Église de la Madeleine-en-la-Cité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église de la Madeleine-en-la-Cité
(démolie)
Présentation
Culte Catholique romain
Rattachement Archidiocèse de Paris
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Paris
Ville Paris
Coordonnées 48° 51′ 17″ nord, 2° 20′ 52″ est

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Église de la Madeleine-en-la-Cité (démolie)

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Église de la Madeleine-en-la-Cité (démolie)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église de la Madeleine-en-la-Cité (démolie)

L'église de la Madeleine-en-la-Cité est une ancienne église de Paris qui était située dans l'Île de la Cité.

Situation[modifier | modifier le code]

L'église de la Madeleine-en-la-Cité était située au no 5 de la rue de la Juiverie ou était le passage de la Madeleine.

Historique[modifier | modifier le code]

L'église est placée sous le vocable[1] de Marie-Madeleine, c'est pourquoi on la trouve également sous le nom de église Sainte-Marie-Madeleine-en-la-Cité.

C'était, originairement, une synagogue construite au IXe siècle, qui mesurait 31 mètres de long et 8 mètres de large.
Après l'expulsion des juifs du royaume de France en 1182, et la confiscation de leurs biens, par Philippe Auguste, Maurice de Sully, évêque de Paris transforma, en 1183, la synagogue en église. Au siècle suivant elle fut érigée en paroisse[2].

En 1790, l'église de la Madeleine en la Cité est le siège de l'une des 52 paroisses urbaines du diocèse de Paris. Son curé depuis 1764, l'abbé Daniel-Pierre Denoux, archiprêtre du diocèse de Paris, protonotaire apostolique[3], prête le serment constitutionnel avec ses quatre autres confrères, prêtres de cette paroisse[4].

En février 1791, par une suite de décrets de l'Assemblée Constituante pris sur une proposition de la mairie de Paris, l'église de la Madeleine-en-la-Cité, comme les neuf autres églises de l'ile de la Cité[5], perd son statut de siège de paroisse au bénéfice de la Cathédrale Notre-Dame de Paris[6].

Elle est vendue en 1793 puis démolie durant la Révolution française.

La partie de l'Hôtel-Dieu, côté rue de Lutèce, est sur son emplacement.

L'église de la Madeleine-en-la-Cité fut le siège de la Grande Confrérie de Notre-Dame aux Seigneurs, Prêtres, Bourgeois et Bourgeoises de Paris. « Cette confrérie est comme la mère de toutes les autres Confréries car elle est si ancienne qu'on ne sait point quand elle a commencé »[7]. C'était également la plus puissante des confréries : L'évêque de Paris était son abbé et les rois et reines de France en faisaient partie[8]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Appellation d'une église du nom du saint auquel elle est dédiée.
  2. Jean La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris
  3. Debure, gendre de feu d'Houry, Almanach Royal pour l'année 1789, Paris, Imp. Veuve d'Houry, s. d., p. 103). Consulter en ligne.
  4. Abbé Delarc, L'Église de Paris pendant la Révolution Française, 1789-1801, Paris, Desclées de Brouwer, s. d. (ca 1900), t. 1, chapitre VII, p. 298-299. Consulter en ligne.
  5. Ces dix églises sont St Barthélemy, St Germain-le-Vieux-en-la-Cité, St Jean-Baptiste-St Denis, St Landry, St Pierre-aux-Arcis, St Pierre-aux-Bœufs, Ste Croix-en-la-Cité, Ste Madeleine-en-la-Cité, Ste Marine, Ste Chapelle-Basse (Abbé Delarc, Id.).
  6. P. Pisani, L'Église de Paris et la Révolution, Paris, Al. Picard, 1908-1911, t. 1 (1789-1792), p. 202-205. Consulter sur Gallica.
  7. Dictionnaire Historique De La Ville De Paris Et De Ses Environs par Pierre-Thomas-Nicolas Hurtaut
  8. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris