SCF Verney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Verney.

SCF

Création 1927
Disparition 1991
Fondateurs Louis Verney - François Baert
Personnages clés Louis Verney - François Baert - Yves Verney - Jean Louis François Verney - Yves Michel Verney
Forme juridique société anonyme
Siège social Le Mans
France
Actionnaires Michelin
Activité Transport ferroviaire et routier
exploitant et constructeur
Société mère Baert - Verney
Sociétés sœurs GTV

La société centrale de chemins de fer et d'entreprise (SCF) est créée le 7 février 1927. Elle se substitue au groupe Baert-Verney constructeur et exploitant de voies ferrées d'intérêt local (VFIL)[1].

Elle développe une activité de construction de véhicules ferroviaires sur deux sites :

La construction d'autocars débute en 1934 et se développe. La construction ferroviaire stagne et disparaît dans les années 1950. Une cinquantaine de véhicules ont été construits.

En 1956 la SCF devient la Société des Autobus et Matériels Verney (SAMV).

Histoire[modifier | modifier le code]

Il faut remonter en 1891 où deux entreprises mancelles fusionnent : Verney & Dequaindry avec Baert & Beldant pour obtenir les marchés de construction et d'exploitation des voies ferrées d'intérêt local (VFIL).

Autorails Verney des chemins de fer de l'Hérault.
Autorails Verney du chemin de fer du Blanc-Argent.

En 1913, MM. Baert & Verney mettent en exploitation, dans le département des Ardennes, un premier service d’autorail.

Dès 1927 la SCF crée dans le département du Finistère les services A (services de remplacement des trains par autorail) et B (services complémentaires des VFIL par autorail)[2].

L’atelier Delaroche et Turquet, situé avenue de Sablé[3], est racheté vers 1929 par la SCF.

Près de 2 000 km de lignes ferroviaires sont exploitées par la SCF à cette époque.

En 1934, la SCF produit ses premiers autocars sur des châssis extérieurs. Cinq ans plus tard l'activité de construction est centralisée au Mans, l'usine des Ardennes étant délaissée.

La Société des Autobus et des Matériels Verney est créée en 1956 afin d'orienter l'activité de construction vers l'autocar et l'autobus.

En 1977 est créée l'entreprise Cars & Bus Le Mans (CBM) par Marc Verney.

Cette même année les Transports Verney-SCF sont héritiers des réseaux Citroën ainsi que des agences de voyages CITER.

Les réseaux sont regroupés au sein de la Compagnie Financière & Industrielle de Transports (CFIT) et les agences fusionnent avec celles du groupe Verney pour devenir Nord-Sud Voyages.

Autorail Verney A 13 des CFD du Tarn.

Activité ferroviaire[modifier | modifier le code]

Exploitation de lignes de chemin de fer[modifier | modifier le code]

La SCF exploite le réseau concédé au groupe Baert-Verney, auquel s'ajoutent les réseaux affermés:

L'ensemble représente près de 2000 kilomètres.

Production de matériel roulant ferroviaire[modifier | modifier le code]

Véhicules créés à partir de châssis de camions GMC abandonnés par l'armée américaine en 1919 :

Véhicules construits sur un châssis ferroviaire :

  • Autorails à voie métrique pour les chemins de fer départementaux du Tarn
  • Autorails à voie normale pour les chemins de fer de l'Est
  • Autorails à voie normale triples articulés, N° SCF 1001 à 1004, pour les chemins de fer de Normandie, (transférés dans l'Hérault)
  • Autorails à voie métrique pour les chemins de fer Algériens en 1933 et 1935
  • Autorails à voie métrique pour les chemins de fer du territoire de Belfort
  • Autorails à voie normale sur bogies N° V1 et V2 en 1940, pour la ligne des Chemins de Fer Normands de Cherbourg à Barfleur, revendus en 1950 à la compagnie du chemin de fer de Mamers à Saint-Calais
  • Autorails à voie métrique pour la SNCF, 1950-1951 série X 210 destinés aux lignes du PO-Corrèze.
  • Autorails à voie métrique pour la SNCF, 1950-1951 série X 220 destinés au chemin de fer du Blanc-Argent (ligne Salbris - Luçay-le-Mâle).
  • Remorques d'autorails à voie métrique pour la SNCF, les chemins de fer Algériens
  • Remorques d'autorails à voie normale type unifiée à 2 essieux pour la SNCF,9101 , 9111(1948), 9102 à 9110 et 9112 à 9125, no 9501 à 9532 (1951)
  • Remorques d'autorails à voie normale N° RV1 et RV2 à 2 essieux pour les Chemins de Fer Normands, ligne de Cherbourg à Barfleur.
  • Autorails et remorques pour les chemins de fer turcs, en 1952, (20 motrices, 30 remorques)

Matériel préservé[modifier | modifier le code]

Quatre autorails de la série X 210 ont été préservés

Le X 214 a été démoli au mois de janvier 2014 après prélèvement de pièces pour les autorails Verney du Chemin de fer de la baie de Somme.

Activité routière[modifier | modifier le code]

La SCF créée le 10 juillet 1933, une filiale la Société des Transports Automobiles de l'Ouest (STAO). Une desserte routière du département de la Sarthe et lancée.

Tout le réseau ferroviaire est converti à la route avant 1939. Seules quelques lignes fonctionneront jusque dans les années 1950.

En 1947, la desserte routière de l'ancien réseau des Tramways de la Sarthe est attribuée à la STAO.

Production de matériel roulant routier[modifier | modifier le code]

  • L (1945) - Moteur essence Citroën P 38
  • LP (1947) - Moteur gaz-oil Panhard
  • VSP (1953) - Moteur Panhard 4 HL
  • VSH -- - - -- - - - - - - - - -
  • IP (1952) - Moteur Panhard (IP) & Hispano Hercules (IH)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Domengie, Les petits trains de l'Ouest de la France, éditions du Cabri, coll. « Petits trains de jadis » (no 8), , 284 p. (ISBN 2903310874)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]