thématique ou non, ainsi que des articles sur les sources littéraires d'évènements multidisciplinaires. La revue étant de type participatif, un accompagnement éditorial est offert gratuitement à tous les collaborateurs auteurs et artistes. Deux articles de BibliMags sont éclairants en ce qui concerne la vision artistique de la revue : le premier commente le numéro 12, paru en (« Entrevous n'est pas une revue comme les autres : elle est en soi une œuvre d'art. On y organise des rencontres qui sont autant de dialogues ou de collisions entre les arts et les artistes [...] »); le deuxième commente le numéro 15, paru en (« Danielle Shelton, directrice artistique de la revue Entrevous, livre dans le plus récent numéro un liminaire aux airs de manifeste. // Selon elle, la création littéraire, qu'il s'agisse de poèmes ou d'articles, n'est pas, comme on la présente souvent, l'activité solitaire par excellence, Au contraire, dit-elle, il faut saluer l'apport d'une foule de collaborateurs, qu'ils soient "un mentor peaufiner, une infographe inspirée, une rédactrice de notes de bas de page instructives, un réviseur linguistique méticuleux...". // Tous ces gens et bien d'autres encore apparaissent au fil des pages comme des créateurs à part entière. »)[bx] La journaliste Isabelle Beaulieu avait elle aussi bien compris la vision de la revue lorsqu'elle avait écrit dans un article analysant les orientations éditoriales de onze revues québécoises : « Entrevous est propulsée par la Société littéraire de Laval dont la revue Brèves littéraires (1986-2016) a été remplacée par celle-ci. Elle a comme plaidoyer que la littérature est partout et n’hésite pas à la mettre en relation avec les autres arts. Elle sort donc souvent voir et entendre musique, théâtre, arts visuels, cinéma et opéra. Elle s’intéresse à la réception des œuvres, au processus créatif, à l’intention du texte et à l’interprétation, jamais unique, qui en est faite. Ainsi, elle privilégie la multitude des points de vue qui donne assurément, selon elle, richesse et densité à la vie. Avec ses divers jeux et mises aux défis qui ratissent tous les genres, elle entretient un joli chaos et n’a que faire des formules conservatrices. »[59]

C'est pour la section La littérature est partout que la SLL établit le plus de partenariats et de collaborations avec d'autres organismes culturels. Exemples d'articles où la réciprocité de visibilité s'est avérée significative : l'article sur la cinéaste Jennifer Alleyn, qui a accordé à la revue le droit de première publication du dialogue dans le taxi de son film d'art Impetus, un morceau d'anthologie cinématographique[by] ; l'article sous forme d'affiche sur l'opéra Hockey Noir de l'Ensemble de musique contemporaine de Montréal (EMC+) dirigé par Véronique Lacroix[bz] ; l'article sur l'opéra de José Evangelista inspiré du roman Manuscrit trouvé à Saragosse, présenté par la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ), sous la direction musicale de Walter Boudreau[ca] ; l'article sur le partenariat avec le Théâtre du Cerisier, producteur du spectacle de marionnettes pour adultes Le Tombeau des lucioles, inspiré du récit autobiographique de Akiyuki Nosaka et du film d'animation culte de Isao Takahata[cb] ; l'article sur Le Groupe Gourganes, une exposition d'Edwin Janzen à la Maison des arts de Laval en 2017[cc] ; l'article sur Nordicité, une production lavalloise du Théâtre incliné[cd] ; l'article sur une enquête-fiction à Laval de Nadia Koromyslova pour Verticale Centre d'artistes[ce] ; l'article sur le spectacle Laval frissonnant du Chœur de Laval, qui a accordé à la revue le droit de publication du chant choral inédit d'Isabelle Doré, De vie à trépas, sur une musique de Moussorgski[cf] ; l'article sur la rétrospective de Ginette Trépanier au Centre d'art Diane-Dufresne de Repentigny, qui comprenait une affiche de l'exposition de la SLL images&mots[cg] ; une série d'articles sur les spectacles de deux organisations communautaires de Laval, le Festival des Molières[ch] et le Théâtre d'art lyrique de Laval[ci].

Dans cette même section, on retrouve deux types de partenariats avec l'Office national du film (ONF) dans le cadre des Rendez-vous de la Francophonie. La SLL mandate ses journalistes pour couvrir certaines projections dont elle n'est pas partenaire de diffusion. Par exemple, quatre films d'animation pour enfants réalisés par des membres des Premières Nations[cj] et projetés dans le cadre du Festival des Petits bonheurs à Laval[60] ont fait l'objet d'un article dans la revue Entrevous 08 (). Pour l'autre type de partenariat avec l'ONF, la SLL organise un ciné-club. En 2019, la SLL a présenté à la Maison des arts de Laval deux documentaires sur les communautés francophones minoritaires de deux provinces canadiennes, la Saskatchewan et le Nouveau-Brunswick : Au beau milieu de la plaine – Les Fransaskois et Le goût des belvas[61] ; en 2020, l'ONF n'a proposé aucun programme en lien avec le littéraire, aussi a-t-il fallu attendre 2021 pour poursuivre le partenariat, virtuel celui-là, avec une sélection de trois documentaires et autant d'articles dans Entrevous : Plus haut que les flammes[ck], Le grand Jack [Kerouac] et, en reprise, Le goût des belvas[cl],[62] [ou la parlure acadienne][cl].

Les journalistes culturels de la revue Entrevous ont comme directive d'exposer autant que possible dans leurs articles les sources littéraires des spectacles multidisciplinaires qu'ils couvrent[cm].

Certains articles de la revue Entrevous incluent une entrevue avec un artiste, par exemple la comédienne Béatrice Picard[cn], le dramaturge Pierre-Yves Lemieux[co], le marionnettiste Pier Dufour et le metteur en scène Marcel Pomerlo[cp].

Entrevous s'intéresse aussi à la « mémoire littéraire », en publiant notamment des articles sur des lieux qui ont conservé le souvenir d'auteurs reconnus.

Venez nous serons seuls, une vidéopoésie présentée par la SLL à la Cinémathèque québécoise dans le cadre du Festival de la poésie de Montréal 2016. Animation : Claudia Bilodeau. Musique : Gilbert Patenaude. Portrait du poète Patrick Coppens : Gabor Szilasi.

On trouve dans les autres sections de la revue des textes de journalistes culturels qui interrogent les processus de création des écrivains contemporains, qui s'intéressent à la « mémoire littéraire » ou qui analysent des sources littéraires et des processus de création de tous genres[cq]. On trouve aussi une section qui traque le littéraire hors des livres : sur scène, au grand écran, dans les musées et les galeries, dans l’espace public ou privé, etc.[cr]

Les numéros 10 () et suivants de la revue Entrevous offrent en libre accès sur le Web des suppléments hypermédias produits pour la plupart par la SLL : balado, vidéo, GIF animé, réalité augmentée, création interactive[cs].

Depuis la création de la revue d'arts littéraires Entrevous en , Danielle Shelton en est la directrice artistique et la codirectrice littéraire, et Diane Landry la codirectrice littéraire; en 2018, Leslie Piché s'est jointe à l'équipe éditoriale.

Brèves littéraires[modifier | modifier le code]

Brèves littéraires était une revue qui avait « pour mission de contribuer à l'animation de la vie culturelle à Laval »[63] et visait « à encourager le goût des lettres et à favoriser la création sous toutes ses formes »[64].

Brèves littéraires 50 (automne 1998), numéro spécial multi-arts : Témoins d'une terre vivante.

Au fil des ans, la revue a publié des textes inédits (prose et poésie), des essais, des extraits d'œuvres (dont des extraits de romans ou de recueils à paraître), les textes de lauréats de plusieurs concours d'écriture dont la SLL était gestionnaire ou associée, des recommandations de lecture, de brèves critiques littéraires, des entrevues, des jeux questionnaires, des extraits d'allocutions, de lecture et de micros ouverts, des traductions d'œuvres littéraires accompagnées des textes originaux, des textes et comptes rendus d'activités littéraires ou multidisciplinaires comportant un volet littéraire produites ou coproduites par la SLL, des œuvres multidisciplinaires (texte et image), ainsi que des photos, des dessins et des reproductions d'œuvres picturales et sculpturales.

