Sargans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sargans
Blason de Sargans
Héraldique
Vue du château de Sargans.
Vue du château de Sargans.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Saint-Gall Saint-Gall
Circonscription électorale Sarganserland
NPA 7320
N° OFS 3296
Démographie
Population 6 026 hab. (31 décembre 2015)
Densité 638 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 02′ 00″ nord, 9° 26′ 00″ est
Altitude 480 m
Superficie 945 ha = 9,45 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Saint-Gall

Voir sur la carte administrative du Canton de Saint-Gall
City locator 14.svg
Sargans

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Sargans

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Sargans
Liens
Site web www.sargans.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Sargans est une commune suisse du canton de Saint-Gall, située dans la circonscription électorale de Sarganserland.

Géographie[modifier | modifier le code]

La cité historique est située à l’intersection des axes ferroviaires et autoroutiers nord-sud (Saint-Gall-Coire) et ouest-est (Zurich-Coire), au pied du Gonzen qui culmine à 1 380 mètres d’altitude.

À l’est, le territoire communal est limité par le Rhin et a une frontière commune avec le Liechtenstein.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mentionnée pour la première fois en 765 dans le testament de Tello sous le nom de Senegaune, la bourgade a été le siège des comtes de Werdenberg-Sargans au XIIIe siècle. Son statut de ville est attesté dès 1337. Depuis le XIIIe siècle, une imposante forteresse domine le bourg. Elle a servi de résidence aux comtes, puis aux baillis.

Le village a été détruit par les flammes à trois reprises, en 1405, en 1445 et en 1811.

Depuis 1803, Sargans fait partie du canton de Saint-Gall.

Construite entre 1939 et 1944, la fortification de Sargans fut un élément important du dispositif de défense connu sous le nom de Réduit national.

Économie[modifier | modifier le code]

L'extraction du minerai de fer rouge est attestée dès le IIe siècle av. J.-C. à Gonzen. L’exploitation s’est poursuivie jusqu’en 1966.

La localité abrite de nombreuses entreprises industrielles. La plus importante est la fabrique de machines textiles Stäubli.

Transports[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Arthur Dürst, géographe[3]

Curiosités[modifier | modifier le code]

  • Hôtel-de-ville
  • Château Site sur le château
  • Église paroissiale Saints-Oswlad-et-Cassian
  • Chapelle de Marie
  • Mines de fer

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2015 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 6 mars 2017).
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. « Arthur Dürst » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :