École supérieure des beaux-arts de Dresde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
École des beaux-arts de Dresde
Histoire et statut
Fondation
Type
Nom officiel
Kunsthochschule Dresden
Régime linguistique
Recteur
Matthias Flügge
Localisation
Campus
Urbain
Localisation
Pays
Localisation sur la carte d’Allemagne
voir sur la carte d’Allemagne
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
599 (WS 2012/13)[1]
Divers
Membre de
Association pour le soutien d’un réseau de recherche en Allemagne (en), Hochschulrektorenkonferenz. Allemagne (en), German University Sports Federation (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

L’École des beaux-arts de Dresde (HfBK Dresden, Kunsthochschule Dresden ou Kunstakademie Dresden), fondée à Dresde en 1764, est l'une des plus anciennes écoles d'art d'Allemagne.

Implantation[modifier | modifier le code]

Le 6 février 1764, le prince Xavier de Saxe devient l'administrateur-fondateur d'une nouvelle académie de peinture (Kunstakademie), au nom de son neveu encore dans sa minorité, le prince-électeur Frédéric-Auguste Ier de Saxe. L'institution comprend dans un premier temps un second établissement, plus petit, situé à Leipzig, subordonné à celui de Dresde, la future Hochschule für Grafik und Buchkunst Leipzig.

Académie des beaux-arts des Terrasses Brühl[modifier | modifier le code]

L’Académie des beaux-arts sur la Terrasse Brühl, vue de l'église Notre-Dame.

L’Académie des beaux-arts, l’un des trois bâtiments formant l’école aujourd’hui, occupe l’un des plus beaux endroits de la ville, la Terrasse Brühl, à côté de l’église Notre-Dame. C’est Constantin Lipsius qui a conçu cet édifice rectangulaire à cour intérieure de style historicisant, construit entre 1887 et 1894. Il a été critiqué à l'époque pour son aspect massif, qui gâchait un des plus beaux aménagements urbains d'alors. Cet édifice, bien reconnaissable à sa coupole de verre en forme de presse-citron abritait, outre l’Académie des beaux-arts, les salles d'exposition de la Société des beaux-arts de Saxe, et depuis 2005 cet espace est devenu la Kunsthalle des Collections nationales de Dresde. En 1945, tous ces édifices avaient été endommagés par les flammes. Dès 1952, les remises en état furent suffisantes pour que les cours de l’Académie puissent reprendre. De 1991 à 2002, la pavillon Lipsius fit l'objet d'une réparation complète, et les ailes détruites lors de la dernière guerre ont été reconstruites. Les ateliers, le rectorat et les salles d'exposition (où se déroule chaque année la remise des diplômes) se trouvent sur la terrasse Brühl.

L'école des arts décoratifs[modifier | modifier le code]

L'école des arts décoratifs dans la Güntzstrasse.
Cour intérieure côté Güntzstrasse.

Les ateliers du cursus Restauration, scénographie et costume se trouvent au no 34 de la Güntzstrasse, dans le quartier de Johannstadt, ainsi que le cursus « décoration théâtrale ».

Les ateliers de sculpture[modifier | modifier le code]

L'école dispose en outre, et toujours dans Johannstadt, d'un département sculpture aux no 81-83 de la Pfotenhauerstrasse, dont les ateliers ont été construits en 1910 sur un terrain vague. Tous les ans, au début du mois de juillet, les remises de diplôme se partagent entre la Terrasse Brühl et ce bâtiment de la Pfotenhauerstrasse.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1764, l'électeur Frédéric-Christian créait dans sa capitale une Académie générale de peinture, de sculpture, de gravure et d'architecture. Cette académie était en quelque sorte l'héritière de l’École de dessin et de peinture de Dresde, fondée en 1680, ce qui en fait l'une des plus anciennes académies des beaux-arts du monde germanophone. Elle occupa d'abord la maison des Fürstenberg, de 1768 à 1786, avec pour premier directeur le peintre français Charles-François Hutin[2]. À la mort de Hutin, en 1776, l’institut fut repris en alternance par Johann Eleazar Zeissig, dit Schenau, et Giovanni Battista Casanova.

L'École polytechnique de l’Antonsplatz accueillit en 1875-1876 l'École royale d'Artisanat de Saxe (Sächsische Kunstgeswerbeschule). Le musée des beaux-arts en devint l'un des départements en 1876. En 1906-1908, cette institution déménagea dans le Neubau qui lui était destiné. En 1914, le musée devint indépendant de l'école, et il possède aujourd'hui son siège au château de Pillnitz. La Kunstgewerbeschule est devenue l’École nationale d'artisanat (Staatliche Hochschule für Werkkunst), et a fusionné en 1950 avec l’Akademie der Bildenden Künste Dresden pour former la Hochschule für Bildende Künste Dresden.

Les cursus[modifier | modifier le code]

Les cursus beaux-arts (peinture, graphisme, sculpture, audiovisuel) comportent dix semestres et sont sanctionnés par un diplôme.

Le cursus Technologie, conservation et restauration du patrimoine artistique et culturel est, parmi les formations de niveau réellement universitaire, l'un des plus anciens et des plus renommés d’Allemagne. Le cursus décoration théâtrale et costumes et le diplôme de spécialisation scénographie, par leur orientation professionnelle vers les arts de la création, sont presque uniques en Allemagne.

Avec l'ouverture d'un laboratoire théâtral en avril 2000 dans la Güntzstrasse, l'école s'est dotée d'un espace de création et d'essai permettant aux étudiants de la filière théâtre de réaliser de nouveaux types de projets.

La formation de 3e cycle Kunst-Therapie, ouverte en 1996[3], n'est plus dispensée qu'a l’École des beaux-arts de Weissensee à Berlin. Il est destiné aux artistes et pédagogues souhaitant se spécialiser au secteur socio-artistique.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Studierende an den Hochschulen im Freistaat Sachsen 2012 » [PDF], sur Statistisches Landesamt Freistaat Sachsen (consulté en 31 mars 2015-03-31)
  2. D'après « Hutin, Charles François », sur Dreden Online, das unoffizielle Stadtportal (consulté le 4 janvier 2016).
  3. http://www.hfbk-dresden.de/fileadmin/alle/downloads/studienang/KunstTherapieDresden.pdf

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :