Simone Bitton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Simone Bitton est une réalisatrice de films documentaires née le à Rabat. Elle possède la double nationalité franco-marocaine[1]. Elle vit entre Rabat et Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père est bijoutier à Rabat. Simone Bitton parle français à l'école et arabe à la maison. Elle émigre en Israël avec sa famille en 1966, et se retrouve dans l'armée israélienne lors de la guerre du Kippour en 1973[2].

Elle s'établit ensuite à Paris et étudie le cinéma à l'IDHEC. Depuis 2013, elle enseigne au département cinéma de l'Université de Paris-VIII. Elle est membre et formatrice des Ateliers Varan depuis 2014[3].

Tous ses films portent sur l’actualité, l’histoire et les cultures d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient[1].

En 2001, Simone Bitton suit le député Azmi Bishara, philosophe et député arabe israélien, dans le documentaire Citizen Bishara[4].

En 2004, Simone Bitton filme le mur, cette zone qui sépare Israël des territoires palestiniens[5].

En 2009, elle réalise Rachel. Il s'agit d'une enquête sur la mort de la militante non violente américaine Rachel Corrie. Elle trouve la mort le 16 mars 2003, dans la bande de Gaza alors qu'elle s'interpose devant un bulldozer israélien[6].

Son film Ziyara, sortie en France en décembre 2021 a été tourné au Maroc. Dans les années 1950, près de 300 000 personnes juives vivaient encore dans ce pays. En 2021, une centaine de personnes juives vivent au Maroc. Pour raconter cette absence, Simone Bitton va à la rencontre de la mémoire juive dans la société contemporaine marocaine[7]. C'est un documentaire en forme de road-movie. Simone Bitton part sur les lieux de pèlerinages, cimetières, sanctuaires, synagogues partagé par les deux cultures et en 2021 gardés par des musulmans[5].

Autre engagement[modifier | modifier le code]

En , Simone Bitton est signataire d’une pétition en collaboration avec des personnalités issues du monde de la culture pour boycotter la saison culturelle croisée France-Israël, qui pour les signataires de la pétition sert de vitrine à l'État d'Israël au détriment du peuple palestinien[8].

Films[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Simone Bitton », sur www.film-documentaire.fr
  2. « Simone Bitton », sur Premiere.fr
  3. « Simone Bitton - le réseau Varan », sur www.ateliersvaran.com
  4. « Qatar : Azmi Bishara, l’éminence libérale de Doha », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. a et b « « Ziyara » : sur les traces de la fraternité judéo-musulmane au Maroc », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « "Rachel" : autopsie d'une disparition à Gaza », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. Mathilde Wagman, « Simone Bitton : "Dans ce film, je suis allée à la rencontre des gardiens musulmans de ma mémoire juive" », sur France Culture, (consulté le )
  8. « Contre la saison France-Israël », sur mediapart.fr, (consulté le )
  9. L'Humanité, 16 février 2017

Liens externes[modifier | modifier le code]