Quatre numéros spéciaux ont paru : le numéro 50, une édition de luxe sous-titré « Témoins d'une terre vivante », subventionnée par le Bureau des Arts de Laval et le gouvernement du Québec dans le cadre d'un évènement multi-arts a mis à contribution trente-neuf auteurs et autrices, ainsi que la chorégraphe Diane Major pour cinq photographies noir et blanc de ses performances, et l'artiste en arts visuels Monic Thouin-Perrault pour onze reproductions en couleurs de ses œuvres collées à la main ici et là parmi les 160 pages ; le numéro 55 consacré à un événement unique, le Festival Francophone de l'Écriture célébrant au printemps 2000 les 15 ans de la SLL; le numéro double 90-91 de 192 pages paru en pour faire le bilan de 30 ans de création littéraire à Laval et amorcer dans les 39 dernières pages en couleurs l'actualisation du statut d'organisme professionnel de création de la Société littéraire de Laval; enfin, le 92 paru en avait de spécial qu'il était le dernier, et qu'il annonçait en ces mots la création d'Entrevous, « c'est une mue, pas une mort, et ce n'est pas non plus la première transformation de la revue de la SLL »[ct].

Au total, la SLL aura publié 92 numéros du périodique Brèves littéraires entre 1990 et 2016[65]. La collection numérisée est en libre accès sur Érudit.

Équipes de direction de la revue Brèves littéraires
Direction année(s) numéro(s)
Danielle Shelton 2010-2016 numéros 80 à 92
Danielle Shelton, Patrick Coppens 2008-2009 numéros 77 à 79
Dominique Gaucher 2007 numéros 75 et 76
Claire Varin 2006 numéro 74
Claire Varin, Aimée Dandois-Paradis 2005-2006 numéros 69 à 73
Claire Varin 2004 numéro 68
Claire Varin, Laurent Berthiaume 2004 numéro 67
Claire Varin, Christophe Condello 2002-2004 numéros 61 à 66
Laurent Berthiaume, Jeannine Lalonde,

Thérèse Patenaude, Lise Florence Villeneuve

2000-2002 numéros 56 à 60
Laurent Berthiaume 1997-2000 vol. 11 #3, numéros 48 à 55
Jacqueline Déry-Mochon, José Acquelin,

Dominique Frédrizzi

1995-96 vol. 10 #1-2, vol. 10 #3,

vol. 11 #1, vol. 11 #2

Jacqueline Déry-Mochon, Joël Desrosiers,

Dominique Frédrizzi

1994 vol. 9 #2-3
Jacqueline Déry-Mochon, Joël Desrosiers,

Dominique Frédrizzi, Alain Gerbier

1993 vol. 8 #3-4, vol. 9 #1
Jacqueline Déry-Mochon, Joël Desrosiers,

Dominique Frédrizzi, Francine D'Amour

1993 vol. 8 #2
Jacqueline Déry-Mochon 1992 vol. 8 #1
Patrick Coppens, Jacqueline Déry-Mochon,

Dominique Frédrizzi

1992 vol. 7 #3-4
Patrick Coppens, Pierre DesRuisseaux,

Joël Desrosiers

1992 vol. 7 #1-2
Pierre DesRuisseaux 1990-91 vol. 6 #2, vol. 6 #3, vol. 6 #4

Le Littéraire de Laval[modifier | modifier le code]

Bobinette, dessin paru dans Le Littéraire de Laval, et signé M.C., pour Michel Cailloux, le créateur des dialogues de l'émission pour enfants Bobino, diffusée à la télévision de Radio-Canada de 1957 à 1985.

Le Littéraire de Laval est la toute première revue de la SLL. On y trouvait un liminaire, dont celui de l'un des fondateurs, Michel Cailloux[cu], des créations littéraires de membres, des entrevues avec des écrivains et des critiques littéraires. Elle a paru en format lettre broché de 1985 à 1990. Contrairement à Brèves littéraires et à Entrevous, ses 27 numéros n'ont pas été numérisés par Érudit. La SLL conserve dans ses archives au moins un exemplaire de chaque numéro. Des extraits ont été republiés dans Brèves littéraires 90-91, en hommage à deux membres qui ont contribué à faire de la Société littéraire de Laval ce qu'elle est aujourd'hui : Bernadette Babin-Bujold et Hubert Saint-Germain[cv].

Livres[modifier | modifier le code]

La Société littéraire de Laval a édité trois livres collectifs.

Le bouquineur novice – « Ce bouquin a été conçu pour les néo-Québécois en processus de francisation et d'inclusion culturelle. / La littérature québécoise contemporaine proposée a été adaptée pour le leur rendre plus rapidement accessible. Les textes situent l'action au Québec et explorent diverses perspectives du vivre ensemble. Il y a à lire dans ce bouquin de 50 pages : sept nouvelles, une suite poétique, quatre chroniques et quatre romans. »[cw] Une version audio est en libre service sur le site Web de la Société littéraire de Laval, avec, pour chaque texte des outils pédagogiques ont été développés : un lexique, des clés de lecture et une fiche biographène sur l'auteur[66]. Les textes originaux ont été adaptés pour la clientèle ciblée par Danielle Shelton. Les onze auteurs sont Donald Alarie, Diane-Monique Daviau, Bernard Lévy, Joséphine Bacon, Julie Bouchard, Bertrand Bergeron, Sylvie Massicotte, Michel-Olivier Gasse, Jean Pierre Girard, Annie l'Italien et André Pronovost. Depuis , le recueil est imprimé à la demande. Ce projet à but non lucratif a été réalisé grâce au soutien du Secrétariat à la politique linguistique du Québec.

La comédienne Béatrice Picard au lancement du livre Portrait de famille des 50 ans de Laval, au Théâtre des Muses; éditions Société littéraire de Laval, 2015.

Portrait de famille des 50 ans de Laval est un collectif dirigé par Danielle Shelton, Diane Landry et Leslie Piché; les autres poètes participants sont Claude Drouin, Nancy R Lange, Marcelle Bisaillon, Lise Chevrier, Aimée Dandois, Thérèse Tousignant-Patenaude, Lucette Tremblay et Aspasia Worlitzky; les photographies sont signées Richard Warren; l'ancien maire de Ville de Laval, Marc Demers, a préfacé l'ouvrage de 80 pages édité par la Société littéraire de Laval en 2015[cx]. L'ouvrage amène le lecteur dans 25 lieux de l'île Jésus, choisis par autant de Lavallois et de Lavalloises, chacun jumelé à une personnalité publique de Laval. « Portrait de famille des 50 ans de Laval! Voilà qui décrit bien cette mosaïque lavalloise que nous propose la Société littéraire de Laval dans le cadre des festivités entourant le cinquantième anniversaire de notre ville. [...] Portrait de famille des 50 ans de Laval est un ouvrage de poésie et de prose magnifiquement illustré de photographies et essentiel à quiconque désire palper la fibre qui compose cette belle communauté qu'a été, qu'est et continue d'être Laval. Après les célébrations, ce très beau livre s'inscrit dans la pérennité de son histoire. »[cy]

Anthologie des écrivains lavallois d'aujourd'hui est un collectif dirigé par Patrick Coppens et édité par la Société littéraire de Laval en 1988[cz]. On y trouve une photographie, une notice biobibliographique et un texte de prose ou de poésie de 67 auteurs[67]. Cet ouvrage de 284 pages a été réalisé avec le soutien de Ville de Laval et du ministère des Affaires culturelles du Québec, dans le cadre d'une entente conjointe signée en . Il est épuisé.

Lancements collectifs des membres[modifier | modifier le code]

Cube animé dans le supplément hypermédia Entrevous 14, pour promouvoir le livre pour lequel André Pronovost a reçu un Prix CALQ-Laval.

La Société littéraire de Laval offre toute une liste de services à ses membres. L'un est ouvert au public : un lancement collectif annuel qui a lieu à Laval[68],[69]. Les membres présentent leurs publications récentes, aussi bien les livres parus chez un éditeur agréé qu'à compte d'auteur, incluant les textes parus dans des collectifs ou en revues. Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, l'évènement de s'est déroulé virtuellement, avec une bonification : dix livres de dix genres littéraires de dix auteurs ont été présentés avec des animations numériques et des balados[da], grâce à une subvention du Conseil des arts du Canada.

Médiation culturelle[modifier | modifier le code]

Des projets de création de la Société littéraire de Laval incluent un volet médiation culturelle qui, une fois réalisé, demeure offert aux divers milieux communautaires.

Le bouquineur novice est un programme de francisation des nouveaux arrivants et de d'alphabétisation de personnes au stade « faible lecteur ». Le Réseau des bibliothèques de Laval, la Fondation canadienne pour le dialogue des cultures et la Société nationale du Québec à Laval ont contribué à sa diffusion[69]. Le recueil, les balados et les outils pédagogiques sont en ligne.

Livre mangeable inspiré par le recueil de poésie L'absent de Fernand Ouellette, illustré par Christian Gardair, paru aux éditions du Passage.

Papiers de soi est un programme de médiation culturelle auprès des personnes âgées. Le résultat est un magazine dans lequel les participants racontent et illustrent leurs souvenirs heureux. Un guide méthodologique est offert gratuitement, en ligne.

Livres mangeables est une offre gourmande : la SLL propose de déguster un gâteau opéra en forme de livre, avec un poème en couverture (impression aux encres comestibles). L'offre peut inclure la livraison par le poète et un récital personnalisé, sur place. Les vingt-cinq premiers ont été créés en 2010, dans le cadre du Festival international du livre mangeable/Edible Book Festival, pour célébrer les 25 ans de la SLL. Par la suite, la SLL en a créé plusieurs autres pour ses propres projets[db] et en a fait concurremment une source de revenus autonomes dans le cadre de La culture en entreprise, une initiative de Culture pour tous[dc].

Mentorat et résidences d'écriture[modifier | modifier le code]

La Société littéraire de Laval offre un mentorat ponctuel gratuit aux auteurs et aux autrices qui publient dans sa revue d'arts littéraires Entrevous. La directrice artistique décrit ainsi la vision de son équipe éditoriale : « [...] une littérature expérimentale qui ne se contente pas de retoucher les formes et les procédés du passé; une hybridité qui se joue en équipe dans une maquette non unifiées où les mots et les images – des matières malléables – sont testés, travaillés et retravaillés jusqu'à l'obtention d'un objet textuel signifiant prêt à publier, de l'avis des créateurs concernés et des éditrices. // Ce qui explique que, dans la revue, pour chaque objet textuel il y a un pou plusieurs créateurs à qui sont reconnus les droits d'auteurs, et une équipe altruiste. »[dd]

Deux poèmes de participantes inspirées par le tourne-vent lors d'un atelier de médiation culturelle offert par Leslie Piché en bibliothèque[de].

La Ville de Laval – siège social de la Société littéraire – n'a pas de lieu dédié aux résidences d'auteur. Toutefois, occasionnellement, la municipalité accorde une bourse d'écriture assortie d'une obligation de médiation culturelle dans le réseau de ses bibliothèques. C'est dans ce cadre que la SLL a collaboré à l'automne 2016 avec Leslie Piché, lors de sa résidence à la bibliothèque Gabrielle-Roy de Fabreville à Laval; la poète a lié sa recherche-création sur le thème du vent à un concert des Chambristes de l'Orchestre symphonique de Laval[df] et, à l'été 2021, le titre de sa suite poétique, Tourne et tourne et tourne le vent, s'est retrouvé amalgamé à un dessin de l'artiste lavallois Patrick Coppens dans une Station Poésie du Centre de la nature.

En 2020, la directrice de la revue Entrevous a encadré un étudiant en littérature rémunéré par Emploi Canada, pour une résidence d'écriture. Au fil des mois, Félix-Antoine Allard a travaillé sur son projet Archipels, un recueil de poésie dont il a publié plusieurs extraits dans la revue Entrevous[dg].

Mémoire littéraire et commémoration[modifier | modifier le code]

Bien que la mission de la Société littéraire de Laval ne le mentionne pas explicitement, l'organisme s'est investi d'un devoir de mémoire littéraire et de commémoration.

Sa préoccupation principale concerne sa propre histoire littéraire et celle de sa région, Laval. En , un numéro double de la revue Brèves littéraires a souligné le trentième anniversaire de la SLL en retraçant les faits marquants de son histoire[dh]. Par exemple, le , la SLL a orchestré la cérémonie d'inauguration de la Place Anne-Marie-Alonzo[70], une femme de lettres lavalloise.

Une case de la comic strip «Stockholm» du poète-philosophe écossais Kenneth White et de l'illustrateur français Patrice Reytier, paru dans Entrevous 12 () p. 16; en 2021, les éditions Rue de l'échiquier (Paris) ont fait paraitre toutes leurs comic strips sous le titre La voie du vide et du vent[di].

À compter de , considérant que les 27 numéros de la première revue de la SLL, Le Littéraire de Laval, n'ont pas été numérisés par Érudit, la SLL a entrepris d'en republier les textes les plus significatifs dans une section de la revue Entrevous, dédiée à la « Mémoire littéraire »[dj].

Dans cette même section paraissent aussi divers articles sur le thème de l'héritage culturel et de la commémoration (p.ex. : les bibliothèques[dk], le folklore[dl], les lieux liés à des écrivains ou à leurs œuvres, tels August Strindberg[dm], Gabrielle Roy[dn] et Pablo Neruda[do].

Enfin, certains articles de la revue Entrevous, notamment dans la section « La littérature est partout », suggère en filigrane le concept d'une édification collective de la mémoire littéraire (p. ex. l'entretien avec Marc-François Bernier, l'auteur de l'essai sur les chroniques de Pierre Foglia[dp], le tapuscrit en rouleau du roman On the road de Jack Kerouac[dq], l'exposition « Sur les traces d'Agatha Christie »[dr], La tombe des lucioles, le récit de Akiyuki Nosaka classé au patrimoine mondial littéraire de l'Unesco[ds].

Pour ce qui est de la commémoration, en 2012, la SLL a répondu à un appel de projet de la Centrale des artistes, pour souligner le Jour du Souvenir : la poète Leslie Piché a été associée au compositeur Louis Babin, et le 11 novembre à 11 h 11, l'œuvre musicale et poétique d'une minute onze secondes pour carillon et voix « 628 736 et des poussières »[dt] a été entendue pour la première fois sur la Place Claude-Léveillée de l'Espace Montmorency de l'Université de Montréal à Laval[71].

Prix et reconnaissances[modifier | modifier le code]

Depuis sa fondation, la SLL a tenu, coordonné ou appuyé plusieurs concours littéraires.

Les Prix Brèves-littéraires étaient un concours de prose et de poésie ouverts à tous, ponctuel en 1996, puis annuel de 2000 à 2007[du]. Les Prix de la Fondation lavalloise des lettres était le même concours rebaptisé, la FLDL en assurant le financement de 2009 à 2012, tout en laissant son organisation à la SLL. Les textes des lauréats ont paru dans la revue Brèves littéraires[dv]. En 2014, la fondation a crée un concours d'essais littéraires et la revue Brèves littéraires a continué à publier les textes des lauréats des deux premières éditions[dw].

Concurremment, la SLL a créé, en hommage à une cofondatrice de la SLL, le Prix Jacqueline-Déry-Mochon récompensant l'auteur ou l'autrice d'une première œuvre publié chez un éditeur agréé. Il a été remis, en alternance, à une première œuvre de poésie ou de prose (roman ou recueil de nouvelles). Les récipiendaires sont : Julie Hivon (2000), Tania Langlais (2001), Melchior Mbonimpa (2002), Violaine Forest et Nazila Sedghi (2003, ex æquo), Wajdi Mouawad (2004)[72], Louise Marois (2005), Françoise Roy (2006)[dx].

Trophée du Salon du livre de Montréal offert à la SLL pour le 25e anniversaire de la revue Brèves littéraires.

Après quelques années sans concours actif, la SLL a créé le Prix Patrick-Coppens-Entrevous grâce à un don récurrent de ce mécène cofondateur qui souhaitait récompenser un créateur littéraire qui a publié au cours de l'année dans la revue Entrevous. Les lauréats sont : en 2019, Claudie Bellemare (prix), Monique Pagé (première mention) et Diane Landry (seconde mention); en 2020, Suzanne St-Hilaire (prix), Monique Leclerc (première mention) et domlebo (seconde mention); en 2021, Marie-Andrée Nantel (prix), André Jacob et Suzanne St-Hilaire (première mention ex-æquo), Monique Leclerc (seconde mention), Danielle Shelton (mention spéciale)[dy]. En 2021, un autre mécène a créé le Prix André-Jacob-Entrevous pour souligner la qualité d'une création littéraire dans une œuvre multidisciplinaire parue dans la revue. Le premier prix de ce concours a été remis à un duo de crétarices, Suzanne St-Hilaire et Monique Pagé[dz].

Installation Scène de crime au Park(ing) Day 2014. Jeu de rôle : le scientifique Warren et la détective Shelton enquêtent au Centropolis de Laval.

À l'occasion, la SLL s'est associée à des concours littéraires de partenaires en publiant des textes de lauréats : les Grands prix littéraire de Laval[ea] ; les prix du Concours intercollégial de poésie[eb] ; le Prix pancanadien de composition française au secondaire[ec] ; le Prix binationale de nouvelle Mexique-Québec[ed] ; les Prix Pour un monde meilleur, un concours du Courrier Laval en 2013[ee] ; les Prix Le Passeur et Paulette-Chevrier de la Fédération québécoise du loisir littéraire (FQLL)[ef].

La SLL a elle-même été récompensé par des prix. L'organisme a reçu en 2002 le Prix Animation du livre et de la culture du Conseil régional de la culture de Ville de Laval; ce prix récompensait la SLL pour « son apport dynamique à la communauté lavalloise »[73]. En partie pour leur engagement à la SLL, la présidente de la SLL et directrice de la revue Brèves littéraires d'alors, Claire Varin, a reçu la même année un Prix à la création artistique du Conseil des arts et des lettres du Québec, et Thérèse Tousignant, le Prix Coup de Cœur du jury décerné par le Conseil régional de la culture de Ville de Laval pour son « implication remarquable [...] dans le développement et le rayonnement de l'écriture et de la littérature en sol lavallois »[73]. La SLL a reçu en 2010 un trophée hommage du Salon du livre de Montréal, soulignant le 25e anniversaire de sa revue Brèves littéraires. En 2012, la SLL a partagé avec l'École secondaire Horizon Jeunesse, le Centre d'interprétation de l'eau (C.I.EAU) et l'artiste Laurraine Beaulieu une bourse offerte par Culture pour tous, lors de la compétition provinciale des Prix Essor, pour la performance interactive Eau secours[74]. Sous la direction artistique des enseignantes Chantale Labbé et Annie-Claude Saint-Jean, Leslie Piché, de la SLL, a réalisé l'écriture de la scénographie inspirée des écrits des étudiants[eg]. En 2014, la SLL s'est vue décerner le Prix créativité et originalité du Park(ing) Day 2014[75], organisé au Centropolis de Laval par le Conseil régional de l'environnement, pour l'installation Scène de crime, œuvre multidisciplinaire de deux de ses membres : la poète japonisante Danielle Shelton et le photographe d'art R. A. Warren[eh].

Collaborations, mécénat et bénévolat[modifier | modifier le code]

La Société littéraire de Laval réalise une part de ses activités en collaboration avec des partenaires, notamment des bibliothèques, des organismes communautaires et des organismes professionnels de création dans d'autres disciplines artistiques. Une analyse des contenus de la revue Entrevous éditée à partir de montrent que les partenariats sont régionaux (Laval[ei]), trirégionnaux (Laval, Laurentides, Lanaudière[ej]) et autres (montréalais[ek], provinciaux[el], nationaux[em], internationaux[en]). Par exemple, la Société littéraire de Laval a collaboré avec André Jacob, auteur du Manifeste pour la paix[76], en participant à ses appels à contribution thématique pour le Festival international de poésie Paroles dans le monde (Palabra en el mundo)[77],[eo], partenaire des Artistes pour la paix.

À titre d'organisme culturel reconnu par Culture et Communications Québec (MCC), la Société littéraire de Laval émet des reçus officiels de dons aux fins de l'impôt provincial sur le revenu[ep]. Son capital, géré par la Fondation du Grand Montréal, provient des dons accumulés lors d'évènements bénéfices et d'une subvention du MCC obtenue dans le cadre du programme Mécénat Placements Culture. Les intérêts et divers autres dons privés sont affectés à la production de la revue Entrevous, à des concours de création littéraire ou à des projets ponctuels. Parmi les donateurs récurrents, il y a la Fondation lavalloise des lettres et des membres de l'organisme.

La SLL étant un organisme à but non lucratif, l'implication bénévole de ses membres, des artistes et des écrivains qui collaborent à ses activités d'arts littéraires, incluant la revue Entrevous, contribue à son rayonnement et à celui de ses partenaires de création (p. ex. l'Orchestre symphonique de Laval) ou de diffusion (p. ex. la Fabrique culturelle de Télé-Québec, la SODEP, Érudit). En reconnaissance des contributions bénévoles à la SLL, la directrice de l'organisme, Danielle Shelton, offre annuellement, depuis 2008, une orchidée à un ou une membre qui lui a apporté une aide substantielle non rémunérée. Les récipiendaires sont : Diane Descôteaux (2008)[eq], Solange Léonard (2009), Madeleine Dalphond-Guiral (2010), Leslie Piché (2011)[er], Marcelle Bisaillon (2012), Richard Warren (2013), Diane Landry (2014), Lise Chevrier (2015 et 2016), Danièle Panneton (2017), Martine Chomienne (2018), Félix-Antoine Allard (2019), André-Guy Robert (2020), André Jacob (2021).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans le cadre du projet de médiation culturelle 35 chandelles pour un bal surréaliste célébrant les 35 ans de la SLL, de nombreux poèmes centons ont paru dans Entrevous 14 () p. 10 à 25, Entrevous 15 () p. 12 à 47, Entrevous 16 () p. 10 à 31 et Entrevous 17 () p. 10 à 13. D'autres poèmes centons ont été créés lors d'ateliers produits en partenariat avec le réseau des Bibliothèques de Laval : des centons inspirés de dessins de l'artiste Patrick Coppens ont paru dans Entrevous 18 () p. 19 à 39, et des haïkus centons paraitront dans Entrevous 19 ().
  2. Meb a animé un atelier de caviardage poétique du roman Le Survenant de Germaine Guèvremont; dans Entrevous 09 () p. 9 à 15
  3. Dans le contexte des activités de la SLL, un micro ouvert (ou libre) est un atelier où des auteurs amateurs et professionnels pré inscrits font lecture devant un public et un jury de leurs textes inédits en prose ou en poésie. Les lauréats se voient ensuite offrir un accompagnement éditorial qui mène à la publication de leur texte dans la revue d'arts littéraires Entrevous.
  4. Exemple: Poison-à-rats, une nouvelle et une sculpture de papier mâché de Jeannine Lalonde, inspirée de son expérience de sténographe judiciaire, dans Entrevous 10 () p. 22.
  5. Exemple : Sur un dessin de Patrick Coppens, dans Entrevous 07 p. 20 à 23 et dans Entrevous 08 () p. 16 à 19.
  6. Exemple : À portée de ciel ?, poésie de Diane Landry sur une photo de Leslie Piché avec en miroir Ciel! mon parapluie, un poème de Leslie Piché sur une photo de Daine Landry, dans Entrevous 13 () p. 16 et 17.
  7. Un poème est mis au jeu, des lecteurs expédient un courriel expliquant comment ils le comprennent, puis l'auteur dévoile son intention. Le but du jeu est de démontrer qu’un poème est vivant et qu’entre l’auteur et les lecteurs il se produit un abandon du carcan de l’intention initiale, en échange de la liberté d’interprétation. Ce jeu est une idée de Diane Landry, codirectrice littéraire de la revue Entrevous, et autrice du premier poème mis au jeu dans le no 01 (). La parution de cette section est irrégulière: outre le no 01, on la trouve dans les nos 02, 04, 05, 06, 07, 08, 09, 11, 12, 17.
  8. Exemple : La fourmi et le syndicat à la manière de Jean de La Fontaine, un pastiche d'Hélène Perras, dans Entrevous 03 () p. 38 et 39.
  9. Notamment, le concert de l'Orchestre tsigane de Montréal, produit par Arts et Spectacles de Laval, à la Maison des arts de Laval le , pour lequel Danielle Shelton a écrit «La légende des gens de voyage», texte lu par Peter Batakliev. Voir Entrevous 03 () p. 54.
  10. Voir la plateforme hypermedia de la SLL et sa chaîne Vimeo.
  11. Les participants sont ensuite invités à couvrir des spectacles multidisciplinaires pour produire un article en révélant les sources littéraires et le processus de création; p. ex. Félix-Antoine Allard a couvert le spectacle de marionnettes Viking de Renée Robitaille, dont le texte s'inspire de la légende de Beowulf, traduit par Tolkien dans un anglais moderne, long poème dans lequel il a puisé pour écrire Bilbo le Hobbit et Le Seigneur des anneaux. Voir l'article dans Entrevous 14 () p. 62 et 63.
  12. Cette formation explore tous les genres de récits de vie: le journal intime et de voyage, les micronouvelles, les cartes postales, la poésie, le fanzine, le scrap book, l'autofiction, etc. Voir Un tas de feuilles, le récit autobiographique de Louise Roch, dans Entrevous 17 () p. 16.
  13. Tous les textes ont préalablement été publiés dans une revue éditée par la SLL : Brèves littéraires ou Entrevous.
  14. Entrevous 11 () p. 52-59.
  15. Brèves littéraires 90-91 () p. 185-191. L'article inclut des images de l'exposition et d'autres inédites.
  16. Entrevous 17 () p. 58 : annonce du vernissage; Entrevous 18 () p. 40 à 59 : textes de l'exposition.
  17. Entrevous 13 () p. 40-60.
  18. Entrevous 11 () p. 36-47.
  19. Voir l'hommage posthume de Patrick Coppens à Claude Haeffely, dans Entrevous 04 () p. 24 à 27.
  20. Entrevous 08 () p. 16-19.
  21. Entrevous 07 () p. 20-23.
  22. Le vernissage a eu lieu au Studio de la Maison des arts de Laval, le , et toutes les images de l’expo ont paru dans la revue Entrevous 06 () p. 32 à 39.
  23. Voir les œuvres dans Brèves littéraires 86 () p. 15-41.
  24. Brèves littéraires 86 () p. 15-41.
  25. Les Menus-Plaisirs, un restaurant-auberge de Laval construit sur le site de la maison natale d'Antoine Labelle, dit le Roi du Nord.
  26. Le vernissage a eu lieu aux Menus-Plaisires de Sainte-Rose, à Laval, lors des Agapes de de la Société littéraire de Laval. Les affiches de l'exposition ont paru dans Brèves littéraires 90-91 () p. 156 à 171. Les auteurs des textes sont : José Acquelin, Pierre Charland, Patrick Coppens, Andrée Dahan, Louise Deschênes, Jean-Philippe Dupuis, Danielle Forget, Anne Guilbault, Claude Hamelin, Diane Landry, Aurélie Le Blanc Le Pestipon, Monique Leclerc, Fernand Ouellette, Leslie Piché et Lise Florence Villeneuve.
  27. Les affiches de l'exposition ont paru dans Brèves littéraires 90-91 () p. 172 à 184. Les auteurs des textes sont : Rollande Boivin, Patrick Coppens, Danielle Forget, Marie-Marthe Fortin-D'Argenson, Jérôme Lafond, Nancy R Lange, Aurélie Le Blanc Le Pestipon, Monique Leclerc, Francine Minguez, Roch Nappert, Fernand Ouellette et Leslie Piché.
  28. André-Guy Robert, « La littérature au concert : Ciel convertible », dans Entrevous 08 () p. 48-49.
  29. L'opéra endisqué sur étiquette SNE est déposé à la musicothèque du Centre de musique canadienne.
  30. Danielle Shelton, «La littérature au concert: Chevalier de Lorimier», dans Entrevous 03 () p. 60-61.
  31. Danielle Shelton, «La littérature au concert: Librettistes d'un soir!», dans Entrevous 03 () p. 60.
  32. Danielle Shelton, «La littérature au concert: Librettistes d'un soir!», dans Entrevous 03 () p. 59.
  33. Extraits parus dans Entrevous 02 () p. 39-41.
  34. Une vidéo réalisée par airelibre.tv est en ligne sur la chaine Vimeo de la SLL et à la Fabrique culturelle de Télé-Québec
  35. L'exposition a fait l'objet d'un article illustrée de la revue Brèves littéraires 82 (), alors que des extraits de la suite poétique avait paru dans Brèves littéraires 79 ().
  36. Brèves littéraires 87 () p. 13 ; Brèves littéraires 90-91 () p. 72-117.
  37. Danielle Shelton, dans Brèves littéraires 87 () p. 11.
  38. Texte intégré dans Brèves littéraires 87 () p. 13 à 17.
  39. «Le Prix de poésie de la Fondation lavalloise des lettres a été décerné à Roch Nappert. Ancré dans une réalité sociohistorique québécoise, son Poème du coton et de la soie est porté par un souffle et une écriture remarquable qui lui confèrent une valeur universelle.» - Dans Brèves littéraires 77 (2e trimestre 2008) p. 7 et 8, commentaire de Claire Varin, présidente de la FLDL ; p. 9 à 23, texte intégral de Roch Nappert.
  40. Un article sur le sujet a paru dans la revue Brèves littéraires 85 ().
  41. Entrevous 11 () p. 35.
  42. Entrevous 06 () p. 50 et 51
  43. Entrevous 02 () p. 44 à 46.
  44. à lire dans l'article paru dans Entrevous 10 () p. 48 à 50.
  45. Elle est en ligne sur la chaine Vimeo de la SLL et à la Fabrique culturelle de Télé-Québec. La revue Entrevous 10 () a publié dans un article le texte du récitatif.
  46. Concert Classiques du jazz, , chapelle du Mont-De-La-Salle; poèmes dans Entrevous 01 ().
  47. Concert Cuivres à l'Opéra !, , église Saint-Maurice-de-Duvernay; poème Transcendance des cuivres, dans Entrevous 10 ().
  48. Concert Trombone éclatant, , chapelle du Mont-De-La-Salle; Poésie d'une discrétion à tout casser, dans Entrevous 03 () – concert Autriche chambrée de Haydn à Mozart, , église Saint-Maurice-de-Duvernay; prose poétique Laval en automne, dans Entrevous 18 ().
  49. Concert Duos et duels, , chapelle du Mont-De-La-Salle; poèmes dans Entrevous 01 ().
  50. Concert Sublîme Alto!, , chapelle du Mont-De-La-Salle; suite poétique dans Entrevous 01 ().
  51. Concert Impressions d'Espagne, , église Saint-Maurice-de-Duvernay, poème Le bailaor de Séville, dans Entrevous 09 () – autre concert, Violoncelle mon amour, , même lieu, poème Réflexions de violoncelle dans Entrevous 13 ().
  52. Concert Au-delà des notes, , église Saint-Maurice-de-Duvernay ; , théâtre Gilles-Vigneault, Saint-Jérôme; texte J'haïs la musique dans Entrevous 12.
  53. Concert Vents classiques, , chapelle du Mont-De-La-Salle; pour sa lecture, la poète s'était entourée de bouquets de tourne-vent colorés dont les pales étaient couvertes de poèmes de participants à ses ateliers de médiation culturelle; exemples de tourne-vent et poème dans Entrevous 04 () – autre concert, Musique Chorale La nouvelle génération, , église Saint-Maurice-de-Duvernay, poème chŒur dans Entrevous 12 ().
  54. Concert Souffle romantique, , chapelle du Mont-De-La-Salle; texte extrait du recueil Notre disparition, paru aux Écrits des Forges.
  55. article dans Entrevous 05 ().
  56. Concert , programme littéraire Poétique hivernale, chapelle du Mont-De-La-Salle; textes et photographies de Jean Provencher dans Entrevous 06 ().
  57. Concert Trio pour le printemps, , chapelle du Mont-De-La-Salle, dans Entrevous 07 (), incluant une photo du tableau; Danièle Panneton a lu huit autres poèmes de divers auteurs de la SLL.
  58. Danielle Shelton, «Rendez-vous avec Pierre Harel», dans Entrevous 12 () p. 32-37.
  59. lors d'une soirée de poésie animé par Éric Roger à L'escalier, un bar cultuel de la rue Saint-Catherine Est, à Montréal.
  60. Deux œuvres sont au programme, Monodias espanolas et Bis; Louise-Andrée Baril, au piano, et Joseph Petric à l'accordéon. Article dans Entrevous 07 () p. 30 et 31.
  61. Entrevous 04 () p. 34 à 43. Les pays représentés : le Canada, avec Wendake, l'Acadie, l'Ontario et le Manitoba, la France, la Belgique, le Maroc, la Tunisie, le Sénégal, le Congo, Haïti.
  62. L'Assemblement est une initiative de la Société nationale du Québec à Laval (SNQL). Le Café littéraire a lieu à l'Entraide Pont-Viau, à Laval.
  63. À voir sur https://www.youtube.com/watch?v=aGmmeQzI5BY&t=1s
  64. À voir sur https://www.youtube.com/watch?v=b0G-lIXX9po
  65. À voir sur https://societelitteraire.ca/supplement-hypermedia-19-2/
  66. Danielle Shelton, «Rendez-vous avec André Pronovost», dans Entrevous 09 () p. 28-31.
  67. Un article paraît dans la nouvelle revue Entrevous 01 () p. 51 à 55, où il est question des spectacles mémorables du Grand Cirque ordinaire, et de deux romans de Raymond Cloutier paru chez Lanctôt, Un retour simple et Le maître d'hôtel.
  68. Raymond Cloutier, en réponse à une question de Danielle Shelton, rapportée dans «Rendez-vous avec Raymond Cloutier», Entrevous 01 () p. 50-55.
  69. Marc-François Bernier, en réponse à une question de Danielle Shelton, rapportée dans «Rendez-vous avec Marc-François Bernier», Entrevous 01 () p. 46-49.
  70. Danielle Shelton, «Respect du droit d'auteur et liberté d'expression», dans Brèves littéraires 85 () p. 9.
  71. https://societelitteraire.ca/numero-13/
  72. Les paroles du chant choral De vie à trépas créé par Isabelle Doré et un condensé du conte d'Halloween d'Amélie Pineault ont paru dans Entrevous 09 () p. 40-47.
  73. Les numéros 1 et 2 avaient pour sous titre : Littérature organique. Dans son liminaire du numéro 1 (page 6), Danielle Shelton, la directrice artistique de la revue, l'explique : « Diane Landry (codirectrice littéraire) et moi cherchions un adjectif pour qualifier le mot "littérature", considérant que nous ne voulions pas publier exclusivement des textes littéraires, mais aussi, et surtout, converser sur la littérature et valoriser sa contribution à des créations multidisciplinaires. Notre choix s'est arrêté sur "organique", un vocable relatif au vivant, aux êtres organisés (les créateurs), et plus est, selon Larousse, un vocable inhérent à la structure de quelque chose, à sa constitution (les œuvres).» Le nom «Entrevous» a été choisi par analogie avec le domaine de l'architecture, où il désigne une construction entre deux solives, métaphore de l'auteur-artiste qui crée une œuvre interdisciplinaire, ou de l'auteur qui crée une œuvre multidisciplinaire en collaboration avec un artiste d'une autre discipline.»
  74. ISSN 2371-1582 (Laval. Imprimé).
  75. ISSN 2371-1590 (Laval.En ligne / chaque numéro a aussi un ISBN PDF).
  76. Revue de presse : BibliMags
  77. Entrevous 10 () p. 12 à 19 et p. 52-53; ce dialogue est reproduit dans le livre de Jennifer Alleyn Impetus De l'élan à l'écran, aux éditions Somme toute, 2019.
  78. Entrevous 08 () p. 44-45.
  79. Entrevous 08 () p. 46-47.
  80. Entrevous 05 () p. 58 et 59.
  81. Entrevous 05 () p. 38-39.
  82. Entrevous 07 () p. 46 à 49.
  83. Entrevous 07 () p. 50 à 53.
  84. Entrevous 09 () p. 40 à 45.
  85. Entrevous 15 () p. 68 à 71.
  86. Entrevous 03 () p. 62 à 67
  87. Entrevous 04 () p. 50, 51.
  88. Waseteg et Maq et l'esprit de la forêt, de Phyllis Grant; Petit Tonnerre, de Nancy Ackerman et Alan Syliboy; Le hibou et le corbeau, de Co Hoedeman. Article paru dans Entrevous 08 () p. 52-53.
  89. Film de Monique Leblanc, sur une suite poétique de Louise Dupré. Article paru dans Entrevous 15 () p. 67.
  90. a et b Entrevous 16 () p. 72 à 77.
  91. P. ex . l'article sur Harold et Maude : l'auteur américain Collin Higgins a écrit en premier le scénario du film réalisé en 1971 par Hal Ashby, avant de l'adapter lui-même en roman, puis en pièce de théâtre, et dont une adaptation québécoise de Hugo Bélanger et Michel Dumont a été jouée à Montréal en 2017, au Théâtre Jean-Duceppe, avec Béatrice Picard dans le rôle-titre. Voir l'article de Danielle Shelton et Leslie Piché dans Entrevous 05 () p. 48 à 51.
  92. Entrevue de Leslie Piché et Danielle Shelton, dans Entrevous 05 () p. 50.
  93. Adaptateur du Candide ou l'optimiste de Voltaire, pour le Théâtre du Nouveau-Monde, à Montréal; entrevue de Danielle Shelton dans Entrevous 09 () p. 52 à 54
  94. Entrevue de Félix-Antoine Allard, dans Entrevous 15 () p. 66.
  95. Ces articles sont répartis dans les sections Dans la tête de..., Rendez-vous avec..., Tour de phrase et Lieux de mémoire littéraire.
  96. Les articles impliquant un partenaire (l'Orchestre symphonique de Laval, par exemple) ou couvrant le volet littéraire d'un évènement multidisciplinaire sont regroupés dans la section La littérature est partout: concert, cinéma, théâtre, danse, arts visuels, paysagisme, etc.
  97. Certains de ces suppléments sont aussi diffusés dans l'espace de la Société littéraire de Laval à la Fabrique culturelle de Télé-Québec, sur les chaines YouTube et Vimeo.
  98. Liminaire de Danielle Shelton, «Nouvelle piste, nouvelle aventure», dans Brèves littéraires 92 () page 6.
  99. Michel Cailloux. «À propos de sentiments...», dans Le Littéraire de Laval, , vol. 1, no 5, p. 1 ; mentionné dans Brèves littéraires 90-91 () p. 21.
  100. Brèves littéraires 90-91 () p. 8 et 27.
  101. Préface du recueil, p. 3.
  102. (ISBN 978-2-923059-11-2)
  103. Extrait de la préface du maire Marc Demers, p. 7.
  104. (ISBN 2-9801264-0-3)
  105. « Rendez-vous avec dix auteurs dix livres dix genres littéraires », Entrevous, no 14,‎ , p.38-41, Supplément hypermédia (lire en ligne).
  106. Brèves littéraires 86 () p. 16 (hommage à Andy Warhol dans le cadre de l'exposition sur le jubilé d'Elisabeth II : La femme sous la couronne).
  107. Brèves littéraires 87 () p. 30 (récital de poésie et livre mangeable de Leslie Piché commandés par la résidence Les Marronniers de Laval); Brèves littéraires 88 () p. 27 ; Brèves littéraires 90-91 () p. 66.
  108. Danielle Shelton, « Liminaire – Les objets textuels », dans Entrevous 15 () p. 8.
  109. Poèmes de Cécile Racine et Lynne Boudreau. Entrevous 04 () p. 45.
  110. Entrevous 04 () p. 44 à 49.
  111. Entrevous 15 () p. 48, Entrevous 16 () p. 39, Entrevous 17 () p. 15, Entrevous 18 () p. 15.
  112. Brèves 90-91
  113. https://www.ruedelechiquier.net/bande-dessinee/337-la-voie-du-vide-et-du-vent-.html
  114. Entrevous 16 () p. 62 à 65, en hommage à Hubert Saint-Germain et Jacqueline Déry Mochon. Entrevous 17 () p. 70-73, en hommage à Anne-Marie Alonzo.
  115. Celles d'Alberto Manguel, du capitaine du Nautilus, de Claude Drouin et de Suzanne St-Hilaire. Voir Entrevous 03 p. 44 et 45
  116. Entrevous 09 () p. 2-35.
  117. Entrevous 12 () p. 17.
  118. Entrevous 14 () p. 52 et 53.
  119. Entrevous 14 () p. 54 à 59.
  120. Entrevous 01 () p. 47 à 49; vidéo à la Fabrique culturelle de Télé-Québec.
  121. Entrevous 16 () p. 72 à 75.
  122. Musée d'archéologie et d'Histoire de Montréal Pointe-à-Callières - Entrevous 02, p. 48 à 57.
  123. Entrevous 05, p. 58 et 59.
  124. Brèves littéraire 86 (février 2013) p. 11.
  125. Les textes des lauréats ont paru dans les numéros 55, 58, 61, 64, 67, 70, 73 et 76 de la revue Brèves littéraires.
  126. Les textes des lauréats ont paru dans les numéros 79, 81 83 et 85 de la revue Brèves littéraires.
  127. Les textes des lauréats de la première édition du concours d'essais de la Fondation lavalloise des lettres ont paru en , dans le numéro double 90-91 () de la revue Brèves littéraires.
  128. Un article sur le sujet et des extraits des textes des lauréats ont paru dans les numéros 55, 58, 61, 64, 67, 70 et 73 de la revue Brèves littéraires.
  129. En 2019, les prix ont été remis à la Maison des arts de Laval le , et un article a paru dans Entrevous 12 () p. 8. En 2020, les prix ont été remis lors d'un évènement en ligne le , et un article a paru dans Entrevous 15 () p. 11. En 2021, les prix ont été remis à la Maison des arts de Laval le , et un article a paru dans Entrevous 18 ().
  130. Le prix a été remis à la Maison des arts de Laval le , et un article a paru dans Entrevous 18 ().
  131. Brèves littéraires, printemps-été 1993, volume 8, numéro double 3-4, entièrement consacré aux 19 nouvelles retenues par le jury, dont celles des lauréats Lisa Carducci, Marie-José Lacerte et André Farhat.
  132. Des extraits des textes des lauréats ont paru dans les numéros 55, 58, 64, 67, 70, 73, 76 et 79 de la revue Brèves littéraires; par la suite, la revue a plutôt publié des poèmes soumis à ce concours par le Collège Montmorency de Laval, voir les numéros 81, 84, 86 et 90-91.
  133. Des extraits des textes des lauréats ont paru dans les numéros 58, 64 et 67 de la revue Brèves littéraires.
  134. Concours conjoint avec le journal mexicain Reforma à l’occasion de la foire du livre de Guadalajara où le Québec était à l’honneur. Des extraits des textes des lauréats ont paru dans le numéro 67 (2004) de la revue Brèves littéraires.
  135. Deux textes de lauréats ont paru en dans Brèves littéraires 87 (), dont le récit Ouragan (p. 51-52) de Marcelle Bisaillon, une membre de la SLL.
  136. Un article sur le sujet et les textes des lauréats ont paru dans le numéro double 90-91 () de la revue Brèves littéraires.
  137. Brèves littéraires 87 (août 2013) p. 18-19.
  138. Brèves littéraires 90-91 () p. 185-191.
  139. Orchestre symphonique de Laval (OSL), depuis 2006, par ajouts d'un volet littéraire dans les concerts de la Série Les Chambrisres et de certains Grands Concerts; le réseau des bibliothèques de Laval et la Société nationale du Québec à Laval (SNQL), avec des animations d'activités littéraires; Verticale Centre d'artiste, Art et Spectacles de Laval et Salle Alfred-Pellan/Maison des arts de Laval, pour des créations littéraires inspirées de leurs concerts ou de leurs expositions artistiques; Festival Diapason, Théâtre Bluff, Théâtre Incliné, Théâtre des Muses, Salle André-Mathieu, dont les journalistes culturels de la SLL ont couvert certains spectacles; Théâtre d'Art lyrique de Laval, Festival des Molières, Alpha Laval, Centre communautaire Petit Espoir, Maison des jeunes Val-Martin, Centre de la nature, Parc Éco-Nature de la Rivière-des-Mille-Îles, où la SLL a offert de la médiation culturelle.
  140. Musée en quarantaine de Joliette, dans Lanaudière, pour une participation à l'exposition numérique Particules, correspondances inattendues; bibliothèque municipale de Saint-Hippolyte, dans les Laurentides, pour l'accueil de l'exposition itinérante de la SLL images&mots, qui s'anime en réalité augmentée.
  141. Culture pour tous, La fabrique culturelle de Télé-Québec, la Société de développement des périodiques cultures québécois (SODEP) et Érudit, pour leur promotion de la SLL et de sa revue Entrevous (bagage culturel, voir site sll_onglet activité); la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ), l'atelier lyrique de l'Opéra de Montréal, le pianiste Philippe Prud'homme, les quatuors Molinari, Bozzini et Rhapsodie, pour des collaborations de création multidisciplinaire; le Théâtre du Nouveau-Monde, le Théâtre Jean-Duceppe et l'Ensemble contemporain de Montréal, dont les journalistes culturels de la SLL ont couvert certains spectacles.
  142. Exemple : pour célébrer le mois de la poésie, micro ouvert à la bibliothèque de Beloeil, où des autrices de la SLL ont jouté avec des écrivains de la Montérégie, notamment le lauréat Denis Roy (article et créations littéraires dans la revue Entrevous 04 p. 14 à 19).
  143. Les appels à contribution de la revue Entrevous sont ouverts aux écrivains francophones et aux artistes de tout le pays. Exemples : les contributions à un Banquet de la Francophonie de poètes canadiens résidant hors Québec, i.e. Sandra Le Couteur (Acadie), Laurent Poliquin (Manitoba), Andrée Lacelle (Ontario) – article et extraits littéraires dans la revue Entrevous 04 () p. 36 et 39.
  144. Les appels à contribution de la revue Entrevous sont ouverts aux écrivains francophones et aux artistes de partout. Exemples : les comics strips géopoétiques du poète écossais Kenneth White et du dessinateur parisien Patrice Reytier, parus dans Entrevous 11 (), 12 () et 14 (); Secrète, le poème à interpréter de la Marseillaise Jacqueline Assaël dans Entrevous 17 (); les contributions à un Banquet de la Francophonie de poètes résidant hors Canada: p. ex. Gaston Compère (Belgique), Khireddine Mourad (Maroc), Hédi Bouraoui (Tunisie), Julien Delmaire (Sénégal/France), Alain Mabanckou (Congo/USA) – article et créations littéraires dans la revue Entrevous 04 () p. 34 à 43.
  145. Une sélection de 21 auteurs membres de la Société littéraire de Laval ont participé à la quinzième édition du festival et ont vu leurs textes publiés dans Entrevous 17 () p. 21 à 51 : Françoise Belu, Maxianne Berger, Marcelle Bisaillon, France Bonneau, Lise Chevrier, Françoise Cloutier, Christophe Condello, Vincent Diraka, Julie Grimard, André Jacob, Izabella Marengo, Felicia Mihali, Marie-Andrée Nantel, Monique Pagé, Leslie Piché, Roland Provencher, Lady Rojas Benavente, Anusha Rung, Danielle Shelton, Suzanne St-Hilaire et Aspasia Worlitzky.
  146. Numéro d'accréditation: 1011796245OC0001
  147. Brèves littéraires 85 () p. 118.
  148. Brèves littéraires 86 () p. 121.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Numéro 15 – hiver 2021 », sur Sodep (consulté le )
  2. Numéro d'organisme culturel à but non lucratif reconnu par le MCC : 1011796245OC0001.
  3. « Société littéraire de Laval », sur www.ville.laval.qc.ca (consulté le )
  4. « Regroupement d'organismes culturels et d'artistes lavallois - Société littéraire de Laval », sur www.rocal-regroupement.org (consulté le )
  5. Lettres patentes supplémentaires modifiant les objets de l'organisme, document déposé au registre le sous le numéro d'entreprise du Québec 1143142330.
