Silvana Pampanini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pampanini.
Silvana Pampanini
Description de cette image, également commentée ci-après

Silvana Pampanini en 1965.

Naissance
Rome, Latium
Italie
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Décès (à 90 ans)
Rome, Latium
Italie
Profession Actrice

Silvana Pampanini, née le à Rome et morte le dans la même ville, est une actrice italienne.

Elle est couronnée Miss Italie en 1946.

Biographie[modifier | modifier le code]

Silvana Pampanini et Totò.

Silvana Pampanini est la nièce de la fameuse cantatrice Rosetta Pampanini. Elle passe les examens de l'école normale d'instituteurs (istituto magistrale) et du conservatoire Sainte-Cécile. Elle est encore étudiante quand son professeur de chant l'inscrit au concours de Miss Italie relancé à Stresa en septembre 1946 après l'interruption de la guerre. Lors du concours, Rossana Martini l'emporte, mais devant les vives protestations du public, le jury accorde le prix ex æquo également à Silvana Pampanini.

Ce concours de beauté la lance dans le monde du cinéma. Elle commence sa carrière dans des films musicaux et devient célèbre grâce aux hebdomadaires illustrés et à la presse de cinéma. Son père, opposé au départ à la carrière de sa fille comme actrice, abandonne son travail et devient son habile agent.

C'est I pompieri di Viggiù (it) en 1949 qui la révèle au grand public et O.K. Nerone (it), une parodie de Quo vadis en 1951 qui lui apporte son premier succès international. Bellezze in bicicletta (it) est un film joyeux à chansons et un beau succès commercial. En 1952 elle joue dans Les Coupables de Luigi Zampa, en 1955 dans la comédie La Belle de Rome de Luigi Comencini et en 1958 dans La strada lunga un anno de Giuseppe De Santis.

Dans la première moitié des années cinquante, peu avant que Sophia Loren et Gina Lollobrigida n'acquièrent une grande notoriété, Silvana Pampanini est le symbole de la beauté italienne au niveau mondial aux côtés de Lucia Bosè et de Silvana Mangano. Grâce à sa solide formation musicale, elle enregistre entre 1947 et 1957 de nombreuses chansons sur disques 78 tours et 45 tours qui n'ont pas été rééditées depuis sur de nouveaux supports. Sur le grand écran, elle apparaît aux côtés des grands acteurs de l'après-guerre. Sa voix est fréquemment doublée, sauf quand elle chante. Elle ne concrétise jamais les propositions qui lui arrivent de Hollywood, mais tourne dans de nombreux pays, dont la France où elle est surnommée Ninì Pampan. La presse populaire rapporte ses flirts présumés avec le prince afghan Ahmad Shah Zaher, le roi Farouk et de nombreuses autres célébrités. Elle ne se mariera jamais et n'aura pas d'enfants, mais aura « plus de propositions de mariage que de maux de tête ».

Après une brève expérience comme réalisatrice et scénariste, elle réduit au minimum ses contributions au cinéma pour se dédier à la radio et à la télévision. Elle apparaît souvent comme présentatrice d'évènements et comme marraine de manifestations mondaines ou sportives. Pendant de nombreuses années, elle tient aussi le courrier des lecteurs dans une revue de spectacle[Laquelle ?].

En 1964, Dino Risi la dirige dans Il gaucho (it) dans un rôle de diva sur le retour à la recherche pathétique d'un succès perdu et d'un mari millionnaire. En 1966, après vingt ans de carrière, elle renonce au cinéma pour assister ses vieux parents avec qui elle vit jusqu'à leur mort. Elle revient néanmoins au grand écran dans un rôle de prostituée blonde dans un sketch de Mazzabubù... Quante corna stanno quaggiù? (it) (1971), après lequel elle ne fait plus qu'une seule apparition dans son propre rôle dans Il tassinaro (it) d'Alberto Sordi en 1983.

Elle a résidé dans la principauté de Monaco. En 2003, elle est nommée grand officier de l'Ordre du Mérite de la République italienne.

Silvana Pampanini meurt à Rome le 6 janvier 2016 à l'âge de 90 ans[1],[2].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Gino Cervi et Silvana Pampanini dans O.K. Néron !.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • 1999 : Tre stelle : la mère de Paola

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Fulvia Caprara, Addio a Silvana Pampanini, la bellezza sfrontata., La Stampa, 6 janvier 2016
  2. (it) « Addio a Silvana Pamparini la grande attrice aveva 90 anni », sur Repubblica.it,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Crédits d'auteurs[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]