San Francisco (chanson de Maxime Le Forestier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir San Francisco (homonymie).
San Francisco
Description de cette image, également commentée ci-après
La maison bleue, à San Francisco
Single de Maxime Le Forestier
extrait de l'album Mon frère
Face B Ça sert à quoi ?
Les Jours meilleurs (1989)
Sortie 1972
1989 (Live)
Durée 2:45
Genre Chanson française
Auteur-compositeur Maxime Le Forestier
Label Polydor, PolyGram

Pistes de Mon frère

San Francisco est une chanson de Maxime Le Forestier publiée en 1972 sur l'album Mon frère.

Histoire de la chanson[modifier | modifier le code]

En 1971, Catherine Le Forestier, accompagnée de son frère Maxime à la guitare, remporte le premier prix du festival de Spa. Avec l'argent ainsi gagné, ils décident de partir tous les deux pour San Francisco. Ils se rendent alors à l'adresse que leur a confiée Luc Alexandre, un ami belge qui leur assure que la ville est faite pour eux. Ils y restent plusieurs semaines, au milieu d'une communauté hippie baptisée « Hunga Dunga » où se côtoient entre autres des déserteurs du Viêt Nam et des homosexuels[1].

De retour en France, Maxime reçoit une lettre accompagnée de dessins que lui ont envoyés les habitants de la maison bleue. Ne parlant que très peu l'anglais et pour les remercier de leur accueil, il décide de leur envoyer une chanson plutôt qu'un courrier et c'est ainsi qu'il écrit et compose rapidement San Francisco[2]. Titre joué à la guitare, il évoque cette maison habitée par les hippies.

L'histoire de la communauté Hunga Dunga et de la maison bleue, relatant notamment le séjour de Catherine et Maxime Le Forestier ainsi que la genèse de la chanson, est racontée par Phil Polizatto (le « Phil à la kena » du deuxième couplet) dans l'ouvrage C'est une maison bleue…[3].

La maison bleue[modifier | modifier le code]

De style victorien, la maison est située au 3841 de la 18e rue (37° 45′ 39,7″ N, 122° 25′ 45,56″ O), dans le Castro[4].

À l'occasion des 40 ans de carrière de Maxime Le Forestier, sa maison de disques propose aux propriétaires de la maison – qui entre-temps a été peinte en vert[5] – de lui redonner sa couleur bleue[6]. Le , le chanteur donne le dernier coup de pinceau et le , une plaque y est apposée portant l'inscription « En 1970, Maxime Le Forestier s'est inspiré de cette maison bleue pour l'écriture d'un de ses tout premiers succès, San Francisco » accompagnée d'une reproduction de la pochette de l'album Mon frère[6].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Brigitte Huault, Sophie Delassein, Maxime Le Forestier - C'est une maison bleue, documentaire diffusé sur France 3 le .
  2. Maxime Le Forestier, de "La Maison bleue" à "Né quelque part", journal de France 3, juillet 2011.
  3. Phil Polizatto (trad. de l'anglais par François Vincent), C'est une maison bleue… : Confessions d'un éternel hippie [« Hunga Dunga – Confessions of an Unapologetic Hippie »], Paris, Les Arènes, , 237 p. (ISBN 978-2-35204-754-4, lire en ligne).
  4. «C'est une maison bleue...» que Le Forestier retrouve à San Francisco, leParisien.fr, le 22 juin 2011.
  5. « Maxime Le Forestier repeint sa "maison bleue" », sur Nouvel Obs, .
  6. a et b « "C'est une maison bleue..." que Maxime Le Forestier retrouve à San Francisco », sur LePoint.fr, (consulté le 2 juin 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]