  6. Mission adoptée à l'Assemblée générale annuelle des membres du  ; texte reproduit dans le rapport annuel 2019-2020 de la Société littéraire de Laval, présenté aux membres l'Assemblée générale annuelle du et déposé à la Division Art et culture de Ville de Laval. Pour consultation : « Rapport annuel 2019-2020 »
  7. « Créer sur commande | Revue Entrevous », sur La Fabrique culturelle (consulté le )
  8. iClic (www.iclic.com), « L'Orchestre symphonique de Laval présente : Liberté », sur L'Écho de Laval (consulté le )
  9. iClic (www.iclic.com), « Fête nationale à Laval : pleins feux sur une programmation exceptionnelle », sur L'Écho de Laval (consulté le )
  10. Éric Messier, « Images & Mots: art et poésie augmentés | Courrier Laval » (consulté le )
  11. « Espace Images & Mots : art visuel, poésie et réalité augmentée | Magazine », sur signelaval.com (consulté le )
  12. Conseil régional de l'environnement de Laval, « PARK(ing) Day », sur Conseil régional de l'environnement de Laval (consulté le )
  13. « L'exposition immersive Images & Mots présentée à la bibliothèque », sur Municipalité de Saint-Hippolyte, (consulté le )
  14. « Les années folles – Orchestre symphonique de Laval », sur Tourisme Laval (consulté le )
  15. « Curiosités », sur André-Guy Robert, (consulté le )
  16. « L'Orchestre symphonique de Laval présente : Liberté », sur L'Écho de Laval (consulté le )
  17. « Leslie Piché, poète lavalloise en quête de pluridisciplinarité | Magazine », sur signelaval.com (consulté le )
  18. « Vivre à Laval, p. 26 », sur numerique.banq.qc.ca (consulté le )
  19. « CD-livre - Ciel convertible - Patenaude / Coppens », sur my/maSCENA, (consulté le )
  20. « Librettistes d'un soir | Culture club | ICI Radio-Canada Première », sur ici.radio-canada.ca (consulté le )
  21. « Cinq auteurs à l’opéra », sur Le Devoir (consulté le )
  22. Programme du spectacle à la BAnQ: « BAnQ numérique », sur numerique.banq.qc.ca (consulté le )
  23. « [Vidéo de la communauté] Monique Joachim : la partition intérieure », sur La Fabrique culturelle (consulté le ); réalisateur: Simon Paradis; durée: 1:17:02.
  24. « Un avant-goût de la Série hommage », sur SMCQ, (consulté le )
  25. iClic (www.iclic.com), « La Société littéraire de Laval célèbre ses 30 ans », sur L'Écho de Laval (consulté le )
  26. Collectif, Portrait de famille des 50 ans de Laval, Société littéraire de Laval, , 79 p. (ISBN 978-2-923059112), p. 46
  27. Benoit LeBlanc, « L'OSL et Charles Richard-Hamelin rendent hommage à Glenn Gould | Courrier Laval » (consulté le )
  28. « Belle Arménie! », sur www.atuvu.ca (consulté le )
  29. Revue de presse : OSL.
  30. « Trombone éclatant à L’Orchestre Symphonique de Laval | Art et culture » (consulté le )
  31. https://www.laval.ca/Documents/Pages/Fr/A-propos/publications/vivre-laval-automne-2015.pdf p. 28
  32. Zone Arts- ICI.Radio-Canada.ca, « Câline de blues , d'Offenbach, fait son entrée au Panthéon », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  33. « [Vidéo de la communauté] Concert Pierre Harel — partie 1 », sur La Fabrique culturelle (consulté le ); réalisateur: Jean-Paul Desjardins; durée 20:54; vidéo de la partie 2: https://www.lafabriqueculturelle.tv/capsules/12018/pierre-harel-hommage-partie-2; durée: 21:18.
  34. « Rendez-vous de la francophonie [Hors-série] », sur SMCQ (consulté le )
  35. « Revue de presse : Lire pour réussir/UNEQ – Société Littéraire de Laval – Revue Entrevous » (consulté le )
  36. « André Pronovost reçoit le Prix du CALQ – Œuvre de l’année à Laval pour son œuvre Kerouac et Presley », sur Conseil des arts et des lettres du Québec (consulté le )
  37. « André Pronovost, membre de la Société littéraire et lauréat du Prix CALQ-LAVAL. », sur Regroupement d'organismes culturels et d'artistes lavallois (consulté le )
  38. « [Vidéo de la communauté] Raymond Cloutier aux Rendez-vous de la Francophonie 2016 », sur La Fabrique culturelle (consulté le ); réalisateur: Simon Paradis; durée: 1:12:25.
  39. « [Vidéo de la communauté] Marc-François Bernier et Foglia l'Insolent », sur La Fabrique culturelle (consulté le ); réalisatur: Simon Paradis; durée: 18:25.
  40. « Kim Thúy: cuisine au nuoc Mãn », sur LExpress.fr, (consulté le )
  41. 28 Février 2012, « La Société littéraire de Laval organise une discussion publique avec Claude Robinson », sur Voir.ca (consulté le )
  42. « Claude Robinson et Alain Deneault à la Maison des arts de Laval : Événements régionaux du Québec », sur www.arrondissement.com (consulté le )
  43. « La Presse, 28 novembre 1991, p. B-4 », sur numerique.banq.qc.ca (consulté le )
  44. « Émile Ollivier :: Prix et distinctions », sur archives.umontreal.ca (consulté le )
  45. « Le Devoir, 25 février 1989, p. D-2 », sur numerique.banq.qc.ca (consulté le )
  46. « Platonov amour haine et angles morts | Tchekhov dans la langue de Tremblay », sur La Presse, (consulté le )
  47. « La Presse, 29 septembre 1988, p. E-8 », sur numerique.banq.qc.ca (consulté le )
  48. « Le Devoir, 1er novembre 1986, p. C-2 », sur numerique.banq.qc.ca (consulté le )
  49. « Le Devoir, 11 janvier 1986, p. 18 », sur numerique.banq.qc.ca (consulté le )
  50. « Québec-France Laval Francophonie »
  51. Benoit LeBlanc, « Chefs d’œuvres de Gershwin et Ravel pour l’OSL | Courrier Laval » (consulté le )
  52. « Il y a 100 ans à Paris, les Années folles », sur signelaval.com (consulté le )
  53. « Chevaliers et troubadours: musique et littérature », sur signelaval.com (consulté le )
  54. iClic (www.iclic.com), « L'Orchestre symphonique de Laval présente : Liberté », sur L'Écho de Laval (consulté le )
  55. Rédaction Laval, « Conte musical d’Halloween - Courrier Laval » (consulté le )
  56. « Société Littéraire de Laval | Répertoire culturel », sur signelaval.com (consulté le )
  57. The OpenEdition team, « Salon de la revue, Paris, 14-16 octobre 2016 », sur L’Édition électronique ouverte (consulté le )
  58. « Entrevous », sur Érudit (consulté le )
  59. Isabelle Beaulieu, « Zones d’influence : Les revues de création littéraire », sur Revue Les libraires, (consulté le )
  60. « Ville de Laval - Communiqué - Petits bonheurs Laval 2018 : un festival culturel pour les enfants », sur www.laval.ca (consulté le )
  61. https://www.onf.ca/selection/les-rendez-vous-de-la-francophonie-2019
  62. https://www.onf.ca/selection/rendez-vous-de-la-francophonie-2021
  63. « Le Devoir, 22 novembre 2008, p. G-6 », sur numerique.banq.qc.ca (consulté le )
  64. « La Presse, 8 novembre 1992, p. B-7 », sur numerique.banq.qc.ca (consulté le )
  65. « Brèves littéraires », sur Érudit (consulté le )
  66. « Semaine des rencontres interculturelles », sur signelaval.com (consulté le )
  67. « Le Devoir, 8 avril 1989, p. D-4 », sur numerique.banq.qc.ca (consulté le )
  68. « Salon du livre des membres de la Société littéraire », sur signelaval.com (consulté le )
  69. a et b Benoit LeBlanc, « Premier salon du livre des auteurs lavallois | Courrier Laval » (consulté le )
  70. « Ville de Laval - Inauguration de la place Anne-Marie-Alonzo », sur www.laval.ca (consulté le )
  71. « Leslie Piché | Répertoire culturel », sur signelaval.com (consulté le )
  72. « Le Devoir, 8 mai 2004, p. F-2 », sur numerique.banq.qc.ca (consulté le )
  73. a et b Culture et Communications Laval et le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), Programme officiel des Prix du Conseil de Culture de Ville de Laval, . .
  74. Ministère de la Culture et des Communications, « Communiqués », sur www.mcc.gouv.qc.ca, (consulté le )
  75. « Journal des débats de l'Assemblée nationale - National Assembly of Québec », Voir la section "Affaires courantes : Féliciter la Société littéraire de Laval pour l'obtention du prix Créativité et Originalité lors du Park(ing) Day"., sur m.assnat.qc.ca (consulté le )
  76. André Jacob. Manifeste pour la paix des Artistes pour la paix, dans Pour la paix, brisons le silence!, coll. «Regards solitaires», éd. Pleine lune, 2019.
  77. Par Artistes pour la Paix, « 15e Festival international de poésie : vos contributions – Les Artistes pour la Paix » (consulté le )