SMS Niobe (1899)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir SMS Niobe.

SMS Niobe
Image illustrative de l’article SMS Niobe (1899)
Autres noms Dalmacija
Cattaro
Type Croiseur
Histoire
A servi dans War Ensign of Germany (1903-1918).svg Kaiserliche Marine
Flag of Weimar Republic (jack).svg Reichsmarine
Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Regia Marina
War Ensign of Germany (1938-1945).svg Kriegsmarine
Chantier naval AG Weser, Brême
Quille posée
Lancement
Armé
Mise en service
Statut Coulé le
Équipage
Équipage 257 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 105 m
Maître-bau 12,2 m
Tirant d'eau 5,31 m
Déplacement 2 643 t
Port en lourd 2 963 t
Propulsion 8 chaudières à eau
2 machines à vapeur composé à quatre cylindres
Puissance 8 113 ch (5 967 kW)
Vitesse 22,1 nœuds (41 km/h)
Caractéristiques militaires
Blindage Pont: 20-50 mm
Hiloires: 80 mm
Tour de commandement: 20-80 mm
Bouclier: 50 mm
Armement 10 canons à tir rapide 10,5 cm L/40
2 tubes lance-torpilles de 45 cm
Carrière
Port d'attache Wilhelmshaven
Pula

Le SMS Niobe est un croiseur léger de la classe Gazelle appartenant à la Kaiserliche Marine.

Après la Première Guerre mondiale, le Niobe reste en réserve de la Reichsmarine, il ne sera pas remis en service, mais retiré en 1925 et vendu désarmé à la Yougoslavie. Il est mis de nouveau en service après une reconstruction comme navire-école sous le nom de Dalmacija. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est sous pavillon italien avec le nom de Cattaro et enfin redevient allemand avant son naufrage par un torpilleur anglais fin 1943.

Histoire[modifier | modifier le code]

Kaiserliche Marine[modifier | modifier le code]

Le Niobe est le cinquième croiseur de la classe Gazelle construit par l'AG Weser à Brême pour la Kaiserliche Marine. La quille est posée le 30 août 1898, le navire est lancé le 18 juillet 1899 après que le bourgmestre de Brême, le Dr Pauli, l'ait baptisé Niobe. De 1861 à 1890, une frégate portait déjà ce nom. Le nouveau croiseur commence ses essais le 25 juin 1900 puis est mis en service le 22 août de la même année.

SMS Niobe (1899) 2
Le SMS Niobe au port

Le 11 avril 1901, il entre en service actif au sein de la I. T-Flottille. Fin juin, il accompagne le SMY Hohenzollern dans sa tournée annuelle en mer du Nord qui est arrêté en raison de la mort de l'impératrice Victoria, la mère de l'empereur Guillaume II d'Allemagne. En septembre 1901, le croiseur accompagne de nouveau le yacht dans le cadre de la rencontre entre l'empereur allemand et le czar Nicolas II de Russie. Entre avril et juin 1902, le navire réintègre la I. T-Flottille. En 1903, il rejoint la nouvelle flotte de reconnaissance après l'annulation d'une mission au Venezuela.

Le 28 septembre 1904, le croiseur est désarmé provisoirement. Durant les deux années de mise en réserve, il est remanié profondément. Il revient en service le 19 juin 1906. Il quitte Wilhelmshaven le 9 juillet et rejoint le 8 septembre l'escadre d'Extrême-Orient en Asie de l'Est. Il remplace son sister-ship, le Thetis et est pendant un temps le seul navire important avec le navire-amiral SMS Fürst Bismarck. En 1907 arrivent également en Asie les croiseurs Leipzig et Arcona. Le Niobe accompagne le navire-amiral pour une visite au Japon lors de l'été 1907.

Le 31 janvier 1909, il part de Qingdao pour son retour à Kiel le 21 mars puis est mis hors service à Danzig dix jours après.

Le Niobe est mis en service dans le cadre de la mobilisation le 2 août 1914. Jusqu'au 5 septembre 1915, il participe à la défense côtière dans la baie Allemande, à la fois dans les estuaires de la Weser et de la Jade. Le Niobe reste en service avec un effectif réduit en septembre 1915 puis sert principalement de navire pour l'administration du commandement de la sécurité de la mer du Nord. Le 3 février 1919, il est définitivement retiré du service.

Commandement[modifier | modifier le code]

25 juin au 22 août 1900 Korvettenkapitän Heinrich Bredow
11 avril au 26 juin 1901 Korvettenkapitän Reinhard Scheer
27 juin à septembre 1901 Korvettenkapitän Joachim von Oriola (de)
au Kapitänleutnant Felix Schultz (effectif réduit)
au 2 juillet 1902 Korvettenkapitän Reinhard Scheer
2 juillet à septembre 1902 Fregattenkapitän Carl Schönfelder
Septembre 1902 à avril 1903 Korvettenkapitän Heinrich Saß
Avril à juin 1903 Korvettenkapitän Franz Hipper
Juin au 30 septembre 1903 Korvettenkapitän Heinrich Saß
Octobre 1903 Korvettenkapitän Christian Schütz
Octobre à novembre 1903 Kapitänleutnant Adalbert Kinel (intérim)
Novembre 1903 à janvier 1904 Kapitänleutnant Karl Heuser (intérim)
Janvier au 28 septembre 1904 Korvettenkapitän / Fregattenkapitän Fritz Hoffmann
19 juin 1906 à juillet 1907 Korvettenkapitän / Fregattenkapitän Max Witschel
Juillet 1907 à septembre 1908 Korvettenkapitän Hugo Langemak
Septembre à novembre 1908 Fregattenkapitän Freiherr Gottfried von Dalwigk zu Lichtenfels
Novembre 1908 au 31 mars 1909 Fregattenkapitän Carl Hollweg (de)
2 août 1914 à mai 1915 Fregattenkapitän Max Kühne
Mai au 8 septembre 1915 Kapitän zur See Ernst Ewers (de)
8 septembre 1915 à janvier 1916 Kapitänleutnant Fritz Gruenhagen (effectif réduit)
Janvier 1916 à décembre 1917 Oberleutnant zur See Karl Seydel (effectif réduit)
Décembre 1917 à janvier 1918 Korvettenkapitän Wilhelm Prentzel (de) (effectif réduit)
Janvier à août 1918 Korvettenkapitän Edgar Angermann (effectif réduit)
Août 1918 au 3 février 1919 Inconnu (effectif réduit)

Après la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le Niobe n'est pas livré aux alliés de la Première Guerre mondiale, il devient un navire de réserve de la Reichsmarine. Il est retiré en juin 1925 de la liste des navires de guerre et vendu désarmé à la Yougoslavie comme "navire de service". Il est transformé jusqu'en 1927 comme navire-école et rebaptisé Dalmacija. En 1930, le croiseur est modernisé.

Le Niobe devenu le Dalmacija
Le Dalmacija en 1941 dans le port de Kotor

Lors de la Seconde Guerre mondiale, durant l'envahissement de la Yougoslavie, le Dalmacija est pris le 17 avril 1941 dans le port de Kotor par l'Italie et transféré à la Regia Marina. Comme le navire est complètement usé, il est reclassé canonnière et sert à l'école d'artillerie de Pula. Entre 1942 et 1943, il bombarde les positions de la résistance yougosalve puis sert de navire-cible à l'école des sous-marins et des avions torpilleurs. Le 31 juillet 1942, le RN Cattaro est attaqué près de Premantura par un sous-marin britannique, cependant la torpille manque sa cible.

Après l'effondrement de l'Italie fasciste en 1943, le croiseur est capturé dans le port de Pula le 9 septembre 1943 par les troupes allemandes et intègre la Kriegsmarine. Pour son nouveau nom allemand, on pense d'abord au nom traditionnel austro-hongrois SMS Zenta (de), le vice-amiral Lietzmann suggère Novara (de). Finalement on revient au Niobe. Le croiseur sert avec un équipage germano-croate des forces navales dans la mer Adriatique.

Le 19 décembre 1943, le Niobe s'échoue au large de l'île de Silba et est abandonné par son équipage. Les torpilleurs britanniques MTB 226 et MTB 228 détruisent le navire dans les eaux peu profondes trois jours plus tard. L'épave est abandonné après 1949.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hans H. Hildebrand, Albert Röhr, Hans-Otto Steinmetz: Die deutschen Kriegsschiffe. Biographien – ein Spiegel der Marinegeschichte von 1815 bis zur Gegenwart. Koehlers Verlagsgesellschaft, Herford.

Sur les autres projets Wikimedia :