Sébastien Castella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Castella.
Sébastien Castella
Image illustrative de l'article Sébastien Castella
Présentation
Nom de naissance Sébastien Turzack Castella
Apodo Sébastien Castella
Naissance (35 ans)
Béziers
Nationalité Français
Site internet http://www.sebastiancastella.net
Carrière
Alternative 12 août 2000 à Béziers
Parrain Enrique Ponce
Confirmation d'alternative Mexico : 18 février 2001
Parrain Rafael Ortega

Sébastien Turzack Castella dit Sébastien Castella, né le 31 janvier 1983 à Béziers (Hérault), est un matador français.

Présentation[modifier | modifier le code]

Découvert par Robert Margé qui a été son apoderado jusqu'en 2002[1], il a été ensuite dirigé par José Antonio Campuzano qui avait détecté ses faiblesses à l'estocade alors qu'il était encore becerrista, lors d'un festival dans les arènes de Béziers[2], il est maintenant dirigé par Luis Manuel Lozano[3].

Carrière actuelle[modifier | modifier le code]

Il est aujourd'hui l'un des plus grands matadors du monde, reconnu par les médias espagnols « Su paso por estos recientes ciclos le ha deparado el reconocimiento de todos los sectores profesionales y de varios jurados que le han declarado triunfador de los mismos. (Trad : ses performances dans les récents spectacles taurins lui ont valu la reconnaissance de tous les secteurs professionnels (de la tauromachie s'entend) et plusieurs jurys l'ont déclaré vainqueur[4]. », au Mexique[5], par la presse française aussi[6],[7] : mais encore par les dictionnaires taurins comme celui de Robert Bérard qui lui consacrait déjà en 2003 quatre pages[8].

Sébastien Castella au Puerto de Santa María en août 2013

Deux livres sont parus pour décrire son parcours : Sébastien Castella, le héros français de Antonio Arévalo, et Dessine-moi un taureau de Jean-Marie Magnan et Lucien Clergue, ce dernier ouvrage retrace également la carrière d'un autre français : Juan Bautista

Castella est le grand triomphateur de la feria de Béziers 2013[9]. Pour la première fois dans l'histoire de la tauromachie, un torero français est dans les dix premiers tête du classement des dix meilleurs toreros du monde en 2006 à la cinquième place. Il reçoit à deux reprises, en 2006 et 2009, le prix de la oreja de oro de la radio nationale espagnole qui récompense le triomphateur de la saison européenne [10],[11]. Il est une figura mondiale [12], il est le premier français ayant cet honneur.

En 2012, il remporte plusieurs triomphes notamment à Bogota et à Mexico[13]. Toujours en 2012, malgré une absence dans de nombreuses ferias en France, il réalise un très grand début de saison. Triomphateur de la San Isidro (feria de Madrid), il réalise une grande prestation le 17 mai dans les arènes de Las Ventas de Madrid, malgré une cornada impressionnante [14]. Depuis le mois de mai, il triomphe partout où il se produit, Nîmes, Albacete, Aranjuez, Burgos, Soria, Teruel. Le 14 juillet il gracie un toro dans les arènes de Châteaurenard . À Pampelune l'oreille lui est refusée par la présidente malgré une pétition majoritaire.

Pendant l'hiver 2012-2013 il fait le paseo vingt fois en Amérique latine. Il réalise une grande faena à Mexico en novembre. Au mois de février il gracie deux toros en 24 heures à Medellín (Colombie) [15] et Ambato (Équateur), [16] après avoir réalisé deux très grandes faenas.

En Europe le début de la temporada est très satisfaisant tant en termes de résultats qu'en termes artistique. Deux oreilles à Castellón de la Plana, une à Valence, trois à Arles et surtout le 24 mai à Madrid, devant un toro de Victoriano del Río, il y réalise deux grandes séries de naturelles (passes de la gauche). Il ne coupe qu'une oreille car le toro mettra du temps à tomber. En outre il est aujourd'hui le torero en activité ayant le plus coupé d'oreilles (17) à Madrid.

Carrière[modifier | modifier le code]

Juan Bautista et Sébastien Castella portés en triomphe après la corrida du 14 août 2009 lors de la feria de Béziers
  • Confirmation d'alternative à Mexico : 18 février 2001. Parrain Rafael Ortega, témoin « El Tato ». Taureau « Buñuelo », nº 109, cárdeno bragado, 493 kg, de la ganadería Santa Fe del Campo. Ovation. Habit céleste et or.
  • Confirmation d'alternative à Madrid : 28 mai 2004. Parrain Enrique Ponce, témoin Matías Tejela. Taureau « Marquesino », negro, 520kg, de la ganadería Valdefresno. Silence. Habit grenadine et or.
  • Sébastien Castella a acquis le rang de figura, non seulement en France, mais également en Espagne, après avoir reçu le prix « Cossio » décerné par la Fédération taurine d'Espagne de « Meilleur matador de toros » de la temporada 2006.
  • En 2006, il finit 5e de l'escalafón avec 75 corridas
  • En 2010, il est en huitième place à l'escalafón [17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bérard (dir.), Histoire et dictionnaire de la Tauromachie, Paris, Laffont, coll. « Bouquins », (ISBN 2221092465)
  • Antonio Arévalo, Sébastien Castella : le héros français, Bordeaux, Culture Suds, (ISBN 978-2951663794)
  • Jean-Marie Magnan et Lucien Clergue, Dessine-moi un taureau : deux grands toreros français actuels, Sébastien Castella et Juan Bautista, Arles, Actes Sud, , 240 p. (ISBN 978-2-330-00809-3)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]