Sabine Hettner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sabine Hettner
SabineHettner.jpg
Sabine Hettner dans son atelier à Paris
Naissance
Décès
(à 79 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Sabina Hettner
Nationalité
Activité
signature de Sabine Hettner
signature

Sabine Hettner est une artiste peintre française, née le à Florence et morte en à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sabine Hettner peint et dessine dès son enfance, illustrant les livres de la bibliothèque familiale[1]. Elle acquiert ses aptitudes artistiques et artisanales en grande partie auprès de son père Otto Hettner (1875-1931), peintre et sculpteur à Dresde, et par les amis de ce dernier, Oskar Kokoschka et Otto Dix, qui tous étaient professeurs à l’Académie de Dresde. Son frère aîné, Roland Hettner, élève d’Otto Dix, est installé en Italie en tant que peintre et céramiste. Sa mère, Jeanne Hettner, est d’origine française.

Elle est la filleule de Gerhart Hauptmann. La bibliothèque d'État de Berlin conserve une part de sa correspondance des années 1923 et 1926 avec ce dernier[2] dont elle est illustratrice du livre Hanneles Himmelfahrt dans sa réédition de 1926 à Dresde.

La plus large part de la vie de Sabine Hettner se situe ensuite à Paris où, entre 1937 et 1939, elle est, à l'instar de Roger Blin, Max Ernst, Jacques Prévert ou Jacqueline Laurent, photographiée par le peintre Wols qui s'y trouve alors photographe de portraits[3]. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle épouse un juif français qui, adoptant le nom de Hettner, échappe de la sorte à la poursuite des Nazis.

Après la guerre, le mariage est dissous et Sabine Hettner reçoit le droit de résidence à vie dans le quartier parisien de Saint-Germain-des-Prés, dans un atelier situé au n°16 de la rue de Saint-Simon et qu'elle habitera jusqu’à la fin de ses jours, allant passer ses étés à Ramatuelle (Var)[1]. Elle est l'amie des peintres Sonia et Robert Delaunay, installés à la même adresse parisienne.

À partir de 1946, elle expose régulièrement en France[4], mais aussi en Italie, en Espagne et an Allemagne, notamment au musée ethnologique (Museum für Völkerkunde) de Hambourg (1960), à Gronau-Epe (1980, 1983)[5].

Sabine Hettner a créé de nombreuses œuvres (à l’huile, à la gouache, des dessins). Après une courte période figurative, elle s’est orientée « vers une peinture informelle, mais empreinte de composantes de l'univers comme la mer, la terre, le soleil, le monde végétal, minéral et cosmique »[1].

Ses œuvres ne portent pas de titre. Sa signature initiale est « S. Hettner ». Après une rencontre avec Pablo Picasso, elle signera de son nom complet. Picasso avait été enthousiasmé par ses œuvres.

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Une abstraction très personnelle qui tire des univers minéral, aquatique ou végétal, des images toujours expressives, sensibles et oniriques. L'artiste pratique un paysagisme abstrait dont Raphaël Valensi dit : "chacune de ses toiles témoigne d'une communion panthéiste avec les entrailles de la nature. Des courants telluriques traversent son œuvre qui se trouve ainsi au diapason de notre temps". » - Gérald Schurr[10]
  • « Elle a travaillé à Paris, dans le Midi de la France, en Italie et en Espagne. Elle s'est d'abord fait connaître par des paysages d'Espagne, libres de l'hispanisme conventionnel, s'attachant à traduire le caractère dramatique des plus humbles villages ainsi que des faubourgs des grandes villes de la péninsule. On lui doit aussi des paysages parisiens ainsi que des portraits d'une robuste écriture. Sa peinture a ensuite évolué et peut se rattacher aussi bien à l'abstraction lyrique qu'au paysagisme abstrait. » - Dictionnaire Bénézit[8]

Collections privées[modifier | modifier le code]

  • Henri Braun-Adam[11].
  • Bernie Schilling et Drew Knapton[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Millon SVV, 5 avenue d'Eylau, Paris XVIe: Catalogue de la vente de l'atelier Sabine Hetnner, Hôtel Drouot, vendredi 25 avril 2008.
  2. Bibliothèque d'État de Berlin, Conservation de la correspondance Sabine Hettner - Gerhart Hauptmann
  3. Sotheby's, « Sabine Hettner par Wols », Collection Henry Buhl, 12 et 13 décembre 2012, n°169 du catalogue
  4. Lucien Barroz, « Sabine Hettner a installé une exposition de ses peintures » Le Dauphiné libéré, 24 juillet 1963 ; Le Nouveau Journal, 18 juin 1982.
  5. Bilder des Mysteriösen, Ausstellung in der Galerie van Almsick. Westfälische Nachrichten, 17 mai 1980
  6. « Exposicion Sabine Hettner », ABC, 26 avril 1946, page 24.
  7. La Gazette de l'Hôtel Drouot, vendredi 18 avril 2008.
  8. a et b Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, vol.7, page 17.
  9. a et b Southern Alleghenies Museum of Art, Catalogue de la collection Bernie Schilling et Drew Knapton, 2017
  10. Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996, page 429.
  11. Drouot Presse, La collection Henri-Braun-Adam, un destin au service de l'art, novembre 2013

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Suzanne Prou: Sabine Hettner dans: Galerie du Sénat (Tome 1: Les artistes de l'année 1990), Imprimerie Montibus, Saint-Léonard de Noblat, 1991.
  • Gérald Schurr: Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996.
  • Emmanuel Bénézit: Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999. Voir tome 7.

Liens externes[modifier | modifier le code]