Safari Club

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Safari Club est une alliance de services de renseignement mise en place en 1976 destinée à contrer l'influence communiste en Afrique.

Ses membres formels étaient l'Iran, l’Égypte, l'Arabie saoudite, le Maroc et la France. Ce groupe entretenait des liens informels avec les États-Unis.

Il faut noter le rôle de Alexandre de Marenches et se souvenir de ses liens très forts avec les Anglo-Saxons (via sa mère et son épouse notamment). Alexandre de Marenches connaissait depuis longtemps des gens comme Vernon Walters et Robert Murphy. Il était également très lié au roi Hassan II. Il a quitté le SDECE quand François Mitterrand a accepté la présence de communistes dans le gouvernement français. Son anti-communisme ne faisait aucun doute.

Un second personnage que l'on peut relier au "Safari Club" est Ted Shackley, même si on ne peut pas dire qu'il était un "membre" du Club.

Enfin, il faut parler de Adnan Khashoggi ("l'homme le plus riche du monde"), très proche des services secrets saoudiens. Il a acheté la propriété "Safari Club" au Kenya, où les réunions se déroulaient. Le nom "Safari Club" est resté celui de l'association même quand elle a quitté le Kenya pour installer son siège en Egypte.

Alexandre de Marenches n'aimait pas Jimmy Carter et deviendra un conseiller de Ronald Reagan après avoir quitté le SDECE. Il faut noter que Jimmy Carter n'avait pas pu éviter la chute du Shah d'Iran (membre du "Safari Club").

Quand le "Safari Club" a-t-il cessé d'exister ? Certains pensent que c'est quand Alexandre de Marenches a quitté le SDECE mais il est bien possible qu'il ait fonctionné d'une façon ou d'une autre par après.

Opérations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie en français[modifier | modifier le code]

Le numéro 3758 de la Revue des deux Mondes, paru en juillet-août 2014, a pour principal sujet d'étude et de réflexions la série SAS ; elle porte le titre : « G. de Villiers : enquête sur un phénomène français ». Un article de Robert F. Worth (en), Le romancier qui en savait trop, initialement publié dans The New York Times du 30 janvier 2013, affirme qu'Alexandre de Marenches « a contribué à créer un réseau international opaque d'agents du renseignement connu sous le nom de Club Safari, qui livrait des batailles clandestines contre les agents soviétiques en Afrique et au moyen-Orient » (p. 43 de la revue).

Bibliographie en anglais[modifier | modifier le code]

  • Rachel Bronson, Thicker than Oil : Oil:America's Uneasy Partnership with Saudi Arabia, Oxford University Press, 2006. (ISBN 9780195167436)
  • Mohamed Hassanein Heikal, Iran : The Untold Story: An Insider's Account of America's Iranian Adventure and Its Consequences for the Future, éd. Pantheon, 1982. (ISBN 0-394-52275-3)
  • John Cooley, Unholy Wars : Afghanistan, America and International Terrorism, Pluto Press, 1999 (3e édition : 2002). (ISBN 9780745319179)
  • Lefebvre, Jeffrey A, Arms for the Horn : U.S. Security Policy in Ethiopia and Somalia, 1953–1991, University of Pittsburgh Press, 1992. (ISBN 9780822985334)
  • Mahmood Mamdani, Good Muslim, Bad Muslim : America, the Cold War, and the Roots of Terrorism, éd. Pantheon, 2004. (ISBN 0-375-42285-4)
  • Miglietta, John P., American Alliance Policy in the Middle East, 1945-1992 : Iran, Israel, and Saudi Arabia., Lanham, Lexington Books, 2002. (ISBN 9780739103043)
  • Peter Dale Scott, The Road to 9/11 : Wealth, Empire, and the Future of America, University of California Press, 2008. (ISBN 9780520258716)
  • Peter Dale Scott, American War Machine : Deep Politics, the CIA Global Drug Connection, and the Road to Afghanistan, Blue Ridge Summit, Rowman & Littlefield, 2010. (ISBN 9781442205895)
  • Joseph J. Trento, Prelude to Terror : Edwin P. Wilson and the Legacy of America's Private Intelligence Network, Carroll & Graf (Avalon), 2005. (ISBN 9780786717668)