Serge Perrault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perrault.
Serge Perrault
Nom de naissance Serge Leplat
Naissance
Paris, France
Décès
Agon-Coutainville
Activité principale Danseur
Style Danse classique
Danse moderne
Activités annexes Enseignant à l'Opéra de Paris
Années d'activité Depuis 1943
Formation École du Ballet de l'Opéra de Paris

Serge Perrault, né Serge Leplat à Montmartre à Paris en 1920, mort à Agon-Coutainville le est un danseur et pédagogue français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Serge Perrault est le demi-frère de la danseuse Lycette Darsonval[1]. Il est formé à l'école de l'Opéra de Paris mais aussi auprès de Lucette Almanzor[2], la seconde épouse de Louis-Ferdinand Céline. Il entre dans le corps de ballet de l'Opéra en 1943, qu'il quitte en 1947. Il crée le rôle du Toréador dans Carmen de Roland Petit à Londres en 1949. Il dansera avec des étoiles comme Michel Renaud, Lycette Darsonval (dont il est le frère), Yvette Chauviré. Comédien-danseur dans la troupe de Jean-Louis Barrault, distribué dans Hamlet, il effectuera une tournée aux États-Unis en 1952.

Il tient le rôle de Max dans le film de Henri Decoin, Folies-Bergère en 1957.

Serge Perrault est également un enseignant de danse depuis 1957, tout d'abord au Conservatoire de Créteil, puis de 1977 à 1987 donne des cours de danse à titre de « professeur de perfectionnement » à l'école de l'Opéra de Paris[1]. Depuis 1996, il est professeur de pédagogie de l'Opéra de Paris. Il forme à la danse classique le futur écrivain David di Nota, son élève.

Serge Perrault et Céline[modifier | modifier le code]

Ami de Gen Paul, qui l'hébergea en 1944 pour échapper au Service du travail obligatoire[3], et de Louis-Ferdinand Céline qu'il fréquenta d'abord à Montmartre, puis à Meudon jusque dans les tout derniers jours de sa vie[4], il est l'auteur de Céline de mes souvenirs paru en 1992. Serge Perrault fut de ce fait un témoin privilégié de la passion de Céline pour la danse.

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ricaux et l’Ecole italienne, témoignage de Serge Perrault, sur le site www.augustevestris.fr le 14 novembre 2010.
  2. Céline, Henri Godard, coll. Biographies, éditions Gallimard, 2011, (ISBN 978-2070121922), p.393
  3. Ibid, p.359
  4. Ibid p.523 et 528.

Liens externes[modifier | modifier le code]