Claude Robinson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Claude Robinson
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (65 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Distinction

Claude Robinson (né le 2 mars 1952 à Montréal) est un dessinateur canadien (québécois). Il est notamment l'auteur de Robinson Curiosité, duquel a été dérivé, illégalement[1], la télésérie Robinson Sucroë[2].

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Claude Robinson naît le 2 mars 1952 à Montréal[3]. Cadet d'une famille de quatre enfants, il grandit à Duvernay[3].

Il quitte l'école après sa onzième année et devient graphiste dans une imprimerie[3]. Suivant des cours du soir, il s'inscrit à l'École des arts graphiques de Montréal[3]. Il est engagé comme professeur d'arts plastiques à l'école secondaire Vanier de Duvernay[3].

En 1972, il part pour l'Europe[3]. Il revient à Montréal en 1975 et fonde Les Productions Nilem[3].

Saga juridique contre Cinar[modifier | modifier le code]

À partir de 1982, en revenant d'une expédition au Labrador, Claude Robinson commence à développer son idée d'une série nommée Les Aventures de Robinson Curiosité[3]. Il présente son travail préliminaire (tableaux, croquis) à différentes personnes, dont Micheline Charest et Ronald Weinberg, de Cinar, et Christophe Izard, de France Animation[3].

En septembre 1995, Robinson constate qu'une nouvelle série télévisée créée par Cinar, Robinson Sucroë, reprend les grandes lignes de son œuvre[3]. Robinson entame alors des démarches judiciaires pour plagiat[3].

Le , Cinar est reconnue coupable de violation du droit d'auteur pour la création et diffusion frauduleuse de la série et est condamnée à verser 5,2 millions de dollars à Claude Robinson[4]. Le jugement est porté en appel.

En avril 2010, un groupe soutenant les efforts judiciaires de Robinson est mis en ligne : Opération Claude Robinson[5].

Le , la Cour d'appel du Québec maintient la condamnation pour plagiat de Cinar et diminue les indemnités à 2,7 millions de dollars[6]. En août, Claude Robinson annonce qu'il compte porter sa cause en Cour suprême[7].

Le , la Cour suprême du Canada annonce qu'elle entendra la cause Robinson contre Cinar, France Animation, Ravensburger Film et RTV[8].

Le , la Cour suprême du Canada confirme le jugement de la Cour d'appel du Québec et ordonne au consortium formé notamment de Cinar et France Animation de payer 4 millions de dollars pour avoir plagié l'œuvre de Robinson[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Josée Boileau, « Affaire Robinson - Du culot ! », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  2. Alec Castonguay, « Cinar et ses complices sont condamnés à verser 5,2 millions au créateur plagié », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Qui est Claude ? », sur http://clauderobinson.org,
  4. Alec Castonguay, « Cinar et ses complices sont condamnés à verser 5,2 millions au créateur plagié », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  5. Personnel de rédaction, « Opération Claude Robinson », Opération Claude Robinson, (consulté le 8 avril 2010)
  6. Caroline Touzin, « Claude Robinson contre Cinar: les dommages réduits », sur http://www.cyberpresse.ca, La Presse,
  7. Christian Latreille, « Claude Robinson ira devant la Cour suprême », sur http://www.radio-canada.ca, Société Radio-Canada,
  8. Radio-Canada, « La Cour suprême examinera le conflit entre Claude Robinson et Cinar », sur http://www.radio-canada.ca, Société Radio-Canada,
  9. Joël-Denis Bellavance, « La Cour suprême donne raison à Claude Robinson », La Presse, (consulté le 23 décembre 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]