Scratch (langage)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Scratch.
image illustrant un logiciel libre
Cet article est une ébauche concernant un logiciel libre.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Scratch
Logo.

Date de première version 2006
Paradigmes Objet
Auteur Mitchel Resnick (en)
Développeurs MIT Media Lab Lifelong Kindergarten Group
Dernière version 2.0 ()[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Typage dynamique
Influencé par Logo, Smalltalk, HyperCard, StarLogo (en), AgentSheets (en), Etoys (en)
Système d'exploitation Mac OS, Windows, Linux
Licence GPLv2 pour une version et Scratch Source Code License[2]
Site web scratch.mit.edu et scratch.mit.eduVoir et modifier les données sur Wikidata
Extension de fichier sb, sb2, sprite et sprite2Voir et modifier les données sur Wikidata

Scratch est une implémentation visuelle et dynamique du langage de programmation Smalltalk fondée sur Squeak.

Cette plateforme d'apprentissage de codage comporte de plus de 14,5 millions de projets partagés allant de l'animation à la simulation 3D. Le nombre d'utilisateurs enregistrés est de 12 millions et ne cesse d'augmenter[3].

Vue d’ensemble[modifier | modifier le code]

  • Scratch est dynamique : il permet de modifier le code du programme en cours d'exécution.
  • Scratch est orienté multimédia avec pour objectif l'enseignement de l'univers informatique aux enfants, il est basé sur la manipulation des objets dans la pure tradition des E-Toys (en) connus sous Squeak, tout comme les sons et les vidéos.
  • Scratch est visuel, tout le code est directement inscrit dans la langue maternelle de l'enfant (une vingtaine de langues européennes sont disponibles) sous forme de briques en couleurs (par exemple les contrôles en orange, les variables en rouge, les mouvements en bleu). Il permet de mettre en œuvre visuellement concepts de base de la programmation tels que les boucles, les tests, les affectations de variables.
  • Scratch permet ainsi à l'enseignant de diffuser sa pédagogie au moyen de l'interactivité quasi-ludique des objets manipulés par ces briques logicielles. Le nom de Scratch provient du Turntablism, cet art de mélanger des sons grâce aux tables de mixage, comme cette vision de réutiliser des objets.
  • Scratch permet de rendre utilisable en ligne les projets réalisés, au moyen du plugin Adobe Flash Player lequel transforme les projets Scratch en applications web.

Utilisation comme langage d'enseignement[modifier | modifier le code]

Environnement de programmation Scratch en français.

Les domaines d'utilisation de Scratch dépassent l'univers scolaire, mais une forte communauté d'enseignants, d'étudiants, de passionnés, exposent et partagent sur le site de Scratch leurs créations, leur créativité et leurs développements.

Le slogan de Scratch est « Imagine·Programme·Partage ! ». Le partage est en effet un fondamental de la pédagogie de Scratch. Recycler des projets existants pour en inventer de nouveaux, telle est la conception de ce micromonde.

Scratch est un environnement de développement, de site web, et un lecteur de scripts Scratch.

Le code source de Scratch est encore en développement. Il est distribué sous deux licences dont la licence GPL. Toutefois, Scratch et d'autres éléments sont des marques déposées (trademarks), dont la re-distribution est soumises à contraintes [4]. Une version ne contenant pas les marques déposées est mise à disposition et permet de distribuer des modifications éventuelles avec une licence GPL. Quelle que soit la version libre ou non, Scratch nécessite des logiciels non libres pour fonctionner, tel Adobe Flash Player.

Dans le monde francophone, des Coding goûters sont organisés autour des outils Scratch avec une communauté spécifique[5].

Scratch dans la réforme française du collège de 2015[modifier | modifier le code]

Avec la réforme des collèges en France de 2015 apparaît les notions de codage et de programmation, et la plateforme d'apprentissage Scratch peut être utilisée dans ce cadre. Le sujet 0 du DNB d'Éduscol[6] contient d'ailleurs un exercice dont les questions portent sur des algorithmes réalisés avec Scratch[6].

Différents groupes académiques en mathématiques (au travers des travaux académiques mutualisés[7] et de l'appel à projet 2016) diffusent des scénarios d'usages de Scratch pour l'enseignement[8].

Les différentes briques de codage[modifier | modifier le code]

Le langage Scratch est constitué de multiples briques permettant d'exécuter une action précise. Il existe 10 catégories de briques différentes (classées par couleurs)[9] :

Couleur                    
Catégorie Mouvement Contrôle Événements Apparence Capteurs Sons Opérateurs Stylo Données Ajouter blocs

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Scratch 2.0 will be released on May 9 » (consulté le 24 décembre 2015)
  2. Ce logiciel même en version libre nécessite pour fonctionner des logiciels non libres tels Adobe Flash.
  3. « Scratch Statistiques », sur https://scratch.mit.edu,‎ (consulté le 20 mars 2015).
  4. Le code source de la version GPL.
  5. http://codinggouter.org/doku.php.
  6. a et b « Actualités - DNB 2017 », sur Éduscol (consulté le 23 avril 2016).
  7. « Algorithmique en mathématiques du collège au lycée (2015/2016) », sur Éduscol (consulté le 24 avril 2016)
  8. « Les académies », sur Éduscol (consulté le 24 avril 2016).
  9. « Scratch », sur https://scratch.mit.edu/,‎ (consulté le 20 mars 2015).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]