Cry Me a River

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cry Me a River
Description de cette image, également commentée ci-après
Julie London, en 1948.
Chanson de Julie London
extrait de l'album Julie Is Her Name (en)
Sortie Octobre 1961
Enregistré Août 1955
Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 2:36
Genre Standard de jazz, jazz vocal, easy listening, jazz blues, musique de film
Format Disque microsillon
Auteur-compositeur Arthur Hamilton
Producteur Bobby Troup
Label Liberty Records
Classement Grammy Hall of Fame Award, Registre national des enregistrements du Congrès des États-Unis

Clip vidéo

[vidéo] Julie London - Cry Me A River (1955) sur YouTube
[vidéo] Julie London - Cry Me A River - A cappella sur YouTube.

Cry Me a River (pleure-moi une rivière, en anglais) est un standard de jazz américain, chanson d'amour jazz blues de l'auteur-compositeur Arthur Hamilton[1],[2], enregistrée en single par la chanteuse-actrice américaine Julie London, chez Liberty Records, extrait de son 1er album Julie Is Her Name (en) de 1955[3], et pour la musique du film La Blonde et moi de Frank Tashlin de 1956. Un des succès international emblématique de sa carrière, et du cinéma américain[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Julie London, en 1958

Cette chanson d'amour est composée dans le style de la musique western nostalgique Rivière sans retour, de Marilyn Monroe[5] de 1954. Arthur Hamilton écrit et compose cette ballade jazz-blues, à l'origine, pour Ella Fitzgerald, pour la musique du film La Peau d'un autre, de 1955, mais elle n'est finalement pas retenue[6].

La jeune actrice-chanteuse inconnue Julie London devient alors une célébrité américaine internationale[7] en enregistrant ce premier single de sa carrière, accompagnée de deux instruments de musique, Barney Kessel à la guitare électrique, et Ray Leatherwood (en) à la contrebasse[8], pour la musique du film La Blonde et moi de la Twentieth Century Fox (1956), où elle joue son propre rôle. Le titre atteint alors la 9e place des ventes du Billboard américain[9],[10],[11].

Ella Fitzgerald l'enregistre finalement à son tour avec succès sur son album Clap Hands, Here Comes Charlie! de 1961[12].

Cinéma, musique de film[modifier | modifier le code]

Reprises[modifier | modifier le code]

Ce standard de jazz est repris depuis par de très nombreux interprètes, dont :

Adaptations en français

Quelques distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]