Saintine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Xavier Boniface Saintine
Saintine.jpg

Saintine, gravure de Bocourt.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Œuvres réputées
Le Chemin des écoliers. Promenade de Paris à Marly-le-roy en suivant les bords du Rhin (d), PicciolaVoir et modifier les données sur Wikidata
Antoine, 1839

Joseph-Xavier Boniface dit Saintine (né à Paris 10 juillet 1798 et mort à Paris 21 janvier 1865) est un romancier et dramaturge français, connu en particulier pour son roman Picciola.

Il est le frère cadet du pédagogue Alexandre Boniface (1790-1841).

Biographie[modifier | modifier le code]

À Paris, son père est professeur au collège de la Marche et sa mère, lingère au carrefour de Buci. En 1814, sans participer à aucun combat, il est enrôlé d'office dans l'armée. Domicilié à la rue du Vieux-Colombier, il se destine à la profession de médecin en suivant des études à l'Hôtel-Dieu de Paris. Il est employé comme secrétaire auprès de l'académicien Louis-Philippe de Ségur et se détourne de ses études de médecine[1].

Il publie son premier ouvrage « Hommage aux braves morts le 18 juin 1815 au Mont Saint-Jean », puis en 1817, « Le bonheur que procure l’étude dans toutes les situations de la vie », poème qui a partagé le prix de poésie avec Pierre-Antoine Lebrun[2] au jugement de l'Académie française[3], à l'âge de 22 ans[4].

L'année suivante, il publie « La clémence » qui remporte le prix de poésie proposé par la Société d'émulation de Cambrai (Nord)[3]. La séance du 25 août 1822 de l'Académie française, lui décerne le prix de poésie pour la parution de « La renaissance des lettres et des arts sous François 1er », a partager avec Édouard Mennechet[5]. La critique a rédigé : « On a trouvé généralement la pièce de M. Saintine de beaucoup supérieure à celle de M. Mennechet pour le plan et l'exécution et l'on s'étonne que ce dernier ait pu lui disputer le prix » et d'apporter le commentaire : « L'idée qu'à eu M. Saintine de faire adresser une épitre à Érasme par Budée pour l'engager à venir se fixer en France est ingénieuse. Malgré l'ingratitude du sujet, M. Saintine a prouvé qu'il était poète »[3].

Avec la parution des contes philosophiques et moraux « Jonathan le Visionnaire » en 1825, la critique reporte : « Les contes de M. Saintine sont surtout remarquables par le style : les uns se distinguent par l'élévation, les autres par la grâce des détails, celui-ci par la simplicité, celui-là par une gaieté constamment soutenue. On lui reproche toutefois de n'avoir pas inventé tous ses sujets et de les avoir empruntés à des auteurs trop connus »[3].

En 1836, il publie Picciola, un roman sur le comte de Charney, prisonnier politique enfermé au Piémont, qui fut traduit dans de nombreuses langues et connut un certain succès en Europe[6].

En 1860, il fait la demande auprès des autorités pour que Gustave Doré soit décoré en tant que Chevalier de la Légion d'honneur[7].

Auteur de près de deux cents[réf. nécessaire] pièces de théâtre et romans[8], il a écrit sous différents noms de plume, tel que : Saintine, Ernest, Henry, X. B. Saintine, Joseph Xavier Saintine, Xavier, Xavier Saintine, Xavier Boniface de Saintine ou Xavier Boniface[9]. Trouvant son nom peu poétique, il le change par le pseudonyme de Saintine qui était le nom du village où sa mère était née, dans le département de l'Oise[3].

Il est inhumé au cimetière Bouilhet[10] situé sur la commune de Marly-le-Roi (Yvelines).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les ouvrages
  • Xavier Boniface, Hommage aux braves morts le 18 juin 1815 au Mont Saint-Jean : suivi de : Suicide (pièce élégiaque), L'aigle et les lys (allégorie) et Stances sur l'Arc de Triomphe du Carrousel, Paris, Imp. Mame frères, , 15 p., in-8° (OCLC 633105986, présentation en ligne, lire en ligne)
  • X. Boniface de Saintine, Le bonheur que procure l’étude dans toutes les situations de la vie, Paris, impr. Firmin Didot, , 11 p., in-8° (présentation en ligne)
  • X. B. Saintine, Poèmes, odes, épitres et poésies diverses, Paris, impr. Firmin Didot, , br, 248 p., in-8° (présentation en ligne, lire en ligne)
  • Jonathan le Visionnaire, contes philosophiques et moraux (1825) [1]
  • Histoire des Guerres d'Italie, Campagne des Alpes (1826)
  • Histoire de la Civilisation antédiluvienne (1830)
  • Le Mutilé (1832) [2]
  • Une Maîtresse de Louis XIII (1834), en 2 volumes [3] & [4]
  • Picciola (ill. Léopold Flameng), Paris, J. Hetzel, coll. « Bibliothèque d'éducation et de récréation », , 40e éd. (1re éd. 1836), 342 p., in-8 (notice BnF no FRBNF43690114, lire en ligne)
  • Les Soirées de Jonathan (1837), en 2 volumes [5] & [6]
  • Antoine, l'ami de Robespierre (1839) [7]
  • Les Récits dans la Tourelle : Un Rossignol pris au Trébuchet, etc. (1844) [8]
  • Les Métamorphoses de la Femme (1846) [9]
  • Les trois Reines (1853)
  • Seul ! (1857)
  • Chrisna (1860) [10]
  • Trois ans en Judée (1860) [11]
  • La belle Cordière et ses trois amoureux (1861)
  • Le Chemin des écoliers (1861) ; dont une édition illustrée de 450 vignettes par Gustave Doré, grand in-8, broché [12]
  • Contes de toutes les couleurs : Léonard le cocher, etc. (1862) [13]
  • La Mythologie du Rhin (1862) ; dont une édition illustrée par Gustave Doré, grand in-8, broché [14]
  • La Mère Gigogne et ses trois filles : La nature et ses trois règnes ; causeries et contes d'un bon papa sur l'histoire naturelle et les objets les plus usuels (1863), grand in-8, illustré de 171 vignettes par Foulquier et Faguet, broché [15]
  • La Seconde Vie (1864)
Les pièces de théâtre

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Saintine (Joseph-Xavier Boniface, dit) 1798-1865, sur le site théâtre-documentation.com (consulté le 22 décembre 2017)
  2. Ancien sénateur du Second Empire, publié le 8 mars 2016 sur le site Senat.fr (consulté le 23 décembre 2017)
  3. a, b, c, d et e Alphonse Rabbe, Vieilh de Boisjolin et Charles Claude Binet de Sainte-Preuve, Biographie universelle et portative des contemporains, t. 4, Paris, F. G. Levrault, , 1639 p., in-8° (présentation en ligne, lire en ligne), p. 1218 (consulté le 23 décembre 2017)
  4. Une Société de gens de lettres et de savants, Biographie des hommes vivants, t. 5, Paris, Michaud, , 556 p., in-8° (notice BnF no FRBNF33270126, présentation en ligne, lire en ligne), p. 282 (consulté le 22 décembre 2017)
  5. Frises chronologiques d'Édouard Mennechet (1794-1845), publié le 7 février 2017 sur le site Data.bnf.fr (consulté le 23 décembre 2017)
  6. Affichage des langues et éditions disponibles, sur le site WorldCat (consulté le 23 décembre 2017)
  7. [PDF] Demande de Légion d'Honneur pour Gustave Doré, page 43/129, publié en 2005 par Martine Plouvier, sur le site des Archives nationales (consulté le 23 décembre 2017)
  8. Liste des publications sur Wikisource (consulté le 22 décembre 2017)
  9. Autres formes du nom : X. B. Saintine, mise à jour du 7 février 2017 sur le site Data.bnf.fr (consulté le 26 décembre 2017)
  10. Marly-le-Roi : Cimetière Bouilhet, publié le 27 mars 2009 par Philippe Landru, sur le site Cimetières de France et d’ailleurs (consulté le 26 décembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :